Print Friendly, PDF & Email

Cas Clinique :

La Fatigue du matin au réveil

La vie actuelle, trépidante, moderne, génère inévitablement du stress. Si le stress selon son intensité peut être bénéfique, la fatigue, elle, est toujours négative. Il faut cependant trouver la fatigue « normale » et la fatigue anormale !

Nous nous plaignons tous de fatigue ; le surmenage, le travail, les problèmes… tous contribuent à vider nos forces et nous mettre en état de faiblesse.

La majorité des gens se rue alors vers les compléments vitaminés ou autres excitants pour affronter leur journée.

Mais attention, dés lors qu’il est fait mention de Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) il faut bien souvent chercher ailleurs les causes. Le rythme de vie n’est plus le seul responsable de cette « hyper-fatigue ».

Les professionnels de santé dans leur majorité sont mal à l’aise avec l’aspect chronique de la fatigue alors que tous les examens para-cliniques sont normaux. Il suffirait pourtant de rechercher toute forme de bruxisme dans leur anamnèse pour mettre à jour le véritable responsable de cette fatigue hors norme.

Je ne peux que reprendre le commentaire que j’ai adressé à un internaute sur ce sujet il y a quelques jours :

« Vous exposez avec clarté que vous souffrez d’un syndrome de fatigue chronique invalidant pour les patients et déconcertants pour les médecins. Vous reconnaissez serrer vos dents la nuit. Sachez qu’on a évalué, chez une hyène la force exercée par les muscles de sa mâchoire sur ses dents = 3.OOO Kg, soit le poids de deux voitures moyennes !. Divisons par 15, (donc approximativement 58 kg par centimètre carré), la force que vous exercez sur vos dents la nuit, comparable à la force exercée par une trapéziste pour se tenir accrochée à son trapèze avec ses dents. Le matin au réveil vous êtes certainement exténué! »

La fatigue du matin au réveil chez un patient présentant un bruxisme centré est un symptôme quasi constant. La luxation discale (ex-méniscale) de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) peut être présente ou pas.

C’est à dire que le dysfonctionnement  temporo-mandibulaire peut être simplement provoqué par une pression prolongée  des muscles masticateurs sur les dents jour et/ou nuit. Nous présentons un cas qui met en évidence le bienfait indiscutable de l’utilisation d’une gouttière mandibulaire sur les symptômes dysfonctionnels. Ce cas clinique démontre également que le réflexe  d’ouverture légère initié par lune gouttière n’est pa éternel. En effet, au bout d’ un temps variable de quelques mois, voire un à deux ans, ce réflexe  neurophysiologique s’épuise et a conrario le patient serre encore plus fort sur sa gouttière qu’il ne le faisait avant la pose de celle ci.

Au XXIème siècle, la chirurgie utilisée pour traiter les luxations discales (ex-méniscales) de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) peut être considérée comme une technique obsolète. Au XXème siècle j’ai cependant eu l’occasion de  l’utiliser  de manière rarissime. En voici un cas suivi de succès.

Mme N.G .• 38 ans, est adressée par son médecin traitant pour une asthénie matutinale invalidante et des sensations de « raideur » dans les maxillaires survenant après l’endormissement. Au réveil, la malade se plaint d’une importante asthénie (fatigue) assortie d’autres symptômes : douleurs nuchales, pectorales (accompagnées d’engourdissement du membre supérieur droit), lombaires, ainsi que de vertiges et de troubles du sommeil. A l’examen clinique, on note une limitation de l’ouverture buccale (LOB) à 28 mm. une déviation mandibulaire du côté gauche, mais pas de craquement au niveau des ATM. La palpation des zones ptérygoïdiennes et la « triade de la dent apparaissent modérément douloureuses.

Les tomographies des ATM révèlent une arthrose bilatérale avec accentuation de la taille des foveas ptérygoïdiennes, remodelage des éléments osseux du côté droit. Les arthrographies confirment une luxation discale réductible à droite et irréductible à gauche avec perforation des complexes disco-ligamenlaires.

Au cours du traitement (huit séances de myorésolution locale (Technique Hartmann-Cucchi) accompagnées de myorelaxant), on note dès la quatrième séance un retour de l’ouverture buccale à 39 mm. Cependant, la persistance d ‘ une tendance exacerbée au bruxisme conduit à la pose d’une gouttière d’inocclusion thermoformée à la mandibule.

Au bout de deux mois de traitement l’ensemble des symptômes s ‘est amendé. Mais un mois plus tard, on assiste à une rechute sensible de la pathologie. Cet échec a conduit à demander au chirurgien de procéder à une éminectomie temporale gauche. Cette intervention a permis d’obtenir une rémission qui se maintient avec cinq ans de recul (date du dernier contrôle), ma1gré la persistance d’une LOB à33 mm.

Mme C.M., 43 ans. adressée par son médecin traitant, souffre depuis une vingtaine d’années de façon périodique  de fatigue intense au réveil et (huit jours par mois) de douleurs cranio-faciales bilatérales notamment rétro-orbitaires. Elle se plaint également de douleurs aux ATM lors de la mastication, principalement à gauche. l’anamnèse met en évidence d’autres topographies algiques: nuque, bras gauche (avec d’engourdissement de la main) ct lombes. Les doléances concernent également une sensation de brûlure dans la gorge, un très mauvais sommeil et une asthénie matutinale. Il existe une déviation mandibulaire droite à l’ouverture, des craquements bilatéraux mais pas de limitation de l’ouvenure buccale.

On note une palpation hyperalgique bilatérale des zones ptérygoïdiennes. La malade reconnaît être atteinte d’un serrement de dents exacerbé. Les tomographies des ATM montrent; une arthrose évoluée côté droit avec raccourcissement du condyle mandibulaire et une luxation discale bilatérale avec évocation d’une perforation du complexe disco-ligamentaire droit. L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) confirme l’existence de la luxation discale réductible à droite. L’exploration trigémino-faciale est parfaitement normale. Le traitement comporte huit séances de myorésolution locale et générale (Technique Hartmann-Cucchi), avec gymnastique mandibulaire. La prise de conscience par la malade de sa parafonction est renforcée par l’usage d’un pense-bête anodin mais fort efficace (pastille autocollante colorée cf : Technique Hartmann-Bratslavski). En deux mois, la quasi-totalité du tableau s’amende alors que persiste un sommeil insuffisamment amélioré.

Bibliographie en rapport avec le cas clinique cité

Print Friendly, PDF & Email

Stress and Orality New Data About Teeth Clenching & Outcomes, Migraine, Fibromyalgia, Fatigue. Authors: Hartmann, Francis, Cucchi, Gérard

3,470 total views, 24 views today

3,469 total views, 23 views today

7 Comments

  1. Bonjour à vous,
    je vous remercie pour vos recherches et votre travail sur le sujet, cela me donne un espoir d’être mieux un jour…

    Je suis une femme de 35 ans. Je souffre de migraines depuis l’age de 15 ans, et après plusieurs séances chez le médecin et neurologue à cette époque, il s’agissait d’un cas héréditaire chronique et la seule solution était la prise de médicaments hebdomadaire A VIE… Ce que j’ai littéralement refusé.
    Quelques années plus tard j’ai découvert grincer des dents la nuit et il y a environ 5 ans j’ai fait un rapprochement entre mes migraines, douleurs dorsales, et surtout fatigue le matin.
    Depuis petite je souffre de problèmes dentaires, dents fragiles qui se carient facilement… Nombreux appareils dentaires également (dents non alignées de façon excessive)
    J’ai demandé à mon dentiste de me réaliser une gouttière, mais pour cela il devait en premier lieu médicaliser un certain nombre de caries et traitements de racines.
    Entre temps je suis tombée enceinte… J’ai donc du interrompre mon traitement chez le dentiste.
    J’ai allaité mon fils une année (toutes les deux heures jours et nuit). Non seulement le faite d’allaiter m’a encore plus fragilisé les dents, mais il y eut une augmentation conséquente de fatigue et de stress.
    Je me sens toujours fatiguée, encore plus au réveil. Des douleurs insoutenables au niveau des cervicales, du dos, des hanches et des mâchoires !!! J’ai finalement pu médicaliser mes dents et ainsi obtenir une gouttière… J’avais hâte de finalement être soulagée et de pouvoir me reposer la nuit… Cela fait 7 mois que je la porte toutes les nuits et aucune amélioration. Au contraire, j’ai l’impression même que le problème à empiré.
    Mais voilà, j’habite à Rome en Italie.
    Savez vous si votre technique est utilisée ici aussi ?
    Auriez-vous la possibilité de m’aider ? Je pensais me tourner vers l’hypnose car je me sens quelque peu désespérée… Je vous remercie d’avance pour votre réponse !

    1. Bonjour Ornella
      Votre maitrise du français est éblouissante et je m’incline On va vous faire prendre connaissance de l’ouvrage que j’ai écrit sur la question . Après l’avoir lu attentivement , surtout l’INTRODUCTION qui répond à votre problème . reprenez contact avec moi
      Bien à vous

  2. Bonjour Professeur,

    Tout d’abord, bravo pour votre travail et vos recherches dans le domaine du bruxisme.

    Ma compagne Lisa grince beaucoup des dents chaque nuit (je l’entends), et ses symptômes sont :
    – douleur à la mâchoire
    – mâchoire qui craque en ouvrant la bouche
    – mâchoire bloquée 1 à 2 fois par an
    – douleur cervicale, nuque, épaule, lombaire
    – petite boule ou ganglion dans les cervicales
    – migraines, notamment au réveil
    – vertiges
    – crampes mollet, aux doigts de pied
    – parfois manque d’appétit
    – douleur et gêne intestinales

    Elle s’était même fait début 2018 une déchirure au mollet gauche, suivi d’une rupture du tendon d’Achille gauche également à 15 jours d’intervalle, et sans raison !

    C’est en allant chez un ostéopathe qu’on a pris conscience de la cause au niveau de la mâchoire.
    Elle a 33 ans, et à priori cela fait plus de 10 ans que le problème persiste.

    Connaîtrez-vous un dentiste ou stomatologue à Montpellier (ou ses environs) qui utilise votre technique, ou qui pourrait la diagnostiquer.

    Je vous remercie d’avance pour votre temps accordé et votre réponse.

    Bien cordialement

    1. Merci pour votre description initiale . C’est exactement ce que je souhaite pour servir d’exemple aux autres visiteurs . Comme la gouttière a toujours un effet bénéfique limité dans le temps, Faites le moi savoir pour que je demande au Docteur O. chirurgien – dentiste de se servir de la technique Hartmann-Bratzlavzki pour votre compagne.
      Bien à vous.

      1. Bonjour, -ou plutôt bonsoir puisqu’il est actuellement 03h15 lorsque je vous écris-.

        Je souhaite en premier lieu vous remercier d’avoir créé ce site pour informer les patients. C’est un acte effectivement gracieux de votre part, qui, je l’espère, permettra de rendre plus agréable, ou moins douloureuse, la vie de beaucoup de malade.

        Je souhaite également faire part de mes symptômes, qui, après vous avoir lu, ne laissent plus de doute quant à leur étiologie.

        Tout d’abord, je me présente.
        Je m’appelle Laure et je suis une femme de 29 ans, toute jeune maman d’un petit garçon de sept mois maintenant, Rafaël.

        Je suis secrétaire médicale au sein d’un CHU et je gère le secrétariat du service de Neurologie Inflammatoire et Post-Urgences Neurologiques. Auparavant, j’étais également la secrétaire du chef de clinique spécialisé dans la migraine et ayant basé sa thèse sur cette dernière.
        J’ai également travaillé pour des neurochirurgiens. A ce titre, j’ai vu et je vois beaucoup de patients douloureux (migraines, algies vasculaires de la face, névralgies trigéminales, scléroses en plaques, myasthénies, et j’en passe).

        Pour ma part, j’ai comme antécédent médical, une thyroïdite d’Hashimoto diagnostiquée vers l’âge de 20 ans, quatre ans après mes nombreuses plaintes (fatigue ++ au réveil, puis, avec le temps, fatigue chronique ne me permettant même plus de réaliser les actes de la vie courante… Mes parents me préparaient à manger sinon je n’en avais pas la force. Je n’arrivais plus à me concentrer pour lire un livre, voire même regarder un film. Et bien d’autres symptômes…
        J’ai même dû arrêter mes études infirmière à l’époque, n’arrivant pas à suivre le rythme). On me parlait alors de fainéantise, de somatisation ou de stress, alors que j’avais toujours été une jeune adolescente sportive et active, une petite fille de quatre ans toujours dehors, qui montait aux arbres…
        Une simple prise de sang a permis de détecter une TSH très anormale et des anticorps anti-TPO et anti-TG largement positifs, très élevés. Je suis maintenant traitée par Levothyrox.

        Mais depuis maintenant pas mal d’années (je ne saurais préciser quand exactement), je souffre de douleurs à la mâchoire, surtout à droite, avec, de manière très ponctuelle, un craquement de la mâchoire lorsque j’ouvre celle-ci pour manger par exemple. Je ressens véritablement une gêne au niveau de ma mandibule droite, près de l’oreille. De manière associée, je ressens une sensation de chaud, d’engourdissement au niveau de mon oreille, de ce même côté.
        A l’époque j’avais été vue par des internes de chirurgie maxillo-faciale qui m’ont détecté une capsulite à ce niveau. Je me souviens également qu’ils avaient été impressionnés par le volume de mes masséters lorsqu’ils me demandaient de serrer les dents. Ils m’ont alors prescrit une gouttière avec des myorelaxants. Sur le coup, cela soulage, mais rien de pérenne, et surtout, aucune étiologie n’a été recherchée…

        Malheureusement, depuis deux ou trois ans, cela a empiré et je présente maintenant des douleurs nuccales très importantes, des acouphènes ponctuellement et des migraines, de plus en plus fréquentes, parfois à droite avec irradiation à la mâchoire, parfois à gauche avec douleur au niveau de l’oeil.

        Lorsque le kinésithérapeute me manipule le cou, cela ne me soulage en rien, voire même me provoque une migraine. J’ai donc pensé, lorsque je le reverrai, à lui demander de me masser plutôt les deltoïdes qui sont également très durs et contractés chez moi.

        Enfin, je présente également des désordres digestifs (météorisme important, constipation, etc), des désordres urinaires ponctuels, des douleurs dans les jambes et une fatigue très importante.

        En vous lisant, j’ai déjà pu me rendre compte d’une chose : je serre les dents en permanence le jour (« en temps normal, les mâchoires ne se touchent pas entre elles »).
        Je sais aussi, par mon compagnon, que je fais du bruxisme la nuit.
        J’en conclus donc que ma mâchoire et mes muscles ne sont jamais au repos !
        Ainsi, je comprends davantage les douleurs que je présente et leurs répercussions sur l’ensemble du corps.

        Du coup, il ne me tarde qu’une chose : acheter votre livre et y trouver la solution pour soulager ces douleurs qui m’empêchent de fonctionner normalement et enfin réaliser les choses que j’aime dans la vie, de manière plus régulière et avec plaisir, comme la cuisine, me remettre au sport, la randonnée, la photographie et tant d’autres choses encore.

        Je garde espoir.

        Merci pour votre philanthropie.

      2. Bonjour professeur,

        Je tenais tout d’abord à vous féliciter pour vos explications sur le’ bruxisme.

        J’ai 25 ans, je viens de Nice et cela fait 1 ans et demi maintenant, après un choc traumatique, que je suis tous les jours fatiguée. Cela me préoccupe beaucoup.. Mon ami m’a fait remarqué une fois mon grincement des dents pendant la nuit mais je n’arrive pas à savoir si c’est bien ça. A noté que mes examens sanguins sont bons.

        Pour ma part les symptômes sont:
        -Fatigue dès le réveil ( située surtout au niveau de la tête )
        – petite pâleur
        -Tête lourde
        – impression d’avoir les yeux lourds et fatigués
        – migraines périodiques et souvent situées derrière les yeux
        – muscles des yeux qui tirent
        – douleurs périodiques dans la mâchoire
        – douleurs cervicales et dans le haut de la nuque
        – douleurs dans les oreilles
        – craquement quand j’ouvre la bouche d’une certaine façon
        – bras gauche souvent engourdit
        – douleurs à l’estomac
        – douleurs qui lance dans les dents
        – bruits dans les oreilles
        – étourdissements
        – mal être général

        Je ne sais plus quoi faire je voudrais redevenir normal et enfin m’en sentir bien. Les dentiste ne comprennent pas et je ne sais pas à qui m’adresser et comment m’y prendre.

        Pourriez-vous m’aider ?

        Merci d’avance professeur

        1. Bonjour Alizée
          Pour vous répondre valablement, précisez moi en détail la nature de votre choc traumatique.Dans l’attente, impliquez vous à 100% dans la technique Hartmann-Bratzlavzki pour lutter contre votre bruxisme de grincement, certainement clef de tous vos maux. Faites moi connaître fin septembre l’évolution de vos symptômes.
          Bien à vous

Répondre à Alizée (Cancel reply)

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer