Print Friendly, PDF & Email

Cas Clinique : Témoignage

Il m’apparait d’une extrême importance de présenter à tous les visiteurs potentiels du site des témoignages susceptibles d’établir de manière indiscutable le lien entre le bruxisme (serrement continuel des dents en particulier) et un ensemble de symptômes qui en première analyse semblent n’avoir aucun rapport avec les dents.

Tel n’est pas le cas comme l’illustre le témoignage d’un de mes patients, médecin généraliste (encore un…), chez qui la technique Hartmann-Cucchi  a supprimé depuis 1992  la quasi totalité des symptômes qu’il a  décrit, avec précision, dans son attestation.

Vous pouvez vous demander pourquoi ce témoignage vieux de 26 ans écrit par un médecin est-il si important. ?

C’est ce que l’on appelle le « recul thérapeutique ».

Il est fondamental de s’assurer que tout traitement persiste dans le temps sans effets secondaires. Ce patient m’a confirmé en début d’année 2018 la persistance totale de sa guérison (hormis les sifflements d’oreille pour lesquels je l’avais prévenu dés le début)

NB : Voir mon article sur le botox, toxine utilisée pour lutter contre le serrement de  dents et toute forme de bruxisme, dont le recul sur approximativement dix ans d’utilisation a montré quelle n’est pas sans danger selon la bibliographie internationale.

Voici la transcription de son témoignage que vous trouverez sous forme de scan de l’attestation manuscrite originale en bas de page.

Cher Monsieur,

Je vous écris pour vous remercier de vos bons soins.

En effet, grâce aux infiltrations des ptérygoïdiens que vous m’avez proposées, me voilà pratiquement guéri de la plupart des troubles qui m’avaient amené à vous consulter.

Comme vous le savez, j’avais été exploré il y a quelques années, par mes confrères internistes, qui, après avoir éliminé une sclérose en plaque et un neurinome de l’acoustique, m’avaient laissé bien rassuré, mais avec mes troubles, à savoir ;

vertiges avec nausées (en partie déclenchées par la mise en place de mon stéthoscope) bourdonnements d’oreilles, sifflements d’oreilles, asthénie avec fatigabilité oculaire intense et prurit oculaire en fin de journée et douleurs bi-temporales, avec impression de branches de lunettes trop serrées.

Je suis venu vous consulter tout à fait septique, je dois le dire, n’y croyant pas, et n’ayant rien à perdre.

D’autre part, de nombreux malades que je vous avais confiés, pour différentes pathologies et différents symptômes qui échappent à la thérapeutique traditionnelle, ayant été guéris, j’ai tenté l’expérience.

Bien m’en pris, car, bientôt, à la fin de votre traitement, il ne persiste de tous mes troubles que les sifflements d’oreilles, mais vous m’aviez prévenu qu’il vous était impossible de les soulager. D’autre part, j’ai pu voir, chez vous, à votre consultation, des améliorations spectaculaires chez des malades que j’ai pu examiner et avec qui j’ai pu discuter librement, pour lesquels aucune ressource thérapeutique n’avait été efficace.

Je vous remercie donc encore de vos bons soins en mon nom propre et au nom de  tous les malades que vous avez accepté de soulager.

Me voilà donc parmi les témoins objectifs de l’efficacité de vos méthodes, il vous faut continuer dans cette voie.

Respectueusement, votre dévoué….

En conclusion :

Pour celles et ceux (des métiers de santé) qui persistent à imaginer la bouche et les dents situés en dehors d’un diagnostic médical sérieux, il convient de faire ENFIN une place à la recherche du bruxisme dans les anamnèses en cas de troubles déconcertants.

Fin 2O18,  par exemple, présenter un bruxisme centré et souffrir de crampes nocturnes dans les mollets n’est plus tolérable, tant la thérapeutique est aisée.

Songez que naguère, on donnait, en vain de la quinine pour traiter cette maladie…  ( Dix morts rapportés aux USA !) alors que le lien de ce symptôme avec le serrement de dents  est confirmé . Arrêt du bruxisme de serrement = guérison totale

Autre exemple : la maladie de  Ledderhose (douleur sous la plante  des pieds) est parfaitement guérissable en présence de  bruxisme  L’arrêt de cette dyskinésie supprime  la quasi totalité des symptômes douloureux plantaires.

Encore un exemple : les gynécologues américains ont attiré mon attention sur la survenue de vulvodynie au cours d’un dysfonctionnement temporo-mandibulaire…

Que dire des résultats tout à fait inattendus obtenus sur la cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse chez une patiente bruxomanie…

Rappel : le nerf trijumeau V est constitué de 3 branche : V1 pou les yeux, V2 pour les dents supérieures , V3 pour les dents inférieures

En temps que diplômé d’un certificat de maîtrise de physiologie animale, je m’insurge que l’on persiste à attribuer l’intervention d’une stimulation  du nerf sympathique dans la genèse de l’eréthisme cardiaque  alors que la cause  réelle  est une Inhibition  du nerf vague ou X ou parasympathique à point de départ dentaire (Bruxisme centré). L’inhibition d’un nerf cardio -modérateur X, entraînant une cardio accélération. il est tout aussi insupportable de constater que n’importe quel médecin reconnaît qu’une pression sur les globes oculaires entraine un ralentissement du coeur (une bradycardie, réflexe oculo-cardiaque) par stimulation du nerf parasympathique et réchigne à admette qu’une pression  continue  des dents entre elles  puisse entraîner une tachycardie par inhibition du nerf précité via un réflexe dento-cardiaque .

Bien remarquer le sens de l’influx nerveux en provenance de l’œil VI, des dents supérieures, VII et VIII dents inférieures. Sens contraire et réel comparé à la description fausse du sens de l’influx nerveux donné dans les cours d’anatomie.

Bibliographie en rapport avec le cas clinique cité

Print Friendly, PDF & Email

1. Alvarado-Mallard RM, Batini C, Buisseret-Delmas C, Corvisier J (1975) Trigeminal representation of the masticatory ans extraocular proprioceptors as revealed by horseradish peroxidase retrograde transport. Exp Brain Res 23 1-13
2. Auroy P, Irthun B, Woda A (1991) Oral nociceptive activity in the rat superior colliculus. Brain Res 549 575-584
3. Batini C, Buisseret p, Lasserre MA, Toupet M (1985) La proprioception des muscles extrinsèques de l’oeil panicipe-t-elle à l’équilibre à la vision et à l’oculomotricité. Ann Oto-Laryng Paris 102 : 7-18
4. Berard PV, Reydy R (1973) L’asthénopie de fixation. Étude clinique. Fichier monographique POS Série A : 4
5. Berard PV, Berard P Jr, Reydy R (1988) Place de la propioception dans la motilité oculaire. Ophtalmol Mond4 12-21
6. Bossy J (1990) Anatomie clinique : Neuro-anatomie. Springer-VerIag, Paris
7 Bricot B (1988) Appareil locomoteur, stress, douleurs vertébrales et rhumatismales que faire? Traiter la cause. In Les thérapeutiques du stress. Les Ent Monaco. Éd Rocher, Monaco, pp 161-168
8. Buser P, Imbert M (1987) Vision Neurophysiologie fonctionnelle. Hermann, Paris
9. Buisseret p, Buisseret-Delmas C, Epelbaum M. Lepercq H (1991) Projections proprioceptives primaires des muscles oculaires extrinsèques sur les noyaux vestibulaires et la région cervicale haute. Résultats anatomiques. Rev Oto Neuro Ophtalmol 14 : 13-17
10. Capra NF, Anderson KV (1982) Computerized image analysis of the trigeminal mesencephalic nucleus. J Dent Res Abstract 61 : 196
11. Clark RKF, Wyke BD (1974) Contributions of the temporomandibular articular mechanoreceptors to the control of mandibular posture: an experimental study. J Dent Res 2: 121-129
12. Cody FW, Richardson HC (1978) Mossy and c1imbing fibres projections of trigeminal inputs to cereberal cortex in the cal. Brain Res 53 352-356
13. Cooper S, Daniel P, Whiueridge D (1951) Afferences impulses in the oculo-motor nerve, from extrinsic eye muscle. J Physiol 113 : 363-374
14. Courjon JH, Flandrin JM, Magnin M (1990) Les troubles vestibulaires induits par habituation. Rev ONO 7 29-32
15. Da Cunha MH, Da Silva A (1986) Le syndrome de déficience posturale. Son intérêt en ophtalmologie. J Franç Ophtalmol9,11 : 747-755 16. Daly P, Preston CB, Evans WG

 28,579 total views,  2 views today

 28,578 total views,  1 views today

80 Comments

  1. Bonjour docteur…j ai 33 ans et je souffre maintenant depuis plus de 3 mois de sensation d ebrieté d instabilité mal a la nuque et une vision très bizarre…j ai fais multiples examens irm cérébrale orl …rien a signaler …cependant je me susn aperçu il y a quelques temps que je serre les dents surtout la nuit j ai donc demandé a ma dentiste de me faire une gouttière que je porte depuis maintenant presque un mois chaque nuit mais j ai toujours ces symptômes qui perdurent du matin que je me lève au soir que je me couche…que puis je faire de plus? Vous consultez? Merci 

    1. Bonjour Laura,

      Si la gouttière se révèle inefficace, il convient de l'abandonner et de la remplacer par une lecture ATTENTIVE de la page d'accueil. La mise en contact, continuelle de vos lèvres d'une commissure à l'autre interdit absolument  le contact des dents entre elles. L'efficacité n'est obtenue  que si cette recommandation est effectuée de manière OBSESSIONNELLE. 

      A vous de jouer !

      Bien à vous

  2. Bonjour Professeur,

    Je vous écris, car je souffre, je ne vis plus, je vis un cauchemar depuis 2018, suite à un choc émotionnel, j'ai eu des crises d'angoisses, machoire douleureuse, dépression…. 

    Et depuis, c'est la descente aux enfers, j'ai 38 ans, une fille de 8 ans, j'ai perdue mon emploi pour inaptitude, je vis avec des maux de tete, les muscles du visage douleureux, que ce soit le masseter, l'occipital, mal aux crane, aux cervicales….

     

    Fatigue chronique, sensations de dents serrées, impossible de me concentrer, moi qui avait des projets, plus rien.

    j'ai vue des stomatologues, un m'a diagnostiqué un bruxisme, un sadam, et une fibromyalgie posturale.

    une subluxation du ménisque, j'ai reçue des injections de botox.

    J'ai besoin d'aide, je pratique votre méthode, j'ai commandé votre livre, je suis en région Parisienne, je souhaite entrer en contacte avec un de vos confrères pour les infiltrations, je suis prete à tous pour m'en sortir, je veux ma vie d'avant, je ne suis pas prete à partir encore.

    Merci pour votre aide, je lis les témoignages, je regarde vos vidéos, vous etes mon seul espoir.

    Lily

    1. Bonjour Lily:

      Une question préalable?: avez vous pris connaissance de la nouvelle page d'accueil de ce site? Elle a été complètement remaniée. Si oui, appliquez vous de manière OBSESSIONNELLE les recommandations préconisées ? A la suite de votre réponse, très franche, je satisferai votre demande. Par  contre, ++arrêt du Botox : perte de vos dents et  perte osseuse de vos maxillaires, rendant la pose d'implants impossible. Autre question ++: à l'ouverture  de votre bouche constatez vous si votre mâchoire du bas dévie d'un côté? A vérifier devant  votre miroir.

      Bien à vous

  3. Bonjour Docteur,

    Je suis une femme de 36ans,

    Voici les symptômes qui me pourrissent la vie et m’empêchent de m’occuper correctement de mes enfants depuis environ 1 an:

    – vertiges, instabilités, déséquilibres, nausées.

    je me sens souvent dans le brouillard et j’ai des difficultés à me concentrer. Mes oreilles craquent lorsque je dégluti. J’ai régulièrement des acouphènes, j’ai perdu de l’audition sur les aigus à droite. Je vis très mal les vertiges qui sont invalidants.

    Je serres les dents nuit et jour, depuis que j’en ai conscience j’ai réussi à arrêter le jour en revanche pour la nuit je n’y arrive pas… j’ai une ouverture limitée à 2 doigts depuis qu’on m’a extrait les dents de sagesse (au bloc sous AG il y a 10ans)

    Le dentiste me dit que je n’ai pas de problème d’occlusion. Mon irm des atm s’est révélée tout à fait normale. Je dois revoir mon orl en février qui lui, pense à une possible maladie de meniere(j’ai fait plusieurs crises de vertiges rotatoires).

    pensez-vous que mes symptômes soient liés à ce serrage de dents nocturne? Si oui pouvez-vous me recommander un confrère qui pourrait m’aider à me sortir de cet enfer? (J’habite l’Oise) 

    Je ne sais plus vers qui me tourner j’en arrive à avoir des idées noires. Merci pour l’aide que vous voudrez bien m’apporter.

    Eugenie

    1.  Bonjour Eugénie,

      Vous écrivez : pensez-vous que mes symptômes soient liés à ce serrage de dents nocturne?Oui à 100%.  En  particulier, fatigue, nausées vertiges sont étroitement reliés à cette déplorable manie . Vous êtes, hélas, responsable devoir propre malheur. Je suis désolé d'être aux direct  mais c'est la stricte vérité. Il convient pour vous en débarrasser, le  jour,  d'une manière certaine, la matin dès que vous posez un pied sur le  sol, de  maintenir à vie, constamment et de manière OBSESSIONNELLE  vos lèvres  en contact d'une commissure à l'autre. Essayez, si c'est bien réalisé, il est IMPOSSIBLE que vos dents soient en contact. Rendez moi compte dans huit jours.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer