French (Fr)English (United Kingdom)Italian - Italy
"Ne marche jamais sur le chemin tracé, car il ne mène que là où d'autres sont allés" Alexandre Graham Bell
migraines, céphalées en casque, frontales, temporales, occipitales… PDF Imprimer Envoyer

Pour bien comprendre cette rubrique :
N'oubliez pas que tout individu stessé qui ne cesse de crisper les mâchoires dents serrées peut déclencher des douleurs lointaines et des troubles associés à partir des dents, (lesquelles ne sont pas uniquement des organes de douleur mais aussi des organes de tact comme le pouce et l'index en opposition).
Pour ceux qui sont intéressés, la partie scientifique est en bas de page.

idee.jpg N'oubliez pas de consulter les rubriques associées : "Cas cliniques" et "Témoignages"



POSSIBLES DOULEURS :

- céphalées "en casque"
- céphalées frontales
- céphalées occipitales
- migraines atypiques
- sinusalgies
- otalgies (sans infection)
- douleurs maxillaires
- douleurs retro-orbitaires


Commentaire général :

Il est étonnant de constater l'importance de la recherche fondamentale sur les informations non douloureuses qui peuvent provenir des dents.
Le serrement continuel des dents est une source majeure des maux de tête ..






partiescientifique.jpg

abstEtComment.jpg
Glaros AG, Owais Z, Lausten L Réduction de l'activité parafonctionnelle : un mécanisme potentiel pour l'efficacité de la gouttière thérapeutique J Oral Rehabil. 2007 ;34(2):97-104.
Les gouttière inter occlusales peuvent se révéler comme un moyen efficace dans le traitement des dysfonctions temporo - mandibulaires cependant il y a peu d'évidence sur le mécanisme de fonction.
(...).
On a recommandé aux patients de maintenir ou d'éviter les contacts dentaires avec la gouttière pendant les 6 semaines du traitement actif
(...).
On a observé que les patients qui ont diminué l'intensité des contacts dentaires témoignaient d'un plus grand soulagement de leur douleur et ceux qui maintenaient ou augmentaient leur contact dentaire témoignaient de la moindre réduction de leur douleur.

abstEtComment.jpg
Magnusson T, Carlsson GE (1978) Céphalées récurrentes en relation avec la dysfonction douloureuse de l'A.T. M Acta Odontol Scand 1978 36; 6: 333-8

L'investigation a montré que le serrement des dents était corrélé à la sévérité des céphalées. La fréquence et la sévérité de la céphalée variait avec la sévérité de la dysfonction mandibulaire. On a trouvé, parmi les variables inclues dans l'index de dysfonction, que seule la palpation douloureuse de la musculature masticatrice était en relation directe marquée avec les céphalées.

Commentaires : Voici un abstract qui renforce singulièrement notre proposition initiale des douleurs chez un individu stressé qui crispe ses "mâchoires" trop fort et/ou trop longtemps.

Bibliographie spécifique : Kreisberg MK (1986) Headache as a Symptom of Craniomandibular Pathophysiology. J Cranio-mandib Pract 4, 2: 135-42

abstEtComment.jpg
AG. GLAROS, K . WILLIAMS, L.LAUSTEN, Le role des parafunctions, des émotions et du stress pour prédire une douleur faciale. J Am Dent Assoc,136, 4, 451-458.

Background. Les auteurs ont conduit une étude pour vérifier le degré avec lequel des parafonctions et des états émotionnels prédisent des douleurs manducatrices chez des sujets atteints de dysfonctions temporomandibulaires (D.T.M.) par rapport à des sujets sains.
Méthodes : Quatre vingt seize sujets ont participé à cette étude : certains avec le diagnostic de douleur myofasciale, d'autres douleur myofasciale et arthralgie, voire déplacement discal enfin certains sujets étaient exempts de symptômes (D.T.M.) (...).
Résultats : Les analyses de variance montraient que les groupes différaient de manière significative (P < .05) en terme de douleur (...).
Conclusions : Des comportements parafonctionnels, spécialemment, ceux qui augmentent la tension musculaire et des états émotionnels prédisent bien des niveaux de douleurs manducatrices.
Implications cliniques : Un traitement qui aide les patients à réduire leurs parafonctions, leur excès de tension musculaire ainsi que leur stress émotionnel serait efficace pour réduire les douleurs temporomandibulaires.

argaiv1670

 

abstEtComment.jpg

Kampe T, Tagdae T, Bader G, Edman G, Karlsson S. Symptômes rapportés et données cliniques chez un groupe de sujets ayant un comportement de bruxomanie prolongé Oral . Reab. 1997 Aug;24(8):581-7

On a rapporté, les signes  les symptômes et l'histoire médico-sociale  d'un dysfonctionnement cranio-mandibulaire (DCM) (ou temporomandibulaire : N.d.T) chez 29 sujets âgés de 23 à 68 ans. Ces derniers présentaient, depuis 5 ans et plus  un comportement de bruxomanie. On sélectionné les sujets à partir en provenance de réponses  à une annonce dans un journal local. Les sujets présentaient de nombreux symptômes de caractère général ,incluantes problèmes somatiques ou psycho sociaux, des troubles du sommeil, (72%) des douleurs (86%).  Plus de la moitié des sujets (55%) présentaient ces symptômes chaque jour. 69% des sujets faisaient mention de douleurs dans le cou le dos, la gorge, les épaules, 48% des céphalées. Les symptômes les plus communs de DCM étaient la douleur de la face ou des mâchoires (48%), raideur ou gène dans les mâchoires au réveil. (44%), des bruits dans l'articulation des mâchoires (ATM) (34%), fatigue dans les mâchoires à la mastication, (38%) Les signes clinique les plus communs étaient: plus de trois muscles sensibles à la palpation(76%), bruits dans les ATM(55%) et sensibilité de l'ATM à la palpation latérale (66%) Il y avait une relation statistiquement significative entre un serrement de dents fréquent, des céphalées, des douleurs du cou, du dos, de la gorge,  des épaules  et des troubles du sommeil ainsi que scores élevés de l'index clinique de dysfonctionnement (ID). Ceux atteints de serrement de dents présentaient des valeurs de score plus élevés que les "non serrement de dents "pour les douleurs dans la face et les mâchoires, les céphalées, le cou, le dos, la gorge ou les épaules ainsi que l'index de dysfonctionnement. Ces données indiquent une relation de cause entre de fréquents serrements de dents et  de signes et symptômes de CMD, incluant : céphalées et douleurs  du cou, du dos, de la gorge ou des épaules et une haute pathogénie à l'occasion d'une fréquente crispation de mâchoires dents serrées prolongée.


---------------------------
Bibliographie :

7. Bell W (1985) Orofacial Pains: classification, diagnosis, management. 3rd ed, Year Book Medical Pub Inc Chicago, 420 p

Clark GT, Browne PA, Nakano M, Yang Q (1993) Co-activation of sternocleidomastoid muscles during jaw clenching. J Dent Res 72, 11: 1499-502

Dao TT, LeResche L (2000) Gender Differences in Pain. J Orofac Pain 14: 169-84

Ehrlich R, Garlick D, Ninio M (1999) The Effect of Jaw Clenching on the Electromyographic Activities of 2 Neck and 2 Trunk Muscles. J Orofac Pain 13, 2: 115-20

Forssell H, Kangasniemi P (1984) Correlation of the frequency and intensity of headache to mandibular dysfunction in headache patients. Proc Finn Dent Soc 80: 223-6

Gelb H (1985) Clinical Management of Head, Neck and TMJ Pain and Dysfunction: A Multi-Disciplinary Approach to Diagnosis and Treatment. WB Saunders Co Philadelphia, London, Toronto

Hampf G (1992) A New Clinical Approach to the Treatment of Temporomandibular dysfunction and Orofacial Dysesthesia: Natural History and Comparisons With Similar Chronic Pain Conditions. J Craniomandib Disord Facial Oral Pain 6: 56-63

Keersmaekers K, De Boever JA, Van Den Berghe L (1996) Otalgia in patients with temporomandibular joint disorders. J Prosthet Dent 75; 1: 72-6

Kleier DJ (1985) Referred Pain from a Myofascial Trigger Point Mimicking Pain of Endodontic Origin. J Endodont 11; 9: 408-11

Kolbinson DA, Epstein JB, Burgess JA, Senthilselvan A (1997) Temporomandibular disorders, headaches, and neck pain after motor vehicle accidents: A pilot investigation of persistence and litigation effects. J Prosthet Dent 77: 46-53

Kreisberg MK (1986) Headache as a Symptom of Craniomandibular Disorders I : Pathophysiology. J Craniomandib Pract 4, 2: 135-42

Molina OF, Dos Santos J, Nelson SJ, Grossman E (1997) Prevalence of Modalities of Headaches and Bruxism Among Patients With Craniomandibular Disorder. J Craniomandib Pract 15; 4: 314-25

Molina OF, Dos Santos J, Nelson SJ, Nowlin T (2000) Profile of TMD and Bruxer Compared to TMD and Nonbruxer Patients Regarding Chief Complaint, Previous Consultations, Modes of Therapy, and Chronicity. J Craniomandib Pract 18; 3: 205-18

Molina OF, Dos Santos J, Mazzetto M, Nelson S, Nowlin T, Mainieri ET (2001) Oral Jaw Behaviors in TMD and Bruxism: A Comparison Study by Severity of Bruxism. J Craniomandib Pract 19; 2: 114-22

Moss RA, Lombardo TW, Villarosa GA, Codey JE, Simkin L, Hodgson JM (1995) Oral habits and TMJ dysfunction in facial pain and non-pain subjects. J Oral Rehabil 22; 1: 79-81

Rageot E, Djenazian F (1980) Rôle du dysfonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire dans les cervicalgies et les céphalées. Rhumatol 32; 10: 253-7

Rauhala K, Oikarinen KS, Raustia AM (1999) Role of temporomandibular disorders (TMD) on facial pain?. Occlusion, muscle and TMJ pain. J Craniomandib Pract 17: 254-61

Reik L, Hale M (1981) The temporomandibular joint pain-dysfunction syndrom: a frequent cause of headache. Headache 4, 21: 151-6

Schokker RP, Hanson TL, Ansink BJ (1989) Craniomandibular disorders in headache patients. J Craniomandib Disord Facial Oral Pain 3: 71-4

Suvinen TI, Reade PC (1995) Temporomandibular disorders: a critical review of the nature of pain and its assessment. J Orofac Pain 9: 317-39

Travell JG, Simons DG (1983) Myofascial pain and dysfunctipon. The Trigger-Point Manual. Williams & Wilkins (ed) Baltimore, 713 p

Villarosa GA, Moss RA (1995) Oral behavior patterns as factors contributing to the development of head and facial pain. J Prosth Dent 54; 3: 427-30

Wänman A (1995) The Relationship Between Muscle Tenderness and Craniomandibular Disorders: A Study of 35-years Old From the General Population. J Orofac Pain 9; 3: 235-43

Mise à jour le Jeudi, 21 Mai 2015 00:08
 
Home Crâne Migraines...