Print Friendly, PDF & Email
Bruxisme et recherche japonaise

Bruxisme et recherche japonaise

J’ai souvent fait référence à mes recherches et publications s’étalant sur une cinquantaine d’années.

Aujourd’hui nous allons mettre en lumière la recherche japonaise démontrant, le retentissement spectaculaire des récepteurs tactiles dentaires sur-stimulés par une crispation des mâchoires dents serrées incessante.

J’ajouterai que depuis longtemps les chercheurs chirurgiens-dentistes japonais étaient en avance sur les occidentaux et que je retiens comme un privilège et un honneur d’avoir été invité en 1980 au Japon à Osaka pour présenter mes travaux de recherche sur le chat mettent en évidence l’existence de récepteurs de percussion dans la dentine.
Intérêt de cette recherche : étant donné que le mécanisme de la sensibilité de la dent est rigoureusement comparable chez tous les mammifères, réside dans la connaissance de l’existence de récepteurs de percussion dans la dentine.

Ces récepteurs, dont nous n’avons pas encore parlé, feront l’objet d’un prochain article.

Cette connaissance des récepteurs de percussion est INDISPENSABLE au clinicien dans son activité journalière. Pourquoi ?

LEGENDE:
14 :1ère prémolaire supérieure
15 : 2ème prémolaire supérieure
voir Wikipédia pour plus de détail sur la dentition

Une radiographie n’est plus nécessaire pour objectiver une carie naissante par exemple sur la 15. La percussion comparative entre la 15 et la 14 met en évidence une douleur à la percussion sur la 15 alors que la même percussion s’avère tout à fait indolore pour la 14.

Conclusion : La dentine est innervée, les odontoblastes (structures existant dans la dentine) n’ont rien à voir dans cette affaire.

j ‘ai insisté lourdement sur la qualité  de la recherche dentaire japonaise pour mieux souligner encore le devoir de reconnaissance que les occidentaux doivent avoir envers elle. En Occident et en France en particulier, l’idée commune concernant la dent remonte au XVIème siècle et hélas n’a pas évolué :

La dent : la plus atroce des douleurs sans mort.: Ambroise PARÉ

Telle n’est pas la réalité. Tournons nous vers l’ Extrême Orient.

The Representation of the Human Oral Area in the Somatosensory
Cortex : a Functional MRI Study.

Author Affiliations :
1 Division of Cerebral Integration, National Institute for Physiological Sciences,
Okazaki 444-8585, Japan, 2 Maxillofacial Orthognathics, Graduate School,
Tokyo Medical and Dental University, Tokyo 113-8549, Japan, ‘ SORST, Japan
Science and Technology Agency, Kawaguchi 332-0012, Japan, 4 RISTEX, Japan
Science and Technology Agency, Kawaguchi 332-0012, Japan, 5 Department
of Functional Neuroimaging, Faculty of Medical Sciences, University of Fukui,
Fukui, 910-1193, Japan (2005).

Address correspondence to Norihiro Sadato, Division of Cerebral Integration,
National lnstitute for Physiological Sciences, 38 Nishigonaka, Myodaiji, Okazaki
444-8585, Japan.
http://cercor.oxfordjoumals.org/content/16/5/669.abstract,
http://cercor.oxfordjoumals.org/content/16/5/669.full(fulltext).

Traduction et commentaires: Prof. Hartmann

La représentation chez l’homme de l’aire buccale dans le cortex somatosensoriel
: une étude à l’Imagerie à Résonance Magnétique fonctionnelle
(IRMf).

Jun J. Miyamoto 12 , Manabu Honda « , Daisuke N. Saito ‘. Tomohisa Okada « 
Takashi Ono 2 , Kimie Ohyama 2 and Norihiro Sadato 1 4

Résumé

La sensation tactile des dents est impliquée dans de I1Of1’1breuses fonctions telles que la mastication et la parole. Nous avons recherché la représentation corticale de l’aire buccale, en incluant les dents par le biais de l’Imagerie à Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf). D’abord nous avons identifié la représentation somatotopique des lèvres, cIes dents et de la langue dans le gyrus post-central (GpoC). Nous avons appliqué cIes stimuli tactiles sur la lèvre inférieure, la langue et les dents. Nous avons caractérisé les foyers activés par chaque stimulus par le centre de gravité (CdG) des aires activées. Deuxièmement, nous avons examiné le changement rostro-caudal dans l’organisation somatotopique du GpoC en des termes de chevauchement entre chaque représentation sensorielle.
Au niveau de la portion rostrale du GpoC, le CdG de la représentation tactile des dents possédait une localisation supérieure à celle de la langue et inférieure à celle de la lèvre, compatible avec le classique’ Homonculus sensitif proposé par Penfield. Cependant, la représentation somatotopique devint peu claire dans les parties moyenne et caudale du GPoC. Le chevauchement entre chaque représentation dans les portions moyenne et caudale du GpoC était significativement plus important que celui de la portion rostrale.

Commentaire : Prof. Hartmann

Ces données supportent la théorie selon laquelle une impulsion tactile en provenance des structures buccales converge hiérarchiquement à travers le cortex
somatosensoriel.

 240 total views,  18 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer