Print Friendly, PDF & Email
Lexique
Crampe définition de Wikipedia :
Une crampe est une contraction involontaire, passagère et douloureuse, visible et palpable, de tout ou partie d’un seul muscle ou d’un faisceau de muscles qui agissent souvent ensemble.
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Crampe

Nous tenons à diffuser aujourd’hui le lien étroit  et paradoxal  existant entre le bruxisme centré ou crispation continuelle des mâchoires dents serrées et la genèse et l’entretien des crampes nocturnes dans les mollets.

Après une revue exhaustive de la bibliographie internationale et ce, depuis des années, il apparait, à notre connaissance, qu’aucun auteur se soit intéressé à ce symptôme dont l’unique thérapeutique (pardon pour ce trait d’humour) relèverait de la mise en place du savon de Marseille sous le matelas !

L’étude de la bibliographie internationale sur le sujet met donc en évidence le fait suivant : je suis le seul auteur à avoir établi de manière certaine cette étiologie.

Le bruxisme peut, sans équivoque, dans certains cas provoquer des crampes nocturnes dans les mollets (rappel ce sont les femmes qui sont majoritairement atteintes par ces symptômes).

Cette certitude est fondée sur des milliers de cas cliniques observés, traités et guéris par mes élèves et par moi même lorsque j’étais en activité dans le cadre de l’Assistance Publique de Marseille, avec un recul positif dépassant les 25 ans. Pour mémoire, nous rappelons humblement que ces données ne sont fondées que sur des observations cliniques (traitées avec succès) sans aucune récidive.

Il faut bien comprendre la chose suivante : lors des anamnèses initiales, de très nombreuses patientes (moins fréquemment des patients) ont, parmi les symptômes « connus » du bruxisme, mentionné des crampes nocturnes dans les mollets. Ces patient(e)s ont été traités et guéris par les deux techniques, Hartmann-Bratslavski et Hartmann-Cucchi. Les anamnèses finales ont quasiment toutes mentionné la disparition des crampes nocturnes. Nous parlons ici de milliers de cas traités !

C’est l’analyse méthodique de tous ces cas cliniques qui a révélé cette corrélation entre bruxisme centré et apparition/entretien de crampes nocturnes dans les mollets.

Le lecteur attentif aura bien noté que nous n’attribuons pas exclusivement l’apparition de crampes nocturnes dans les mollets au bruxisme centré, mais que nous avons bien mis en évidence une corrélation entre les deux.

Il revient au professeur d’anatomie DELMAS d’avoir signalé le rôle essentiel des cellules funiculaires, neurones d’association, présents dans la moelle épinière. Ces derniers font synapses, au niveau de la  première vertèbre cervicale avec les axones des récepteurs tactiles ses dents.

Si l’intensité de la charge au niveau des dents est assez forte et assez durable, l’information est susceptible d’être véhiculée jusqu’au niveau des dernières vertèbres sacrées.

Pour mémoire, ce serrement de dents induisant des crampes nocturnes dans les mollets est d’une force analogue à la force exercée par une jeune trapéziste avec ses dents pour se maintenir au trapèze par l’unique effort de sa mâchoire  pendant quelques minutes.

Rappelons que les malades avec crampes nocturnes dans les mollets se plaignent également de fatigue intense au réveil. Plus exactement le patient au réveil n’est pas fatigué, il est exténué.

Observons le point de départ de l’information sensitive des nerfs trijumeau : les dents en contact représentées sur ce schéma émettent une information sensitive simultanée qui emprunte  deux branches du nerf trijumeau le nerf maxillaire (V2 et le nerf mandibulaire (V3)  ces deux nerfs ENTRENT dans le crâne l’un par le foramen rond ( V2) l’autre par le foramen ovale (V3).

Ils traversent dans le crâne le ganglion trigéminal (ex ganglion de Gasser) pour atteindre le noyau sensitif du trijumeau (TBNC:Cf schéma) et gagner enfin la moelle épinière au niveau de C1, principalement et de C2, C3, au niveau desquels ces fibres tactiles dentaires contractent des synapses avec les neurones cervicaux et les cellules funiculaires, lesquelles sur-stimulées par un buxisme centré continuel sont susceptibles de transformer les masses musculaires des mollets en des zones de crampes hyper douloureuses.

182 total views, 6 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer