Print Friendly, PDF & Email

Lettre ouverte au Président de la République, Emmanuel Macron et son épouse

Monsieur le Président, je fais appel à vous aujourd’hui.

J’ai depuis plus de 50 ans, soigné des patients souffrant de maladie dites inconnues ou incurables, par le seul traitement du serrement de dents.

Malgré mes travaux et recherches et malgré l’obtention en 1979 du prix de la recherche stomato-odontologique (GIRSO), je n’ai jamais réussi à faire comprendre et prendre en compte le fait que de nombreuses pathologies avaient leur origine dans les contacts prolongés des dents entre-elles.

Les premiers bénéficiaires de mes techniques de soins sont bien entendu les milliers de patients traités et soulagés. Le second bénéficiaire, cela attirera bien plus votre attention, est le budget de la sécurité sociale. La fibromyalgie dite de cause inconnue, le syndrome de fatigue chronique qui sont deux véritables gouffres financiers pour notre système de santé, sont en cas de bruxisme chronique parfaitement guérissables et ce, à moindres coûts.

Ces jours-ci, deux chercheurs ont reçu le prix Nobel pour avoir démontré le rôle de la sensibilité tactile dans la genèse et l’entretien des douleurs chroniques.

J’y vois enfin une lueur d’espoir. Espoir que mes années de recherches et les milliers de patients traités obtiennent en 2021 et avec les moyens modernes de la recherche, encore une preuve officielle du rôle de la sensibilité « du toucher » ou sensibilité tactile dans les douleurs chroniques.

L’attribution du prix Nobel de Physiologie Médecine 2021 à deux chercheurs américains m’incite donc, dans le cadre de votre politique d’innovation à vous signaler l’intérêt que peut représenter ma propre recherche à l’ombre des travaux de ces deux éminents nobélisés.
Dés 1982, ma propre recherche fondamentale réalisée dans le cadre de l’Institut de Neurophysiologie CNRS Marseille, corroborée par mes résultats cliniques m’ont rapidement amené à admettre qu’une stimulation mécanique de l’organe dentaire participait à la genèse et à l’entretien des douleurs chroniques.

David Julius et Ardem Patapoutian prix Nobel 2021 ont démontré que les récepteurs de froid, de chaleur, de toucher (sensibilité tactile à la pression) peuvent nous permettre de percevoir et de s’adapter au monde. En particulier, Ardem Patapoutian a utilisé des neurones sensibles à la pression pour mettre en évidence une nouvelle classe de récepteurs. Récepteurs qui répondent aux stimuli mécaniques de la peau et des organes internes. Il en est de même pour les stimuli mécaniques des dents qui induisent des réponses nerveuses des récepteurs de toucher des dents.

Je me présente : Docteur Francis HARTMANN, Professeur honoraire Faculté d’Odontologie de Marseille. Habilité à Diriger les Recherches, Prix National de la recherche GIRSO 1979 (Groupement International Recherche Stomato Odontologique), actuellement retraité. Ayant enseigné la Physiologie Générale et la Neurophysiologie à la Faculté d’Odontologie de Marseille de 1975 à 1996 et étudié les douleurs et les troubles de l’appareil masticateur durant 50 ans. Nous pouvons aujourd’hui avancer certaines données déconcertantes en première analyse, j’en conviens avec vous.

Elles intéressent au plus haut point la pathologie féminine (Femmes 90%). Chez des sujets stressés, certaines douleurs récurrentes peuvent être corrélées à une dyskinésie de la sphère orale : la pression anormalement intense et/ou prolongée sur les dents.

La plupart des publications françaises mésestiment la valeur pathogène de la dyskinésie « serrement de dents » ou pression sur les récepteurs de tact ou de toucher. Il n’en est pas de même à l’étranger. Ainsi, le comité de lecture de Springer, un des plus grands éditeurs mondiaux de livres médicaux a accepté notre manuscrit à l’unanimité, pourvu qu’il fût rédigé en anglais. Mon ami Roger GUILLEMIN, médecin français naturalisé américain, Prix NOBEL de médecine m’a encouragé pour mener à bien la rédaction de cet ouvrage. Sans cet encouragement, ce livre n’aurait jamais existé.

Il y a vingt neuf ans, à la demande de l’INSERM, j’avais été sollicité pour traiter lors d’un congrès : Nausées, vomissements et dysfonctions temporo-mandibulaires. J’avais communiqué et publié en anglais. Malgré ce, du moment que l’auteur a évoqué les dents, le monde médical s’est avéré peu réceptif à cette étiologie.

Avec mon collaborateur, le Dr Gérard CUCCHI, ex-Assistant Hospitalo-Universitaire, nous nous tournons naturellement vers vous.
Nous espérons susciter votre intérêt afin de diffuser largement cette information encore trop méconnue voire ignorée du grand public.
Nous avons trop observé le Dr Cucchi et moi même tant de vies féminines gâchées par ces symptômes persistants, dont notre thérapeutique vient à bout.
Vous avertir est devenu pour nous une obligation.
Les médecins français ne peuvent ignorer plus longtemps ces progrès de la recherche dentaire et surtout ses incidences cliniques.

 

Monsieur le Président,

A l’attention des conseillers techniques, auxquels vous soumettrez ce texte, permettez-moi de compléter ma lettre par des informations indispensables.

Avec ma Très Haute Considération.

Pour éviter du contenu dupliqué, je me permets de vous renvoyer vers nos article déjà publiés sur ce site :

Message diffusé en juin 2018 et toujours d'actualité :

 1,036 total views,  76 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer