Print Friendly, PDF & Email

 Les mille effets inattendus du bruxisme.

Ce sont les patients pourrait-on dire, qui m’ont éduqué.

J’entends encore la voix de certains de mes patients me dire :

– vous savez, si mes douleurs du sinus ont disparu, mes fourmis dans les doigts également !
L’autre :
– ça alors ! en plus, de mes migraines guéries par votre traitement, je présentais une alternative constipation-diarrhée, qui est aussi guérie !
L’autre enfin:
– j’avais consulté pour des vertiges, après vos soins, je n’en ai plus. mes crampes nocturnes dans les mollets ont également disparu !

Je fis part de ces observations à mon ami le Pr René Louis, brillantissime chirurgien des hôpitaux, co-auteur du livre de référence :
« Anatomie du Système Nerveux Central.

Je lui demandais de m’expliquer cette action à distance sur des structures qui, en première analyse, ne semblent avoir aucun rapport avec la bouche et les dents.

Laconiquement, il proféra cette phrase « Fonce Francis, car tout communique ».

Ensuite, il ne cessa de m’adresser tous ces malades qui résistaient au traitement classique des cervicalgies, j’avais ainsi le bonheur de les lui renvoyer guéris.

Le Pr Hervé Gallais, Clinique des maladies infectieuses Hôpital de la Conception Marseille, mis au courant, par mes soins de la projection des récepteurs tactiles dentaires au niveau du noyau pré-optique de l’hypothalamus m’adressa pendant nos années d’activité ses malades atteints de bruxisme qui présentaient une fièvre prolongée Inexpliquée (FPI), accompagnée le plus souvent d’un syndrome de fatigue chronique.

Le noyau pré-optique, constitué d’un groupe de neurones de la région antérieure de l’hypothalamus, assure un véritable rôle de thermostat de l’organisme. La sur-stimulation des récepteurs tactiles dentaires via le bruxisme (ou crispation continuelle des mâchoires dents serrées) ayant pour effet de dérégler complètement le bon fonctionnement du thermostat du malade.

Pour s’évader un instant de cette accumulation de données scientifiques, un peu d’humour est semble-t-il nécessaire :

Quand on pense que certains entraineurs de football ne cessent de répéter à leurs joueurs après la perte d’un match : « Il va falloir serrer les dents »…
Nul doute que ce conseil actuellement doit être prodigué aux joueurs de l’Olympique de Marseille. ils semblent vraiment très fatigués!

Nous sommes en 2021, la qualité de la rédaction de vos messages dans le blog montre à l’évidence qu’une réelle compréhension des phénomènes, ou des symptômes induits par le bruxisme existe.

Le pire semble derrière nous. L’autisme récurrent du monde médical français sur la question des dents, serait-il en voie de disparition ?

Lorsque vous en parlez au personnel médical qui s’occupe de votre santé, n’oubliez jamais que la neuro anatomie et la neurophysiologie du système « stomato-gnathique » (stomato : bouche, gnathos : mâchoire) sont des matières de spécialité qui ne sont pas enseignées en Faculté de Médecine.

Personne n’est responsable, mais à la finale des courses, les malades présentant les symptômes du bruxisme sont quelque peu incompris et délaissés… hélas !

Encore une fois, n’hésitez-pas à communiquer aux professionnels de santé lors d’une consultation, toutes les informations que vous avez comprises et digérées dans ce site tmd-dentalmedical.org

Je vous encourage à voir (ou revoir) la vidéo dans laquelle je vous parle de mes 50 années de recherches fondamentale et clinique et de mes espoirs sur l’évolution de la prise en charge du bruxisme dans les anamnèses.

Un élément supplémentaire me rend optimiste, en tant qu’ex-expert prés la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, c’est de constater que les jugements fondés sur l’action délétère du bruxisme ont été systématiquement pris en compte par la justice, dès lors que la disparition de celui-ci était dûment corrélée à la disparition des symptômes invalidants.

Je tiens à remercier certains lecteurs et lectrices d’avoir donné mes coordonnées à leurs dentistes qui m’ont contacté. Grâce à vous tous, les choses avancent dans la bonne direction.

Merci.

 1,530 total views,  18 views today

2 Comments

  1. Bonjour professeur

    Je souffre depuis plusieurs années d'un syndrome de sadam. J'ai des tensions à la mâchoire, des bourdonnements, des acouphènes ainsi que des douleurs au dos et cervicales. C'est arrivé en étant très stressée à mon ancien travail. J'ai serré des dents sans m'en rendre compte. A partir du moment où j'ai été diagnostiquée sadam, j'ai arrêté de serrer des dents en utilisant plusieurs méthodes comme celles que vous préconisez.

    Je n'en peux plus de ces douleurs irradiantes et de ces acouphènes.

    Pourriez vous m'indiquer svp un de vos confrères (sur Paris/ région parisienne) qui pratique votre méthode, à savoir les infiltrations dans la mâchoire.

    Merci par avance de votre retour.

    Nadia

     

    1. Bonjour Nadia, 

      Je vais vous  faire parvenir l'adresse d'une de mes correspondantes à Paris.Elle vous traitera selon la technique Hartmann-Cucchi :Huit infiltrations, hebdomadaires  bilatérales d'anesthésique à 3% , sans adrénaline sans la fosse infra temporale. Pose avant la quatrième séance d'une gouttière mandibulaire en résine dure et équilibration. Aucun autre traitement complémentaire éventuel avant la fin de la 8ème séance 
       A cette époque, avant toute chose, donnez moi des nouvelles de  l'amélioration de vos symptômes dans le site.
       

       Bien à vous   

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer