Print Friendly, PDF & Email
Mauvaise occlusion dentaire

Mauvaise Occlusion Dentaire et dangers pour l’organisme de l’Homme mais surtout de la Femme

Le Bruxisme est le sujet principal de ce site.

Concrètement, cela signifie que toute notre attention est portée sur la manière avec laquelle vous « serrez les dents ». Que cela soit de façon volontaire, lors de la mastication, ou, malheureusement, involontaire en cas de bruxisme.

Merci de bien prendre note que nous ne prenons pas en référence les malocclusions structurelles dans cet article (prognathisme, retrognathie mandibulaire, inversion d’articulé (cross-bite)

Quand on serre les dents, elles se mettent en contact les unes avec les autres, ce contact s’appelle l’occlusion dentaire.

Le lien entre le bruxisme et l’occlusion est évidement primordial puisque lorsqu’il y a un serrement de dent trop intense et/ou trop prolongé, il y a surstimulation des récepteurs de tact dentaires.

Et si, dans le titre de cet article nous précisons « surtout pour les femmes », c’est que le phénomène est grandement amplifié par la présence des œtrogènes, hormone féminine.

Nous renvoyons le lecteur aux récents travaux de Patapoutian, prix Nobel 2021 de Physiologie Médecine pour sa recherche sur l’importance des récepteurs de tact et de chaleur de la peau : article du Monde

Il est dès lors facile de comprendre que tout déséquilibre du contact des dents entre-elles va avoir, en cas de bruxisme un retentissement exacerbé, délétère susceptible de provoquer de nombreuses pathologies projetées loin de la sphère orale.

La normalité d’une occlusion équilibrée a été à l’origine définie par un chirurgien dentiste américain en 1899 : Edward Hartley ANGLE.
La classe I est la situation normale, c’est à dire que les dents du bas sont décalées en arrière de celles du haut d’une demi cuspide en occlusion centrée qui correspond aussi à l‘intercuspidie maximale.

Imaginons par exemple, que lorsque vous fermez votre mandibule, vous sentez que deux canines se « touchent » trop, bien avant que les autres dents ne se touchent. Elles vont donc produire bien plus d’informations de « tact » que les autres puisque la pression exercée sera plus importante que celle des autres dents.

A partir de là, tout problème d’occlusion, va déséquilibrer le serrement de dents et provoquer un volume d’information sensitif très important. Ce volume d’information va saturer et déborder sa zone de traitement habituelle, le ganglion trigéminal (ex ganglion de Gasser). Et dans certains cas, sera susceptible de provoquer des symptômes divers et variés. Donc, au risque de nous répéter : provoquer des symptômes déconcertants pour tout praticien ayant omis dans son anamnèse la recherche d’une forme de bruxisme.

Illustrons le mécanisme :
Comparons le flux d’information tactile dentaire, généré par un serrement de dents « normal » à une foule de personnes qui prennent un bus.

En temps normal, le nombre de personnes est équilibré et proportionné au nombre de places disponibles.

En cas de bruxisme équilibré, imaginons que le nombre de personnes qui montent dans le bus soit supérieur au nombre de places disponibles : il va y avoir engorgement et inconfort pour tout le monde, le moteur et les freins de l’autobus vont également souffrir, sans compter la perte de temps lors des descentes et montées aux arrêts.

Ajoutons un problème d’occlusion à ce tableau déjà problématique :

non seulement le bus est plein, mais en plus les passagers en surnombre s’amassent bien plus d ‘un côté que de l’autre.
Le résultat : il s’ajoute au surnombre un déséquilibre total du bus qui ne peut plus avoir de tenue de route, de freinage et de trajectoire sous contrôle. S’ensuivent, aléatoirement une usure prématurée des pneus, ou du système de freinage… ou de l’embrayage… ou de tout à la fois selon des proportions variables et aléatoires…

Hors, l’organisme humain, ne tolère aucun déséquilibre du contact des dents entre-elles. Donc les informations transmises par les côtés droit et gauche de votre appareil masticatoire doivent être absolument équilibrées. De nombreuses expériences ont été réalisées par la communauté scientifique à travers le monde. Une des plus significative est celle de l’ajout de composite sur une incisive de rat.

Article : ajout de composite sur des dents de rats et les conséquences sur la production des hormones du stress à des taux extrêmement importants.

Il n’y a pas de logique apparente sur le fait que telle ou telle pathologie survienne et atteigne une personne bruxomane plutôt qu’une autre. C’est là une grande injustice pour le moment encore inexplicable neuro-physiologiquement. Sans doute un terrain propice, une faiblesse…

Il n’en reste pas moins vrai que nous avons, en plus de 50 années de recherches fondamentales et cliniques, réussi à délimiter et lister les possibles symptômes. Nous vous renvoyons pour cela à notre article : Diagnostiquez-vous

Portez toute votre attention à la qualité de vos contacts dentaires, lors de votre occlusion dentaire.

Pour ce faire, rien de très compliqué : demandez à votre chirurgien dentiste de contrôler votre occlusion avec son « papier bleu » et grâce à cela et à votre ressenti, vous devriez pouvoir arriver à la situation d’équilibre lorsque « aucun côté n’existe plus que l’autre ».
En cas de soin dentaire, quel que soit l’apport que votre dentiste place dans une dent, lorsque vous déglutissez : rien ne doit exister. Surtout ne tombez pas sur la réflexion commune du patient «  c’est normal que je le sente, il m’a mis quelque chose dans la bouche ».

Attention, ne pas confondre « non existence » avec « sous-occlusion ». A cet endroit précis, pour éviter la sous occlusion, il convient que le papier bleu inséré entre les dents antagonistes donne une résistance à la traction du praticien. Contrairement au bon sens, l’acte dentaire réussi ne doit pas EXISTER dans la bouche du patient.

Un paradoxe très difficile à surmonter :

L’opposition entre le contact visuel des dents entre elles selon la classe 1 d’Angle et le volume d’information tactile envoyé par chaque dent :

– il est possible de mesurer visuellement le bon alignement des dents.
– il est impossible de mesurer l’information tactile envoyée par chaque dent et de vérifier que chaque arcade envoie le même quota au cerveau. Ces données neuro-physiologiques, loin de contrarier l’ordhodontiste dans sa thérapeutique doivent lui permettre d’évaluer la finalité de son traitement.

Occlusion dentaire, pour aller plus loin :

Les données actuelles de chercheurs chirurgiens dentistes démontrent à l’IRM fonctionnelle (IRMf) qu’une occlusion dite équilibrée n’est plus fondée sur des rapports dentaires anatomiques (Classe 1 d’Angle) mais sur d’autres critères.

A la lumière des données neurophysiologiques récentes telles que celles publiées par Lida et alt 2010 Comparaison of cerebral activity during teeth clenching and fist clenching a fonctionnal magnetic resonance study on est en droit de s’interroger sur la représentation corticale des dents nettement sous-évaluée. Cette représentation corticale a été établie par Penfield en 1950, soit il y a 72 ans. Celle ci, en fait, se situe entre celle des lèvres et celle de la langue.
Dés lors, sachant que le pouvoir de discrimination inter-dentaire de l’être humain est de 0,009mm.
Sachant qu’un léger serrement de poing (avec donc : utilisation de tous les doigts de la main) active simplement le cortex sensori-moteur bilatéral :

Et que, contre toute attente,  les zones d’activation lors d’un serrement léger de dents sont :

1 le cortex sensori-moteur bilatéral.
2 l’aire motrice supplémentaire.
3 le cortex préfrontal dorso-latéral.
4 le cortex pariétal postérieur.

Ne trouvez-vous pas étonnant que les régions du cerveau sollicitées par un serrement de dents soient bien plus importantes et nombreuses que celles sollicitées par la main et les doigts ?

Sachant enfin que le cerveau humain EXIGE la symétrie d’ une information tactile dentaire équilibrée quasi parfaite, il convient pour le dentiste de rechercher un confort occlusal maximum pour son patient.

Rappel : Un déséquilibre de pression entre une arcade dentaire droite et une arcade dentaire gauche, déséquilibre entretenu, sans cesse, par un bruxisme de serrement retentira de manière délétère sur ces différentes zones du cerveau précitées. De plus, aussi incroyable en première analyse, cette pression constante déséquilibrée sur les récepteurs tactiles dentaires est susceptible de retentir défavorablement sur l’organisme à différents niveaux.

Particularité neuro-physiologique
Les informations tactiles en provenance de dents et de la sphère buccale, sont les seules à ne pas être croisées au niveau des hémisphères cérébraux. Toutes les autres régions du corps ont une projection croisée au niveau du cortex cérébral, comme l’illustre le schéma ci-dessous.

projection controlatérale
Lexique
Cuspides : Protubérances situées sur la face triturante des prémolaires et des molaires. Généralement au nombre de 4 sur les molaires.
Bibliographie
…et ouvrez pour lire le détail ou la traduction (quand disponible)

Etude serbe sur les conséquences de la mauvaise occlusion dentaire

DTM et malocclusion

La prévalence de l’attrition dentaire et son association avec les facteurs de l’âge, du sexe, de l’occlusion et de la symptomatologie de l’ATM

œstrogènes et TMD

Print Friendly, PDF & Email

https://journals.physiology.org/doi/pdf/10.1152/jn.00269.2004

 21,822 total views,  20 views today

 21,818 total views,  16 views today

37 Comments

  1. Bonjour Professeur F.Hartmann, je suis un homme de 32 ans qui habite en région parisienne.
    Je souffre depuis une dizaine de jours, de maux de tête durant toute la journée.
    Je pense que la cause et le fait que j'ai une malocclusion (mes dents du fond du haut touche celle du bas), et que je serre les dents la nuit.
    J'ai voulu calmer les maux de têtes avec du doliprane et de l'ibuprofène.. je suis parti voir mon dentiste qui m'a mis le papier bleu en me demandant de claquer les dents et de les grincer afin de voir si y avait du surplus et de mes les enlever. Il m'a prescrit également du Surgam 200mg et du thiocolchicoside pour les douleurs musculaires de la mâchoire à prendre 2 fois le matin 2 fois le soir, j'ai à ce jours une semaine après toujours mon mal de tête, j'ai le tourni, je me sens fatigué, de plus je sens des douleurs minimes au niveau du cou, la nuque, les épaules.
    Je suis tomber sur votre site il y a quelques jours, je me pince les lèvres afin de ne pas mettre les dents en contact, et la nuit avant de m'endormir je pense à une situation ou une image positive comme vous l'expliquez avec votre méthode Hartmann-Bratslavski.
    Je suis vraiment inquiet de ma situation car je n'ai jamais eu des antécédents, des pathologies médicales comme tels.. mon état joue sur ma vie privée, mon humeur et ma joie de vivre. Pouvez-vous s'il vous plait me diriger vers un confrère ou une personne que je pourrais consulter pour mes symptômes sur la région parisienne? 

    Merci beaucoup par avance de votre retour!

    1. Bonjour Mathias,

      Avant de vous adresser à un de mes correspondants à Paris, je souhaiterai que vous appliquiez de manière OBSESSIONNELLE , sauf pour parler ou pour manger, à sentir vos lèvres en contact d'une commissure à l'autre. Rappelez moi début janvier pour me donner le résultat.

      Bien à vous
       

  2. Bonjour,

    J’ai 24 ans et souffre depuis 3 mois de différents symptômes, cela à commencer par des troubles d’équilibre , puis des énormes tensions dans les cervicales (surtout côté droit), des claquements et crépitement dans les oreilles (encore une fois surtout la droite), des énormes migraines localisées sur les tempes avec de la pression dans  les yeux. J’ai un acouphène qui est apparu depuis peu qui ne s’arrête jamais dans l’oreille droite.J’ai également les sinus en permanence encombrés. Ma vie est devenue un véritable enfer je souffre en permanence. Mon médecin et orl ne trouve rien selon eux toutes mes analyses sont bonnes. Je pense donc que cela est du à une mal occlusion + serrement des dents la nuit. J’ai consulté un orthodontiste qui m’a fais une radio dentaire et selon lui tout est ok également. Je ne sais plus quoi faire, mon médecin m’a mis sous anxiolytiques, je vous en supplie pourriez-vous me donner un contact sur Marseille pour vérifier mon occlusion/machoire. 
     

    je vous remercie

    1. Il est navrant de constater que l'on persiste en Faculté de Médecine d'omettre d'apprendre aux étudiants 1°) Que les dent sont des prodigieux organes de tact qui ne supportent  pas d'-être sur- stimulés par un bruxisme centré continuel  appelé "serrement de dents 2°) que ces organes de tact appelés récepteurs, dans ces conditions, projettent leur information dans tout l'organisme surtout si celui- ci est féminin (90%). Le nerf trijumeau nerf des dents, en présence d'oestrogènes ( hormones féminines) ne supporte pas d'être sur-stimulé et provoque ainsi tous les symptômes que vous décrivez et… encore plus!Vous pouvez parfaitement guérir ESTELLE en lisant avec une attention soutenue la page d'accueil et en appliquant les conseils écrits de manière OBSESSIONNELLE : mettre, sans cesse, vos lèvres en contact d'une commissure à l'autre  sauf pour parler et pour manger. Ecrivez moi les améliorations obtenues, obligatoires, si le côté obsessionnel est respecté. sinon échec assuré.A me communiquer fin janvier

      Bien à vous 

  3. Bonsoir Professeur,

     J'espère que vous vous portez bien. Je vous remercie pour votre contribution à travers ce site, j'ai pu comprendre bien des choses. Je suis une femme agée de 33 ans.

    Je me tourne vers vous après 2 années d'errance médicale et car je porte une grande considération à votre avis.

    J'aimerai donc votre avis concernant une couronne que j'ai effectué sur la 15, il y a 2 ans maintenant et qui me pose plusieurs problèmes.

    Depuis sa pose on a du faire plusieurs ajustements (en longueur et largeur) car je la trouvais plus prédominante que ma dent lorsqu'elle était saine. Mais les retouches étaient limitées compte tenu du fait qu'il s'agit d une couronne métalo-céramique.

    Sur la 25, seulement quelques mois avant la pose de ladite couronne sur la 14, un composite a été posé volontairement en sous occlusion pour limiter les contacts sur la dents et qu'elle ne se fragilise plus. 

    Après cela j ai commencé à faire du bruxisme et donc à claquer des dents (je ne grince pas mais claque) presque toutes les nuits. Plusieurs dentistes et orthodontistes ont vérifié la hauteur de la dent et elle leur semble ne pas être en décalage avec le côté gauche (papier bleu).

    Maintenant je ressens uniquement sur la pointe du côté externe de cette couronne une douleur à la pression. Cette douleur est comparable au nerf d'une dent que l'on doit dévitaliser. La douleur n'apparaît qu'à la pression ou la mastication d'un aliment dur. Mon dentiste ne peut expliquer la cause de cette douleur située uniquement sur la pointe de la couronne.

    J envisage un traitement orthodontique par gouttières (marque amèricaine) pour corriger ma malocclusion et espérer que mon bruxisme disparaisse car il me cause des problèmes de santé non négligeables tant au niveau des cervicales, qu'au niveau digestifs et urinaire (vessie inflammée sans aucun germes), douleurs dorsales . J'ai l impression que tous les praticiens auxquels je m adresse ne comprennent pas mon désarroi.

    L'orthodontiste me propose 2 plans de simulation: gouttières + 2 minivis ancrées dans l'os alvéolaire, seulement pour la machoire inferieure 50 semaines OU extraction des 4 deuxième prémolaires (2 des prémolaires sont à dévitaliser et à couronner et la 3eme est celle dont le bruxisme est apparu après pose de couronne, donc une seule prémolaire est saine) + 2minivis plus de 70 semaines. 

    Cependant, il m'assure que le problème de bruxisme provient essentiellement du stress et non de la malocclusion. 

    En lisant vos articles, je me rends compte que le réel stress produisant le bruxisme dans mon cas, et le stress lié à l'activité des nerfs sur le cerveau pendant le serrement des dents.

    Il m'arrive quelques fois de serrer mes dents lorsque je suis concentrée, et je me suis rendue compte qu'il m'arrivait également de propulser la mandibule en avant.

    Comme j'ai une malocclusion de classe 2 (mandibule très en arrière par rapport aux dents supérieures) et un chevauchement des incisives du bas,  j'ai pu constaté que la canine inferieure et supérieures se touchaient très souvent, en pendant mon sommeil, quelques réveils m'ont alertés sur leur serrement.

    Je remarque maintenant un autre symptôme beaucoup plus handicapant pour moi que les autres: des vertiges de position, apparaissant quelque jours après des douleurs à l'oreille gauche.

    Pensez vous qu'un lien puisse exister entre le point de départ du bruxisme et la pose de la couronne sur la 15?

    Pensez vous que le terrain était déjà propice au développement du bruxisme? 

    Enfin, un enfant bruxomane (grincement) aura t'il plus de chance de l'être à l'âge adulte qu'un enfant qui ne fait pas de  bruxisme? (c'était mon cas, et maintenant celui de mes enfants). Existe t-il des études sur le bruxisme des enfants et leur rapport aux écrans? L'on parle d'un chiffre d'enfants bruxomanes en pleine expansion est ce vrai? Les données à ce sujet ne me sont pas accessibles aisément sur internet. 

    En vous remerciant.

      1. Bonjour Sarah,

        En premier lieu si j'étais vous, en face de la complexité du traitement proposé , sans vous avoir moi même examinée, je commencerai à consulter un autre orthodontiste sans l'informer que vous avez consulté un confrère avant lui. Faites moi part de sa réponse et nous aviserons. 

         Le bruxisme est dans 95% des cas induit et entretenu par la frustration. Il n'ya pas, à ma connaissance, de données scientifiques sur on lien entre bruxisme et écran 

        Bien à vous
         

         

  4. Bonjour,

    Je souffre d'un syndrome vésical douloureux. J'ai lu l'article qui explique le lien entre le nerf trijumeau, l'hypothalamus et la vessie, ce qui m'a intriguée. En outre, je lis que les oestrogènes sont délétères. Or, on m'en prescrit pour lutter contre es bouffées de chaleur intenses liées à la ménopause. Quant à mon occlusion, elle est, sur la papier, "parfaite". J'ai suivi un traitement orthodontique et j'ai été opérée (avancée mandibulaire). Avant cela, je grinçais des dents chaque nuit, ce qui ne se produit plus. Je dors sur le ventre. Je lis aussi que, si, dans un premier temps, la gouttière nous aide, elle devient une "ennemie", car elle nous incite à serrer davantage. Pourtant, je n'ai pas le sentiment de serrer les dents, au contraire ! j'ai remarqué que mes dents ne se touchaient jamais car j'interpose ma langue. Après l'intervention, les tendons, les muscles, les nerfs ont été impactés. Comme ça tirait beaucoup, au lieu de laisser le temps faire son travail, j'ai compensé en utilisant ma langue comme amortisseur et je me demande si je n'ai pas commis une énorme erreur, irréparabble. Je me sens vraiment coupable. Mon orthodondiste m'a confectionné de nouvelles gouttières car mes prémolaires ne veulent pas rester à leur place et rentrent vers l'intérieur. ce sont des gouttières très fines, et avec elles, je retrouve le contact entre les dents. J'ignore pourquoi, je n'ai pas mal dans ce cas là tandis que sans elles, j'ai peur, j'ai l'impression que forcer sur les muscles de ma gorge. 
    Je tiens un journal sur la maladie car le SVD provoque, selon moi, la pire des douleurs, celle de cette envie permanente d'uriner avec l'impression qu'on va se faire pipi dessus, la lourdeur vésicale comme si la vessie allait éclater, l'urètre qui semble rigide comme une barre de métal après avoir uriné. On a envie de mourir. Mais si cela venait de ma mâchoire, de quelque chose que je fais mal ou que je ne dois pas faire ? et si cette torture pouvait disparaitre grâce à votre technique ? Mais je vis très loin de Marseille et faire le trajet du nord vers le sud, dans mon état, c'est impossible d'autant que je suis de plus en plus affaibli, je ne dors plus, que ce soient à cause de la ménopause ou d'autre chose, je suis à bout. Je ferme la bouche en mettant les lèvres en contact, selon la technique décrite et sous en demandant à ma kiné de veiller à ce que je le fasse bien, je m'endors avec des pensées positives (ce sont des choses que je fais depuis que je suis tombée malade), mais est-ce suffisant ? N'y a t-il qu'un seul praticien, à Marseille ? pour identifier si mes douleurs (si la torture) s'explique par un des problèmes soulevés à travers vos articles ? Pourriez-vous m'aider ? Par avance, merci. 
    Marie

  5. Bonsoir professeur Hartmann 

    Je vous avez écris sur un autre blog et vous m aviez demandé une IRM que j'ai passée le 23/09/22. Je vous donne le compte-rendu très bref: arthroses de l ATM gauche où le ménisque n'est pas visualisé de manière significative.  A droite le ménisque est en position normale sur la séquence bouche fermée et ouverte. 

    A noter une nette limitation de l ouverture buccale. 

    Mais, j'ai retrouvé une tomodensitometrie des ATM du 16/10/2013. Je vous donne le  compte-rendu. 

    Arthrose temporo mandibulaire gauche  sans signe de poussée congestive formelle.

    Arthropathie dégénérative temporo mandibulaire droite débutante. 

    A compléter par une IRM des ATM pour bilan fiscal.

    Mais ce problème de santé remonte à 20 ans, et j'ai 69ans. 

    Je vous remercie de me répondre et de m indiquer un dentiste dans ma région . 

    Bien cordialement. Monique. 

    N

  6. Cher professeur,

    J'ai découvert il y a quelques jours votre site, lors de recherches sur Internet. Etant en totale errance médicale, en tout cas en ce qui concerne le ou les traitement(s) qui pourrait(ent) me soulager, je me permets de me tourner vers vous afin d'être dirigée vers quelqu'un de compétent.

    Je suis une femme de 50 ans et j'ai commencé à me réveiller le matin avec de forts maux de tête il y a environ 13-14 ans. Je venais d'emménager dans un nouvel appartement et mon voisin était très bruyant la nuit. A cette période, mon dentiste de l'époque a aussi remplacé presque tous mes amalgames (vulgairement appelés "plombages") par des inlays. Il m'a aussi légèrement limé les canines, qu'il jugeait esthétiquement trop prononcées.

    Plus tard, j'ai commencé à avoir une douleur à l'oreille gauche, comme si j'avais une otite. Après deux consultations médicales n'ayant rien décelé, mon généraliste m'a conseillé de consulter un ORL, qui n'a rien trouvé non plus. Il m'a cependant dirigée vers un ostéopathe, suspectant que la douleur pouvait irradier des cervicales. Et il avait raison. J'avais les cervicales totalement bloquées et il a fallu quelques séances pour les soulager.

    Malheureusement, les choses ne se sont pas arrêtées là. J'avais toujours des maux de tête et j'ai fait l'expérience de la migraine pour la première fois de ma vie un jour au travail. Puis j'ai commencé à me casser les dents. Après quelques questions, mon (nouveau) dentiste a donc suspecté que je souffrais de bruxisme. Je n'y avais jamais pensé, mais c'était clair pour moi. Il m'a donc fait confectionner une gouttière rigide à porter la nuit sur les dents du bas. Cela a stoppé net mon problème de dents cassées, mais pas les douleurs.

    A un moment donné, il y a trois-quatre ans, j'avais tellement mal (que ce soient des maux de tête, migraines ou cervicalgies) que je prenais des anti-douleurs (Paracétamol et Ibuprofène) en continu. Et bien sûr, plus j'en prenais, et plus j'avais mal, et le cercle infernal était lancé. Après quelques recherches, j'ai compris que je devais me sevrer de ces médicaments. J'ai consulté un neurologue connu, après avoir lu un de ses articles sur le sujet. Il a fait un diagnostic très rapidement : je souffrais de névralgies d'Arnold et de migraines. Il m'a donc prescrit un traitement assez lourd : Rivotril et un traitement de fond anti-migraineux. Cela m'a permis de sortir du cercle infernal des anti-douleur, mais les effets secondaires étaient tels que j'ai dû aussi me sevrer de ce traitement !

    Au fil des recherches que je continuais de faire sur Internet, j'ai lu un article sur les problèmes d'occlusion et leurs possibles effets, notamment le bruxisme et les douleurs. J'ai consulté un occlusodontiste qui m'a posé deux petites "cales" en résine sur les canines et qui m'a conseillé de "me détendre"… Bien entendu, en deux heures de temps, les "cales" avaient sauté et je n'étais pas plus détendue ! Ma consultation avec ce praticien n'a pas porté ses fruits, mais j'ai tout de même gardé en tête que j'avais un problème d'occlusion à résoudre. J'ai donc consulté un autre occlusodontiste (le Dr Weill, à Vincennes) l'année dernière, car il offrait une approche pluridisciplinaire au traitement (ostéo, exercices de rééducation, puis plus tard une éventuelle correction des contacts dentaires). Il a fait un moulage de ma dentition et, en effet, mes dents du bas sont comme rentrées vers l'intérieur et les contacts ne se font pas ou pas correctement avec les dents du haut. La seule raison pour laquelle je ne me suis pas engagée dans le protocole de soins qu'il m'a proposé, c'est le coût : 2000 euros non pris en charge. J'ai peur de prendre le risque que ce protocole ne fonctionne pas et de perdre cet argent.

    Très récemment, je faisais des recherches sur les gouttières (la mienne n'ayant qu'un seul effet protecteur sur mes dents) et je suis tombée sur plusieurs articles concernant les gouttières nti-tss. J'ai pris rdv avec un dentiste spécialiste de ce procédé et il m'a donc confectionné une de ces gouttières. J'ai dormi comme un bébé pendant trois jours, puis les douleurs sont revenues, certaines même nouvelles… J'en ai repris l'usage quelques jours plus tard, et je me suis de nouveau réveillée douloureuse de partout. J'en ai donc décidé d'en arrêter l'usage.

    Bien entendu, je vous passe les consultations avec psychothérapeutes, hypnothérapeutes, kiné, acupuncteurs et autres auriculothérapeutes. A ce jour, donc, je souffre toujours de névralgies d'Arnold, parfois de migraines, de douleurs ATM, de fatigue, de craquements des articulations de la mâchoire, de douleurs aux trapèzes et haut du dos, ainsi que depuis peu d'une sorte de lombalgie…

    MISE A JOUR DE MA SITUATION APRES QUELQUES JOURS : J'ai commencé à mettre en place très scrupuleusement et de manière obsessionnelle votre méthode du pincement des lèvres, gommettes et rituel de prise du sommeil depuis quelques jours, et j'ai presque terminé la lecture de votre excellent livre. Je commence à voir des résultats. Je me suis rendu compte, par exemple, que même lorsque je ne serrai pas les mâchoires durant mon sommeil, j'exerçais une pression sur ma gouttière avec la langue pendant la nuit (je pense que votre méthode a permis à mon cerveau de me réveiller à ces moments-là !). J'ai donc décidé cette nuit de ne pas la porter (après quelques années sans m'en passer) et ce matin, je me réveille bien plus en forme que ces derniers temps. Je me suis même réveillée immédiatement lorsque mes molaires commençaient à se serrer ! J'ai donc grand espoir de pouvoir améliorer ma situation. Ceci étant dit, je pense que j'aurai besoin de me faire accompagner et mon problème d'occlusion devra probablement être corrigé.

    Pourriez-vous me conseiller quelqu'un qui pourrait me suivre en région parisienne ?

    Merci ! Sabine

    1. Cher professeur,

      En attendant votre retour, je me permets de vous donner des nouvelles de ma progression.

      Comme je l'ai précisé dans mon post précédent, j'ai mis en place votre méthode, que je suis scrupuleusement. En journée, tout se passe bien, mais malheureusement, je me réveille encore douloureuse le matin, et je me surprends la nuit en train de serrer les dents.

      J'ai hâte de pouvoir mettre en place un protocole de soins afin d'à terme sortir de cette spirale infernale.

      En vous remerciant par avance pour votre réponse.

      Sabine

  7. Bonjour Docteur Hartmann, 

    Je suis une femme de 35 ans. A l’âge de 17 ans j’ai eu un mauvais traitement d’orthodontie, aggravation de la retrognatie, 4 pré molaires arrachées et 3 dents de sagesse qui ont poussées. Mes incisives du haut inclinées vers l’intérieur bloquent ma mandibule. D’après l’odontologie de Marseille et certains ortho privée, on ne peut pas toucher aux incisives du haut car elles tomberaient ( structures osseuses fines et racines courtes)

    Au cours d’un soin dentaire il y a maintenant 2 ans ( la 36 sensible, nettoyage amalgame )

    J’ai eu d’atroce douleurs dans les mâchoires qui se sont légèrement estompées à gauche et stoppées  à droite. 
    Au bout d’un an, j’ai eu très soudainement mal à cette dent que l’on a dû dévitaliser 

    Pour ces douleurs musculaires, J’ai consulté plusieurs occluso dont Marseille, plusieurs chirurgiens et orthodontistes. 
    Mon IRM montre une sévère arthrose des ATM avec un disque irréductible à gauche. 
    Kine inefficace, gouttière à partir de moulage En pâte non tolérée car douleurs incisives du bas ( appui). Pas d’apnée malgré un faux positif avec une polygraphie à 28 .Mais j’ai voulu confirmer avec une polysomno juste 6 apnées par heure et 15 micro éveils 

    pas de Bruxisme. Analyse sommeil par entourage et masséters mous.
    Depuis 1an et demi j’ai des douleurs musculaires à gauche principalement à la parole. Je ne peux plus exercer mon métier depuis plusieurs mois et mes contractions s’aggravent. 
    J’ai choisi de me faire suivre à Paris pour avancer ou l’on me propose de refaire une gouttière sur mesure avec scanner et du botox. 
    je vais consulter encore des orthos pour pouvoir bouger mes dents sur l’avis du chir. Je suis persuadée que le problème est une mal occlusion qu’il faut essayer de rectifier d’urgence. Merci de votre avis 

    1. Bonjour Amanda;

      Surtout, pas de BOTOX car la bibliographie internationale a mis en évidence après son usage : risque de perte de dents et déminéralisation osseuse des maxillaires.Vous écrivez: pas de bruxisme. Précisez, car pour la majorité des gens, le bruxisme c'est le grincement des dents. Le serrement+++, le tapotement des dents , le frottement léger des dents, le maintien constant des dents entre elles peuvent avoir un effet délétère sur votre organisme. A vous lire.
       

      Bien à vous

      1. Je ne présente aucun des détails du bruxisme que vous énumérez. 
        La nuit permet souvent d’apaiser mes douleurs. Et dès le réveil elles reviennent. 
        j’ai aussi des paresthésies dans la langue gauche. J’ai une hyper contraction du muscle Pterygoidien soit médial soit latéral Exercices kine non efficace

         

        1. Bonjour Amanda,

          Sans bruxisme retenu , il faut donc prendre en compte votre ATM gauche accompagnée d'arthrose sévère et d'une luxation discale irréductible,  tout à fait susceptible de vous donner de tels symptômes. La technique Hartmann- Cucchi est INDISPENSABLE dans le cas d'une  luxation discale irréductible. Je fais le nécessaire pour vous  diriger vers un de mes correspondants sur Marseille . A la fin de votre traitement , n'oubliez pas de me donner le résultat du traitement quel que soit son issue.

          Bien à vous

    2. Bonjour Amanda.

       Une luxation discale irréductible exige 1°) que vous renonciez absolument à l'usage du BOTOX. La bibliographie internationale a mis en évidence que son usage pouvait provoquer la perte de dents et entrainer une déminéralisation osseuse  susceptible d' interdire la pose d'implant.2°) la seul traitement efficace et pérenne dans le cas d'une luxation discale irréductible serait de  vous diriger sur Marseille, de préférence, pour l'application de la technique Hartmann-Cucchi décrite dans ce site. Acceptez-Vous ?

      Bien à vous

  8. Bonjour,
    Merci pour cet article. 
    Grâce à votre méthode HB, après des années d’errance, je serre beaucoup moins les dents ! J’ai découvert qu’en dormant à plat sur le ventre et sans coussin, je ne serre plus du tout les dents. Peut-être cette expérience personnelle pourra-t-elle aider certains de vos lecteurs. 

    Il est difficile de trouver un spécialiste de l’occlusion ; malgré un traitement orthodontique dans l’enfance puis Invisalign à l’âge adulte, j’ai une béance et mes incisives ne peuvent pas se toucher. De plus en dormant, je pousse mes dents du haut avec la langue. Je suis obligée de porter une gouttière la nuit pour protéger mes dents.

    Auriez-vous s’il vous plaît des conseils à me donner et des spécialistes à qui m’adresser dans le 13 ou le 83 ?

    Bien cordialement

    Christelle

  9. Merci pour cet Article très intéressant, j’ai également acheté et lu un de vos ouvrages qui m’a beaucoup aidé, soutenu et que je relis et que je conseille sur les forums des réseaux sociaux pour les personnes dans mon cas.

    Après 3 ans d’errance médicale, après avoir vu multitude de spécialistes( dont 7 orl, la douleur ayant commencé à l’oreille mais qui s avérait être l’articulation de la mâchoire ) et eu des traitements souvent inutiles (Botox médical, traitement médicamenteux , infiltrations, multiples gouttières, exercices de rééducation linguale, jugales, nasale, et j’en passe…) , 
    j’ai pu diminuer (et surtout mieux comprendre ) les raisons  de ces symptômes invalidants du bruxisme et maloclusion notamment la douleur des muscles masticateurs gauche du temporal au SCOM. Votre livre m’a apporté le diagnostic que personne hormis mon dentiste m’avait suggéré : le serrage des dents,( cependant dents non abîmées) .
    À ce jour les douleurs sont réduites de 80%!, ( douleurs uniquement à Gauche)les tremblements de la face (uniquement à gauche)ont disparu  . 
    il persiste une douleur au temporal gauche de temps en temps avec des « noeuds musculaire gros comme des billes »quand je le touche mais je gère mieux la douleur en appliquant la méthode de la relaxation . 
    le seul symptôme persistant et gênant et que depuis 3 ans je n’ai pas trouvé de cas similaire, C’est un acouphène type cliquetis/tintement qui se déclenche à l’oreille gauche de temps en temps en particulier quand je tousse fort, j’éternue, baille, et surtout quand j’appuie sur la zone autour de l’articulation de la mâchoire (scom et zone derrière l oreille gauche ) .
    Il se déclenche également la nuit pendant mon sommeil ou au moment de m’endormir, qui fait que je me réveille,  mais il se déclenche  aussi en journée (en repos ou en activité ).

    Mon  cas est également articulaire en plus d’être musculaire car l’IRM des ATM  démontre une double luxation méniscale mâchoire bouche fermée et dégénérative.

    J’ajouterai qu’aucun médecin n’a su expliquer pourquoi mon muscle superficiel le platysma  gauche a disparu lors de la contraction de celui -ci( le droit est bien marqué)et ce  depuis l’apparition de mes autres symptômes. La partie gauche de ma langue  était tombante mais j’ai pu l’améliorer avec des exercices chez une orthophoniste. 
    Encore Mille merci pour l’aide que vous apportez à toutes ces personnes souffrantes, et de médiatiser cette pathologie souvent méconnue et complexe et dont on mesure pas les  conséquence néfastes sur le reste de notre corps!!  

    1. Bonjour Maryline,

       

      Une  double luxation méniscale nécessite que l'on applique chez  vous la technique Hartmann-Cucchi. Par ailleurs, votre acouphène type cliquetis/tintement  représente t-il pour vous un son aigu ou grave? Si le son est grave 90 à 100%de bons résultats si c'est aigu , genre sifflement de 0 à 2% de bons résultats.   RSVP

      Bien à vous

       

       

  10. Bonjour,

    Je suis un homme de 40 ans et je pense souffrir de bruxisme.

    J'ai depuis plusieurs années (2018) des douleurs inexpliquées dans les bras, les jambes, la nuque, les yeux et de la fatigue. Je n'ai pas les dents usées mais mon épouse me dit que je grince des dents parfois et je me suis déjà réveillé en me surprenant à serrer des dents.

    Mon ostéopathe m'a déjà fait la réflexion, sans que je ne lui en parle, que je devais serrer des dents la nuit.

    J'ai passé plusieurs examens (IRM, EMG, Lyme) et RAS.

    J'ai eu plusieurs réponses selon les médecins : le stress, dans la tête, la fibromyalgie pour certains et pas du tout pour d'autres.

    J'ai commencé à appliquer la technique Hartmann-Bratslavski depuis 2/3 mois. En journée pas de problème, mais la nuit c'est difficile de le faire tout le temps. J'ai l'impression d'avoir moins de douleurs dans les bras.

    Je m'adresse donc à vous afin d'obtenir les coordonnées d'un praticien sur Paris ou Lille afin de confirmer ce diagnostic et voir ce qu'il faut envisager ou non.

     

    1. Bonjour Pierrot,

       Pour le serrement de dents nocturne : un seule technique efficace dans le temps : la technique Hartmann-Cucchi , décrite avec minuties dans ce site. Je vous dirige vers un correspondant sur Paris. Une série de 8 infiltrations hebdomadaires endo-buccale d' anesthésique à 3%, sans adrénaline, dans la fosse infra- temporale. Avant la 4ème séance, pose d'une gouttière mandibulaire en résine cuite et équilibration éventuelle. Continuer les infiltrations, sous peine de récidive, si disparition  rapide de vos symptômes. Donner moi de vos nouvelles  mi- décembre.
      PS: N'acceptez aucun autre traitement.

      Bien à vous

  11. Bonjour,

    je suis un homme de 37 ans, et je souffre de la maladie de manière depuis l’âge de 19 ans. D’abord des acouphènes dans l’oreille gauche avec surdité et vertiges, puis de manière bilatérale depuis 4 ans. Je n’ai pas eu de crise de vertiges depuis 4 ans, mais les acouphènes et la surdité sont très handicapants. Je suis persuadé qu’il y a un lien avec mes dents puisqu’après 6 mois de dentosophie j’ai récupéré l’audition de l’oreille droite. Mais depuis 3 mois c’est reparti. Les ORL démentent cette possibilité, mais j’ai réellement l’impression que mes nuits régissent mes jours. Je serre les mâchoires et « j’aspire mes joues ». J’habite près de Marseille et j’aimerai vraiment essayer vos techniques.

    Merci beaucoup 

    1. Bonjour Mike;

      Avant de vous diriger sur Marseille, il convient , pendant deux mois, que vous appliquiez de manière OBSESSIONNELLE  sauf pour parler ou pour manger, dès le matin au sortir du lit la technique Hartmann- Bratzlzvzki : https://tmd-dentalmedical.org/la-technique-hartmann-bratzlavski/. en ayant également lu de manière  très attentive les recommandations sur la position précise de vos lèvres que vous trouverez dans la page d'accueil. Compte rendu de votre part début octobre sur le blog.

      Bien à vous

  12. Bonjour Professeur,   Pensez-vous que la correction d'une malocclusion (retrait de la mandibule, pas de cross-bite) par des goutières et chirurgie (c'est ce qui est prévu par mon orthodondiste) peut corriger une scoliose lombaire de 10° ?   A cela est combiné de nombreuses gênes musculaires

     

    Merci à vous.  Bien cordialement.

    1. Bonjour Ro,

      Le cross-bite est une cause reconnue de création d'une scoliose . Si cette malformation n'existe pas chez vous, toute intervention dentaire, selon moi, n'aura aucun effet sur une scoliose avérée.

      Bien à vous

  13. Cher Professeur Hartmann,

    sur vos conseils, j'écris sur votre blog.

    Je suis atteinte d'une dystonie cervicale (torticolis et latérocolis gauche) avec contraction du SCOM droit et Splénius gauche qui sont "endormis" (depuis 1 ans et demi) tous les 3 mois avec de la toxine botulique à raison de 100 unité dans le Splénius et 40-50 U dans le SCOM.

    Suite à une investigation d'un stomatologue, des gros déséquilibres de ma machoire ont pu être identifiés. Mon côté gauche avait peu de contact (causé par un manque d'os au niveau de l'arrière de mon maxillaire suite à une extraction de molaire à 11 ans par un dentiste qui avait atteint mes sinus et arraché de l'os + greffe rejeté).

    Depuis 4 ans, je suis un traitement orthodontique qui arrive à sa limite puisqu'il n'arrive pas à résoudre mon problème d'occlusion.

    Un chirurgien spécialisé en maxillo-facial vient de constater par IRM que je suis luxé des deux côtés car mes ménisques sont partis de la capsule articulaire. Il propose une arthoscopie mais il tarde à me donner un rdv à cause de son planning surchargé (j'attends depuis 6 mois). Il m'a également dit que je devais subir une deuxième opération d'ostéotomie maxillo-faciale (pour rétablir le milieu et la bascule de mon maxillaire). 

    Je ne suis pas rassurée par cette deuxième opération et ce chirurgien étant débordé, les choses trainent et mes douleurs sont insoutenables. D'autant qu'il a demandé à l'orthodontiste de mettre les bagues du bas le plus bas possible pour faciliter l'opération. Cette position des bagues a engendré un point de contact seulement sur les deux dents de devant et si je veux que mes molaires touchent pour mastiquer des aliments je dois forcer et déplacer mon mandibule vers l'arrière. J'ai donc des douleurs qui ont augmentées. Je ne peux plus rester comme cela.

    Je viens ainsi vous demander conseil sur des chirurgiens, spécialisés en maxillo-facial, sensibles à votre méthode dans la région du Pays Basque où la région Toulousaine. S'il n'y a personne dans ces régions et si vous pensez à un chirurgien en France qui pourrait être le plus à même pour m'aider, je suis également preneuse.

    Je vous remercie grandement du temps que vous pourriez accorder à mes demandes.

    N.N

     

    1. Bonjourc Natacha,

      Il y a un consensus mondial , à l'heure actuelle, pour ne plus traiter les luxations des ménisques de l'ATM de manière chirurgicale. Seule la technique Hartmann- Cucchi peut vous permettre d"espérer une guérison. C'est immodeste de l'écrire, mais c'est malheureusement la réalité. Je ne peux, hélas pour vous que vous diriger sur Marseille et vous mettre dans les mains d'un ex assistant à  la faculté, formé par moi, et qui a traité avec succès des luxations semblables à la votre.

      Bien à vous

  14. Bonjour Docteur je souffre depuis trois ans de perte d’équilibre de l’impression de ne plus contrôler mon corps et que je vais tomber j’arrive plus à fixer les gens afin de discuter avec eux j’ai fait tous les analyses il me dit c’est le stress effectivement le matin je sens ma mâchoire qui est Serrer, Dès le matin 30 minutes après mon réveil j’ai la tête qui est lourde j’ai une migraine sans douleur la tête qui est lourde et la pression de ne plus savoir marcher je sent des battement au niveau du cortex gauche et quand je serre ma tête avec un foulard ça me fait un peu du bien et les sensations désagréables atténuent légèrement.

    c est très difficile à vivre pensez vous que c’est le bruxisme ? Comment on peux être certain que c est ça svp ? Avez vous des professionnels à nous conseiller en région parisienne je vous remercie infiniment 

    1. Bonjour Rajae,

      La seule information qui me permet de savoir que vos souffrez d'un bruxism centrée c'est votre phrase: effectivement le matin, je sens ma mâchoire qui est serrée. Incontestablement, la crispation des muscles de votre mâchoire dents serrées est la cause de vos maux. Sans médicament, vous pouvez vous débarrasser de cette déplorable et malsaine habitude en prenant l'habitude, le matin, dès que vous posez les pieds sur le sol, de mettre vos lèvres en contact d'une commissure à l'autre et de ne pas quitter ce contact , sauf pour parler ou pour manger. Pourquoi? Les lèvres sont innervées par le nerf facial. Ls stimulation, même légère, du nerf facial ( le simpie contact de vos lèvres entre elles) inhibe totalement le noyau moteur des muscles élévateurs de votre mâchoire.  Cf page d'accueil du site     A faire de manière OBSESSIONNELLE. Pour la nuit, dans votre lit, les lèvres en contact, prendre le sommeil en pensant à quelque chose de très agréable = les mâchoires s'entrouvrent d'elles mêmes . Par contre, fixer votre attention sur un souci de la journée fait immanquablement serrer les dents? A vous de jouer ! Compte rendu fin octobre dans ce blog. Ou habitez vous?

      Bien à vous

       

       

  15. Bonjour Docteur. Je souffre de douleur intenses lorsque je serre les dents, systématiquement après avoir mâché de la viande quand elle est dure. Et ce que sur une seule molaire, pensez-vous que cela soit dû à un problème d’occlusion dentaire sur cette dent ?

    merci de votre précieux avis et merci pour ce formidable site.

    Dany

    1. Hello j ai le meme souci avec une dent qui devient trop sensible en machant et ca dure 3 jours et ca passe. je cherchai sur internet et je suis tombe sur ce site c'est l'occlusion qui va pas ? merci

  16. Grand Merci pour cet article extrèmement clair. J'ai enfin compris beaucoup de choses. En cas de doute sur son occlusion, doit on retourner voir son dentiste rien que pour cela ?

     

    1. Bonjour Lucie,

      Pour pouvoir vous répondre efficacement, je vous serais très obligé, tout en gardant scrupuleusement votre anonymat, de me  faire connaitre, votre âge et l'ensemble de vos symptômes depuis le cuir chevelu , jusqu'à la plante des pieds, sans oublier les symptômes respiratoires, cardio-vasculaires, digestifs, urinaires, voire gynécologiques.NB: précisez également le type de bruxisme dont vous souffrez éventuellement.

      Bien à vous  

        1. Bonjour Lucie,

          Si l'on a aucun symptôme, à priori, c'est que l' occlusion fonctionne bien.Mon avis sur l'occlusion vous a été distillé dans cet article. S'il n'a pas de symptômes, pas de doutes  à avoir ,une consultation serait inutile.

          Bien à vous
           

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer