Print Friendly, PDF & Email

Botox et traitement du Bruxisme – Effets secondaires

Il suffit de lancer une recherche sur internet avec les mots clefs suivants : Botox, Bruxisme pour tomber sur une multitude d’articles positifs sur l’usage du Botox contre le bruxisme.

Rappelons nous que l’intérêt principal de la lutte contre le bruxisme est son effet sur les muscles masticateurs générateurs de ces « mouvements » incontrôlables.

L’idée d’utiliser le Botox pour diminuer l’énergie et la force des muscles masticateurs n’est pas illogique ni farfelue.

Effectivement, il existe un nombre très important d’articles scientifiques (la fameuse Bibliographie Internationale, à laquelle nous nous référons systématiquement) qui donnent le Botox comme traitement contre le bruxisme efficace et « sans danger ».

Nous mettons dés à présent le lecteur en garde contre une mauvaise lecture de notre article : notre propos n’est pas de dénigrer l’usage du Botox, ni les professionnels qui l’utilisent, arguant de bons résultats concernant de très nombreuses applications.

Le problème est que l’effet du Botox s’estompant dans le temps, les injections doivent être maintenues sur du long terme. La dose injectée devenant délétère si l’on en croit les dernières études.

Nous tenons à informer nos lecteurs et lectrices et bien entendu, tous les professionnels de santé des résultats de recherches récentes concernant l’utilisation du Botox en longue durée dans la lutte contre le bruxisme.

Depuis 2020, de très nombreux articles concernant de possibles effets secondaires négatifs de l’utilisation du Botox dans la lutte contre le bruxisme ont été publiés.

Il est de notre devoir moral d’en informer plus grand nombre !

Il apparaît que les injections répétées de Botox peuvent dans certains cas provoquer et entretenir une forte déminéralisation osseuse de la mandibule. Cette déminéralisation peut être sévère et mener dans des cas extrêmes à la perte de dents !

Donc, un danger potentiel à l’utilisation de fortes doses de Botox dans la lutte contre le bruxisme.

Voici, parmi de nombreux articles scientifiques, une sélection assez représentative de notre propos :

https://www.sciencedaily.com/releases/2020/09/200914131910.htm
Botox for TMJ disorders may not lead to bone loss in the short term, but more research is needed
September 14, 2020
Source: New York University
Summary: Botox injections to manage jaw and facial pain do not result in clinically significant changes in jaw bone when used short term and in low doses, according to researchers. However, they found evidence of bone loss when higher doses were used

Traduction : Pr Francis Hartmann

Selon les chercheurs, les injections de Botox pour traiter la douleur de articulation et la douleur oro-faciale n’entraînent pas de changements cliniquement significatifs de l’os de l’articulation lorsqu’elles sont utilisées à court terme et à faible dose. Toutefois, ils ont trouvé des signes de perte osseuse lorsque des doses plus élevées ont été utilisées.

https://www.nature.com/articles/s41598-020-60554-w
Decreased mandibular cortical bone quality after botulinum toxin injections in masticatory muscles in female adults.
The results from the present study demonstrated that BTX-induced masticatory muscle atrophy could alter the mandibular cortical bone quality in both young and post-menopausal females. The effects of decreased masticatory muscle thickness on the cortical bone quality of muscle insertion sites seemed to be more prominent in post-menopausal females compared to young females. Reduced masticatory muscle thickness could alter the condylar cortical bone structure in both young and post-menopausal females. Therefore, comprehensive and integrated understanding of masticatory function, the muscle strain to bone, and cortical bone quality is necessary to preserve bone health in the craniofacial area.

Traduction : Pr Francis Hartmann

Les résultats de la présente étude ont démontré que l’atrophie du muscle masticateur induite par le BTX pouvait altérer la qualité osseuse corticale mandibulaire chez les femmes jeunes et post-ménopausées. Les effets de la diminution de l’épaisseur du muscle masticateur sur la qualité osseuse corticale des sites d’insertion musculaire semblaient être plus importants chez les femmes post-ménopausées que chez les jeunes femmes. Par conséquent, une compréhension complète et intégrée de la fonction masticatoire, de la tension musculaire à l’os et de la qualité osseuse corticale est nécessaire pour préserver la santé osseuse dans la région cranio-faciale.

tmj.org/research-articles/further-evidence-that-botox-injections-cause-bone-loss-in-the-jaw/

Preuve supplémentaire que les injections de Botox provoquent une perte osseuse dans la mâchoire.
Que les humains perdent effectivement de l’os après un traitement des muscles de la mâchoire par du Botox est indiqué par une étude préliminaire (Raphael et al., 2014). Les patients et les praticiens doivent être conscients que l’activité musculaire de la mâchoire est un élément important de la santé des os de la mâchoire et que la suppression de l’activité musculaire avec des agents paralysants comme le Botox a un effet délétère.

L’efficacité du Botox n’est pas contestée en ce qui concerne son effet paralysant sur les muscles masticateurs, par contre, son éventuelle dangerosité est soulignée avec soin pour prévenir ou avertir l’éventuel utilisateur.

Botox et Bruxisme

Lorsque nous avons cherché à mettre au point notre technique Hartmann-Cucchi, nous avons passé des années de recherches à trouver un moyen efficace et sans danger pour moduler l’excès de force des muscles masticateurs et ramener l’organisme humain à une position normale des arcades dentaires entre-elles. Il faut en effet savoir que l’être humain vit constamment avec un espace libre entre le maxillaire et la mandibule.
A l’époque, le Botox arrivait à peine sur le marché mais vu son effet « paralysant » (c’est une toxine, il ne faudrait pas l’oublier), nous n’avions pas poussé plus loin son expérimentation, alors que l’anesthésique utilisé par la technique Hartmann-Cucchi dans la fosse infra temporale nous donnait entière satisfaction, sans aucun effet indésirable.

Le muscle était ainsi calmé harmonieusement.

Grâce à la lente diffusion de l’anesthésique, le muscle relâche progressivement son intense pression sur les dents, tout en permettant une mastication aisée et normale.
Les 50 années de recul thérapeutique et les milliers de patients traités sans aucun effet secondaire prouvent le bien fondé de notre technique.

La sécurité du patient est notre priorité.

Bien entendu, je ne suis pas là pour faire la publicité de NOTRE technique Hartmann-Cucchi par opposition à l’usage du Botox. Nous convenons qu’il est bien plus simple d’injecter du Botox (qui est à la mode) dans un muscle que de réaliser une injection intra-buccale d’anesthésique (sans adrénaline) avec précision pour atteindre la fosse infra-temporale. (Cf : notre recherche avec le Dr SARRAT + radiologue, chef de service département, Scanner IRM Hôpital St Joseph Marseille).

Pour être direct et sans ambiguïté, nous avons formé de nombreux praticiens à notre technique et nous en formons encore gratuitement.

Nous serions heureux d’en former d’avantage pour éviter les effets secondaires d’un abus de Botox.

 1,136 total views,  9 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer