Print Friendly, PDF & Email

Pour bien utiliser ce site :

Au visiteur qui va nous laisser un message sur le blog :

Vous pensez souffrir de Bruxisme ? Vous cherchez une solution ?

Commencez par appliquer la technique HB (décrite en détail ICI) à la lettre et de manière obsessionnelle.

La Technique Hartmann-Bratslavski :
1 – menez vos lèvres en contact en ayant soin de sentir vos lèvres en contact d’une commissure à l’autre.
2 – pour vous aider à ne pas oublier de mettre vos lèvres en contact, collez dans votre environnement des gommettes de la couleur de votre choix. Par effet sub-liminal, votre cerveau capte le message et vous rappellera le rôle capital des lèvres en contact
3 – pour réduire le serrement de dents au cours de la nuit, vous devez vous endormir avec une pensée agréable, positive, apaisante. Suivez la technique d’auto-hypnose

Si vous ne respectez pas scrupuleusement de manière obsessionnelle ces 3 points, votre bruxisme persistera et vous serez toujours fatigué(e) le matin au réveil.

Il ne sert à rien d’envisager d’autres traitements si vous ne commencez pas par appliquer et respecter la technique HB.

Nous ne pourrons vous aider que si vous avez commencé par appliquer cette technique de manière rigoureuse et sans concession.

Sachez qu’en aucun cas la technique Hartmann-Cucchi ne pourra constituer un préalable.

Merci de bien comprendre que nous modérons les interventions des visiteurs, il y a en effet de trop nombreux messages envoyés par des logiciels de spam et nous devons faire un tri. Donc, patientez quelques jours si votre message n’apparait pas instantanément.

 

Il nous a semblé important de proposer aux visiteurs de ce site des cas cliniques réels en rapport avec le bruxisme et les résultats que nous avons obtenus lorsque nous étions en activité dans le cadre de l’Assistance  Publique de Marseille.
Certains cas cliniques présentaient une variété de symptômes lourds, parfois fort éloignés de la bouche et des dents. Ils ont été guéris essentiellement par la technique Hartmann-Cucchi. Ces cas remontent à plus de 20 ans. Nous vous les présentons sciemment aujourd’hui, car nous nous sommes assurés de la pérennité des résultats des cas traités et de la non-nocivité de notre technique thérapeutique : Hartmann-Cucchi.
Je rappelle que de nombreux cas avaient été adressés par des médecins et chirurgiens hospitaliers.

Si vous êtes arrivés sur ce site…

C’est que vous avez effectué une recherche sur les mots clefs suivants : serrement de dents, douleurs dentaires, pathologie de cause dentaire, bruxisme, crispation des mâchoires dents serrées, occlusion,  fibromyalgie, mal de dents, DTM, SADAM, DAM… mais aussi : gouttière dentaire, syndrome de fatigue chronique, vertige idiopathique, acouphènes, crampes nocturnes dans les mollets, migraine… Pour ne citer que les plus répandus.

Nous espérons que la personne qui souffre d’un ou de plusieurs de ces maux, arrive sur ce blog grâce aux résultats des moteurs de recherche et qu’elle y trouve une nouvelle voie d’espérer.

 

Merci de noter que nous ne répondrons à aucun mail direct. Vos demandes doivent être exprimées dans le blog associé à chaque article et toujours précédées de la description de vos symptômes et de votre cas de manière anonyme hormis votre prénom ou pseudo (indiquez si vous êtes un homme ou une femme et n’oubliez-pas votre âge, ces points sont essentiels pour les éventuelles implications hormonales et physiologiques).

C’est le principe de ce site : enrichir pour la communauté.

Quelles réponses attendez-vous ?

Nous tenons à porter à la connaissance de nos confrères médecins les résultats de travaux (en particulier asiatiques) sur un lien significatif existant entre des troubles de l’information tactile dentaire (en cas de dents absentes non remplacées par exemple) et des maladies neuro-dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, voire la démence sénile.

Ignorer de tels faits nous paraîtrait incompréhensible à l’heure où le monde médical focalise son attention sur ces pathologies.

A partir de données anatomo-neurophysiologiques, ce site entend aider le lecteur à actualiser ses connaissances sur le rôle des dents, des muscles masticateurs et des articulations des mâcoires au sein de la sphère orale. Les conséquences peuvent se manifester sous forme de douleurs lointaines et surprenantes ainsi que de troubles inattendus.
Dès lors qu’un individu « crispe fortement et très souvent les mâchoires, dents serrées« , nous souhaiterions amener certains praticiens à reconsidérer de nombreux diagnostics peut-être hâtifs de fibromyalgie ou de syndrome de fatigue chronique pour ne citer que les plus répandus.

Tout notre travail consiste à aider celles et ceux qui souffrent de bruxisme et de pathologies diverses non encore correctement identifiées par la médecine générale.

MERCI DE NOTER : Ce site n’est pas commercial. S’il est parfois mentionné des références à des ouvrages payants, ce n’est qu’à but informatif. Les méthodes décrites le sont à des fins d’informations dans un but philanthropique.

Pour vos demandes autres que les conseils thérapeutiques/témoignages/avis/discussion qui doivent se faire dans les parties blog, merci d’utiliser le mail de contact.

Il est parfois indiqué le nom de praticiens ayant été formés par, ou ayant travaillé avec,  le Pr F. Hartmann. Toute publicité étant interdite, merci de considérer ces indications ou références comme purement informatives.

Et si ça venait des dents…surtout lorsqu’elles sont serrées fortement ?

Principe scientifique : toute simulation trop intense et/ou trop prolongée (comme deux dents en contact semi-permanent) chez un individu stressé peut retentir dans tout l’organisme.

Observations et constatations :
* Les dents ne sont normalement jamais en contact direct entre-elles, sauf au moment de la déglutition.
* Ainsi lorsqu’elles se touchent, les dents n’envoient pas obligatoirement un message douloureux, mais le plus souvent un message tactile (non douloureux) : plus la dent est sollicitée plus le message est volumineux.
* Tous ces messages transitent jusqu’aux centres nerveux supérieurs (cerveau) par les nerfs Trijumeaux (un droit et un gauche).
* Hélas, involontairement, certaines personnes anxieuses, introverties voire frustrées,
 »crispent les mâchoires dents serrées » en dehors des activités normales précitées : on parle alors de « parafonction ».
* Des douleurs et des troubles déconcertants pour les praticiens et invalidants pour ces personnes peuvent dès lors apparaître si des conditions de stress intense ou prolongé se manifestent.
* Pour 95% de la population, nous le savons par expérience, les dents sont assimilées à des « bouts d’os implantés dans de l’os et qui font mal « . Cette idée est totalement éloignée de la réalité.

Les médecins du sport admettent bien la possibilité d’une tendinite du tendon d’Achille à point de départ dentaire.

Etant donné le principe scientifique indiscutable décrit plus haut, au XXIème siècle le scepticisme n’est plus de mise.

Nous devons au Professeur Albert Jeanmonod cette excellente expression :

« crispation des mâchoires dents serrées »

Elle permet de faire un distinguo précis avec le grincement. En effet, dans les pays francophones si l’on parle de bruxisme, la majorité des gens ne pense qu’au grincement de dents. L’expression créée par Jeanmonod permet de faire comprendre aux patients la différence entre le bruxisme excentré « grinding » et le bruxisme centré « clenching ». C’est essentiellement ce dernier qui est à la source des douleurs référées et des troubles associés que nous présentons ici.


Ce site entend ainsi lui rendre hommage.

L'auteur

Francis Hartmann
Professeur - Habilité à diriger des recherches
Chirurgien-dentiste en retraite, Professeur à la Faculté d’Odontologie de Marseille de 1975 à 1996, Francis HARTMANN a enseigné la Physiologie Générale et la Neurophysiologie, science pour laquelle il a nourri une véritable passion. Encouragé et conseillé par le Pr René LOUIS (Chirurgien des Hôpitaux et sommité de la Neuroanatomie) et par Roger GUILLEMIN (Médecin français naturalisé américain et Prix Nobel de Médecine), il s’est intéressé depuis 1968, soit depuis 50 ans, à la sensibilité tactile des dents et à un phénomène déconcertant qui, par ses conséquences sur la santé, obère gravement les comptes de la Sécurité Sociale : le serrement des dents. En 1979 le prix national de la recherche française en Odonto-Stomatologie est attribué à Francis Hartmann. Après des ouvrages destinés aux praticiens, en collaboration avec Gérard CUCCHI, Francis HARTMANN s’évertue désormais à rendre ces données accessibles au grand public.

 1,588,491 total views,  278 views today

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer