Print Friendly, PDF & Email

Pour le Haut Conseil de la santé publique :

Le monde scientifique anglo-saxon, scandinave, les chercheurs de l’extrême-orient et une très grande partie des chercheurs en odonto-stomatologie européens admettent sans discussion un lien étroit entre les symptômes tels que décrits dans la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, le syndrome de l’intestin irritable, les vertiges idiopathiques,  la cystite interstitielle et le dysfonctionnement temporo-mandibulaire.

Plus récemment encore, les chercheurs anglo-saxons en particulier ont montré le même lien étroit entre la vulvodynie liée à la douleur oro-faciale dans le cadre d’une dysfonction temporo-mandibulaire.

Dans ma carrière dans le cadre de l’Assistance Publique de Marseille, j’ai été confronté à des milliers de cas de patients (90% de patientes). Ils sont venus me consulter  dans le cadre de la création d’une consultation réservée spécifiquement à la douleur.

Comme vous avez pu le lire tout au long de ce site :

j’ai mis en évidence le lien étroit et indiscutable entre tous ces symptômes et les dysfonctions temporo-mandibulaires.

Depuis quelques années, j’ai alerté Le Haut Conseil de la santé publique et je lui ai envoyé toutes les informations nécessaires à la bonne prise en compte de mes recherches.

Voici stricto sensu la copie d’un mail que je lui ai envoyé encore en 2019 :

 Monsieur le Président du Haut Conseil de la santé publique

A propos du Syndrome de Fatigue Chronique dit de cause inconnue 

La méconnaissance de la cause dentaire coute, en vain,  une fortune à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie 

Il eut été importun que le Haut Conseil de la santé publique, déjà dûment informé se manifestât.

Bien  respectueusement,

Pr Francis Hartmann

Cas Clinique :

Il est  habituel de  constater combien le bruxisme centré ou serrement de dents est susceptible d’engendrer une quantité de symptômes divers touchant différents appareils ou systèmes.

Je vous présente aujourd’hui un cas très complet. Il remonte à l’époque où j’étais en activité dans le cadre de l’Assistance Publique de Marseille dans les années 90.

Mme M. A., 64 ans, est adressée par un confrère vertebrothérapeute pour des douleurs crânio-faciales, maux de tête (sans mention de migraine) fréquents (environ 100 jours par an) dont elle souffre depuis huit ans, malgré divers traitements.

La malade fait mention de sites algiques éloignés de la cavité buccale :

  • seins
  • bas-ventre
  • région lombaire

Ces douleurs l’inquiètent beaucoup malgré de nombreux examens strictement négatifs.

Outre des nausées parfois suivies de vomissements, des vertiges, des sensations de brûlure oculaire lors de la fixation du regard, une intense fatigue installée dès le réveil et d’épisodiques ballonnements gastro-intestinaux, faisant entrer cette malade dans le registre du syndrome de l’intestin irritable, faussement rattaché à la fibromyalgie (dite de cause inconnue).

La malade se plaint également d’une petite fièvre quasi permanente (37°8) mais surtout d’acouphènes intenses où se mêlent bourdonnements et sifflements.

Elle avoue enfin être plutôt anxieuse et serrer souvent les dents durant la journée.

Mon examen clinique de la patiente révèle des muscles hyper-algiques à la palpation mais on n’observe ni déviation mandibulaire ni limitation de l’ouverture buccale. Les craquements des ATM sont relativement inconstants et d’apparition plus récente.

Outre huit séances de myorésolution locale (technique Hartmann-Cucchi) réparties sur deux mois, la prescription de myorelaxant et une magnésothérapie oligosol sont complétées par des exercices de gymnastique mandibulaire diurne. L’ensemble des signes régresse progressivement jusqu’à disparition complète; seuls persistent les sifflements d’oreille. Les résultats se maintiennent après un dernier contrôle cinq ans après.

Il ne faut pas reprocher aux médecins de méconnaître les conséquences délétères d’une sur-stimulation des récepteurs tactiles dentaires. On ne le leur a jamais enseigné.

Nous admettons bien volontiers qu’il est quasiment impossible, de prime abord, de faire le lien entre :

  •  maux de tête
  •  mastodynie (douleur au sein)
  •  brûlure oculaire
  •  fibromyalgie
  •  crampes nocturnes dans les mollets
  •  syndrome de fatigue chronique
  •  vertige
  •  mal au ventre et ballonnement
  •  intestin irritable
  • fièvre prolongée inexpliquée (FPI)
  • acouphènes

en bref, tous les symptômes présentés par cette patiente… et le serrement de dents.

Les cellules funiculaires de la moelle véhiculent l’information des récepteurs tactiles dentaires décris par nos soins, sur le plan international il ya 44 ans, et la font parvenir jusqu’à la moelle sacrée.

En officialisant ma démarche auprès du Haut Conseil de la Santé Publique et en la divulguant auprès des internautes j’espère avoir fait œuvre utile.

En conclusion :

Il me semble d’une importance extrême que vous, patients soulagés ou guéris, le fassiez savoir dans les réseaux sociaux.

Le devenir de cette actualité scientifique est désormais entre vos mains.

Parlez-en autours de vous, à votre dentiste, à votre médecin afin que ceux qui ignorent ces données scientifiques en soient informés par des personnes soulagées, voire guéries.

Les techniques qui ont donné ces résultats positifs depuis plus de 40 ans, sans récidives et sans effets secondaires, sont peu onéreuses et d’une incroyable efficacités quand elles sont bien appliquées.

 559 total views,  4 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer