Fibromyalgie dite de « cause inconnue »

Au cours de la guerre contre l’Irak dans les années 90 une grande partie des soldats engagés dans ce conflit consultaient l’infirmerie médicale car ils étaient anormalement fatigués, soit présentaient des douleurs diffuses, soit d’autres symptômes invalidants divers… le tout étant de cause inconnue.

Les médecins ne savaient pas à quoi attribuer ces symptômes, les examens de laboratoire effectués sur tous ces soldats ne montraient rien de significatif.

Pourtant les symptômes étaient bien là, invalidant pour les soldats et déconcertant pour le praticien.

Maux de tête, douleur de la nuque, des épaules, des membres supérieurs et inférieurs, acouphènes, vertige idiopathique, troubles du sommeil et de la concentration…

Ce n’est que quelques années après, que les praticiens se sont mis d’accord pour donner le nom de « fibromyalgie » à ce groupe de symptômes.

Pourquoi ce mot ? C’est un assemblage de racines grecques fibro pour la fibre, le tendon,  myo, pour muscle, algie pour douleur.

La définition de Wikipédia stipule :

La fibromyalgie, ou syndrome fibromyalgique, est une maladie associant des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs mineurs et des troubles de l’humeur d’intensité variable et d’évolution chronique. Le diagnostic est établi d’après l’examen clinique, habituellement normal en dehors d’une sensibilité à la pression des tissus mous, et d’analyses biologiques simples, l’ensemble permettant d’écarter d’autres diagnostics.

Cette maladie, fréquente, potentiellement invalidante, touche le plus souvent les femmes d’âge moyen. La cause est inconnue, et une anomalie de fonctionnement du système nerveux central est supposée. Il y aurait une sensibilisation excessive des récepteurs impliqués dans la perception de la douleur. Le traitement, uniquement symptomatique, repose habituellement sur l’association de médicaments et de mesures non médicamenteuses.

De nos jours, on appelle donc fibromyalgie, en dehors de la guerre de l’IRAK, un fourre-tout englobant  une quantité de symptômes : céphalée douleur dans la nuque et dans les épaules migraine avec nausées et vomissements douleur dans le bas du dos, douleur dans le trajet du nerf sciatique alors que les vertèbres lombaires et sacrées sont en très bon état, crampes nocturnes dans les mollets voire douleur  sous la plante des pieds…

Actuellement, les chercheurs internationaux s’accordent à reconnaître qu’il existe une « comorbidité » terme d’origine anglo-saxonne qui signifie « co = caractère commun relatifs à deux maladies » entre la fibromyalgie et les malades souffrant d’un dysfonctionnement  temporomandibulaire (D.T.M).

D.T.M = en France : S.A.D.A.M, D.A.M – mauvais fonctionnement entre l’articulation des mâchoires et les dents pour être simple, même si le terme S.A.D.A.M est obsolète mais encore utilisé.

Cette communauté scientifique s’est accordée sur un point : il existe  les mêmes symptômes entre la fibromyalgie et le dysfonctionnement temporomandibulaire, entre la fibromyalgie et les D.A.M. et les S.A.D.A.M.

Après bientôt 50 ans de recherches fondamentale et clinique, après des millers de soins exécutés par mes assistants, attachés et moi même, nous avançons comme une certitude que les gens étiquetés « fibromyalgie », dans 95 % des cas présentent une manie, un tic, un toc, appelez ça comme vous voulez, anodin et risible en apparence  = le serrement intense et/ou continuel des dents le jour et/ou la nuit. Les deux causes essentielles de ce « T.O.C »

Attention
Il n’y a pas que le serrement qui est prédominent, il existe encore l’association grincement/serrement de dent et le frottement continuel et léger des dents du bas sur les dents du haut.

Enfin pour mémoire, citons comme autres effets délétères :

  • l’onychophagie (se ronger les ongles) et le mordillement d’un crayon.

Quelles sont donc les causes principales de ces D.T.M ?

La frustration :

décès d’un être cher, rupture, divorce, frigidité, soldat frustré au combat…

Le whiplash ou coup du lapin

D’ où l’intérêt de l’anamnèse = (incidents antérieurs) lors de l’interrogatoire médical.

En première lecture, un lecteur ignorant l’immense importance sur le plan tactile du nerf  trijumeau, (nerf des dents ) sera étonné, voire choqué qu’on ait l’audace d’attribuer à des contacts dentaires intenses et ou prolongés tous les symptômes attribués à la fibromyalgie.

Nous admettons fort bien en première analyse cette réticence. Nous la réfutons totalement dès lors que le lecteur aura été informé en détail du mécanisme de la création de ces symptômes.

Bibliographie
…et ouvrez la référence bibliographique pour accéder aux commentaires (si disponibles).

Leeuw R, Studts JL, Carlson CR.(1999) Fatigue et symptômes reliés à la fatigue dans une population présentant des douleurs oro-faciales . Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod. 2005 (2) :168-74.

OBJECTIFS – La présence et l’importance de fatigue auto -confessée et de symptômes reliés à la fatigue.

– Déterminer si on peut distinguer la fatigue comme un symptôme clinique unique dans un échantillon de patients diagnostiqués avec une articulation temporomandibulaire chronique ou une douleur dans les muscles masticateurs.

PLAN D’ÉTUDE : Cinquante cinq patients porteur de dysfonction temporomandibulaire chronique (D.T.M.) ont été comparés avec cinquante cinq sujets témoins sains (…).

RESULTATS : On a retrouvé significativement la fatigue et les symptômes reliés à la fatigue plus souvent chez les sujets diagnostiqués : dysfonction temporomandibulaire chronique, que chez des sujets volontaires sains.

CONCLUSION : La fatigue et les symptômes reliés à la fatigue peuvent être des symptômes de somatisation et de dépression chez un échantillon de patients porteurs de dysfonctions temporomandibulaires chroniques.

Comments = Attention !

Le diagnostic de dysfonction temporomandibulaire ne peut être évoqué à la place de Syndrome de Fatigue Chronique qu’en présence d’un patient qui crispe les mâchoires dents serrées .

Ross S. Richards, Neil R. McGregor PhD, e, Parkville, VIC, 3012, Timothy K. Roberts Association entre des marqueurs de dommage oxydants et des symptômes de dysfonction temporomandibulaire ( DTM) auto-rapportés avec un Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) Journal of Chronic Fatigue Syndrom : 12, 3,2005

L’analyse de régression multiple met en évidence que la métahémoglobine est le principal composant associé avec des symptômes de (DTM) chez un patient porteur d’un (SFC). La douleur musculaire des mâchoires chez les patients porteurs du Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) suggère que ces symptômes sont susceptibles d’être associés avec une étiologie pathogène commune.

Commentaires : Nous rappelons encore une fois nombreux malades ont avoué crisper, jour et nuit, les mâchoires dents serrées très longtemps avec une force extrème ; analogue à celle exercée par une trapéziste qui se maintient (quelques minutes seulement ) suspendue à la barre horizontale de son trapèze. On comprend mieux le véritable épuisement allégué à la suite d’un tel comportement.

Aaron LA, Burke MM, Buchwald D (2000) Overlapping Conditions Among Patients With Chronic Fatigue Syndrome, Syndrome, Fibromyalgia and Temporomandibular Disorder. Arch Intern Med 160: 221-7

Le contenu à dévoiler se place ici, changez ce texte par le votre

Buchwald D, Garrity D (1994) Comparison of patients with chronic fatigue syndrome, fibromyalgia, and multiple chemical sensitivities. Arch Intern Med 26; 154, 18: 2049-53

Le contenu à dévoiler se place ici, changez ce texte par le votre