French (Fr)English (United Kingdom)Italian - Italy

"Ne pas juger d'une partie du corps sans connaître le tout, lui même indissociable de son milieu" HIPPOCRATE

Nausées PDF Imprimer Envoyer


Pour bien comprendre cette rubrique :
N'oubliez pas que tout individu stessé qui ne cesse de crisper les mâchoires dents serrées peut déclencher des douleurs lointaines et des troubles associés à partir des dents, (lesquelles ne sont pas uniquement des organes de douleur mais aussi des organes de tact comme le pouce et l'index en opposition).
Pour ceux qui sont intéressés, la partie scientifique est en bas de page.
idee.jpg N'oubliez pas de consulter les rubriques associées : "Cas cliniques" et "Témoignages"


POSSIBLES NAUSEES
(surtout au réveil)
voire VOMISSEMENTS
(plus rares)
Commentaire général :

Quel rapport entre le serrement excessif des dents et l'apparition chez un individu stressé de nausées, voire de vomissements.
Honnêtement, en première analyse : aucun. Et pourtant, lorsqu'il y a excès d'information le système nerveux développe ce que les neuro-physiologistes appellent la sensitisation. Il y a débordement de l'information : comme une baignoire trop remplie d'eau : elle déborde. Et bien le nerf trijumeau (donc les messages des dents serrées)
en route vers le cerveau) déborde et va ainsi exciter une petite structure qui se trouve (dans le tronc cérébral) appelée "area postrema".
La video conférence que vous pouvez retrouver dans la colonne de gauche du site vous fait déjà entrevoir cette possibilité.
Nous avons dit et répété maintes fois dans ce site que les afférences trigéminales ( les messages sensitifs provenant des dents serrées trop fort et /ou trop longtemps peuvent déclencher ce phénomène de sensitisation en différents territoires de l'organisme.
Pourquoi le siège des nausées et des vomissements ? Il faudrait le demander au Père Éternel
Nous nous contentons modestement de vous expliquer comment ça se passe.
Le Pr Francis HARTMANN avait été invité à un colloque organisé par l'INSERM pour décrire ces mécanismes.
Les scientifiques pourront prendre connaissance dans ce site de la version anglaise de l'article écrit par le Pr Hartmann en 1992 (cliquez simplement sur le petit drapeau anglais en haut de cette page). Le schéma, réalisé suivant les normes internationales, permet de toute façon de suivre la destinée des informations dentaires jusqu'au niveau de l'area postrema, siège des nausées et des vomissements.






partiescientifique.jpg

argaiv1341

abstEtComment.jpg

Takemura M, Sugimoto T, Sakai A. (1987) Organisation topographique de la région centrale terminale des différentes branches sensitives du  nerf mandibulaire chez le rat . Exp Neurol. Jun;96(3):540-57.

On a  examiné la projection centrale des neurones primaires comprenant le nerf auriculo-temporal, la branche cutanée du nerf mylo-hyöidien, le nerf alvéolaire inférieur, le nerf mental, le nerf lingual,  nerf buccal, en utilisant le transport tranganglionaire de HRP chez de jeunes rats. On a divisé les nerfs en deux groupes en considération de l’organisation topographique des champs de projection centrale, à savoir, ceux projetant  sur le bord dorsal du noyau trigéminal principal, du sous- noyau oral , du sous-noyau interpolaire c’est à dire : les nerfs auriculotemporal, mylohyöidien , mental et ceux projetant plus intérieurement les nerfs alvéolaire inférieur, ( nerf qui innerve les dents inférieures N.d.T ) nerf  lingual et nerf buccal.Le premier groupe de nerfs projette, en général, plus caudalement que le dernier dans le complexe rostral de la corne dorsale médullaire et spinale jusqu’en C3. De plus, le dernier groupe projette sur le noyau du tractus solitaire, ainsi que sur les noyaux supratrigéminal et paratrigéminal tandis que les nerfs du premier groupe ne le font pas. Ces données indiquent les points suivants : les neurones primaires innervant les structures endo-buccales (donc : les dents inférieures N.d.T) se terminent médialement dans : le noyaux principal du trijumeau, et le sous-noyau oral ; les autres ventralement dans le sous–noyau interpolaire jusqu’aux champs terminaux de ceux qui innervent la peau de la face. Les neurones primaires innervant les structures  endo-buccales (donc : les dents inférieures N.d.T) projettent sur le noyau du tractus solitaire et au niveau des noyaux supra et para trigéminal tandis que ceux qui innervent la peau de la face ne projettent pas. Les neurones primaires innervant la périphérie de la face projettent  sur la corne dorsale spinale et ceux innervant la région  endo/péri buccale projettent sur la corne dorsale médullaire quoique la ségrégation à partir de la moëlle sur C3 est relativement  vague. Seulement ces neurones primaires du trijumeau dont les champs récepteurs s’étendent sur et au delà de la ligne médiane projettent sur la corne dorsale depuis la moëlle jusu’au troisième segment cervical.

 

------------------------------------------------------

Bibliographie :

Hartmann F (1992) Cranio-mandibular disorders inducing nausea and vomiting. In : Mechanisms and Control of Emesis (Bianchi AL, Grélot AD, Miller GI, King GI) (ed) Colloque INSERM/John Libbey Eurotext Ltd C: 51-8

Wen-Bin Z, Ji-Shud L, Hui -Li L (1991) SP-Like immuno reactivity in the primary trigeminal neurones projecting to the nucleus tractus solitarii. Brain Res 558: 87-89

Mise à jour le Mercredi, 08 Août 2012 13:56
 
Home Nausées