French (Fr)English (United Kingdom)Italian - Italy

"Il faut déjà pour savoir qu'il faut se retenir de croire" LEIBNITZ

douleurs retro-orbitaires, difficulté à concentrer le regard, larmoiements, yeux globuleux, yeux rouges
argaiv1341
PDF Imprimer Envoyer

Pour bien comprendre cette rubrique :
N'oubliez pas que tout individu stessé qui ne cesse de crisper les mâchoires dents serrées peut déclencher des douleurs lointaines et des troubles associés à partir des dents, (lesquelles ne sont pas uniquement des organes de douleur mais aussi des organes de tact comme le pouce et l'index en opposition).
Pour ceux qui sont intéressés, la partie scientifique est en bas de page.
idee.jpg N'oubliez pas de consulter les rubriques associées : "Cas cliniques" et "Témoignages"



POSSIBLES DOULEURS :

- céphalées "en casque"
- céphalées frontales
- céphalées occipitales
- migraines atypiques
- sinusalgies
- otalgies (sans infection)
- douleurs maxillaires
- douleurs retro-orbitaires


Commentaire général :

Il est étonnant de constater l'importance de la recherche fondamentale sur les informations non douloureuses qui peuvent provenir des dents. Souvent la plainte du patient qui crispe les mâchoires dents serrées est : j'ai les yeux rouges (hyperhémie) les yeux me démangent (prurit).
Le traitement que m'a donné mon médecin ne change rien.
Lorsque un patient crispe, sans cesse, les mâchoires dents serrées , il n'est pas rare de l'entendre se plaindre de: douleurs derrière l'oeil, d'avoir les yeux rouges et le soir d'avoir les yeux fatigués.
Le cas ci dessous vous montrera le lien qui peut exister entre ces symptômes et le serrement de dents :
• Mr L.J.C., 48 ans, médecin généraliste, souffre depuis dix ans de céphalées journalières accompagnées de vertiges lui interdisant l'usage normal de sa moto. Ce patient "particulier" avoue d'emblée un scepticisme notoire quant à l'origine temporo-mandibulaire éventuelle de ces symptômes. Les topographies de ses douleurs débordent largement le cadre de la sphère cranio-faciale (épaules, dos, lombes, membres inférieurs) avec une prédominance droite. Parmi les nombreux signes associés, on peut noter une,fatigue matinale, des nausées, des troubles du sommeil (agité, non réparateur), des acroparesthésies au niveau des mains, des crampes dans les mollets, enfin des accès de toux sans cause apparente. Ce praticien signale également que le port de ses lunettes lui est devenu intolérable. Une hyperhémie oculaire bilatérale se double d'un prurit intense à ce niveau. Les muscles masticateurs apparaissent hyperalgiques à l'examen. Enfin l'anamnèse met en évidence un serrement de dents particulièrement accentué et fréquent dont il a parfaitement conscience. La tomographie des ATM conclue à une discrète anomalie de position condylienne. Le traitement permet d'obtenir en 2 mois et d'une manière progressive, la sédation de l'ensemble des signes algiques et des troubles associés. Le malade, revu quelques mois plus tard, signale la réapparition accidentelle de rares céphalées et de troubles du sommeil, en particulier à l'occasion de contrariétés liées à sa vie professionnelle, réapparition toujours en rapport, selon lui, avec des épisodes de serrement des dents.




partiescientifique.jpg
abstEtComment.jpg
Au cours des dysfonctions temporomandibulaires , les signes oculaires sont caractérisés par un inconfort visuel avec sensations "d'oeil qui tire", une vision trouble, non améliorée par les verres correcteurs, de la photophobie, du larmoiement, une diplopie intermittente (lettres qui se troublent ou se chevauchent, fausse localisation des objets dans l'espace, trouble de l'orientation, position vicieuse de la tête). Des signes extra-oculaires variables : céphalées frontales, occipitales, hémicraniennes), douleurs rétro-oculaires, otalgies, cervicalgies, sensations vertigineuses, nausées, fatigue au réveil. ( Docteur REYDY , ophtalmologiste).

Ne pas oublier : le nerf trijumeau , comme son nom l'indique est constitué de trois branches.
-Le nerf ophtalmique ( V1)
- Le nerf maxillaire ( V2)
- le nerf mandibulaire ( V3)
abstEtComment.jpg
LE ROLE DU NERF TRIJUMEAU DANS L'OCULOMOTRICITE R. Reydy, F. Hartmann
Le muscles oculaires extrinsèques ont un double asservissement, proprioceptif et visuel. En l'absence de connexions directes entre l'afférence proprioceptive d'un muscle oculaire extrinsèque et son interneurone correspondant, le complexe vestibulo oculaire pourrait être le maillon entre les afférences proprioceptives et l'afférence motrice avec la participation des afférences visuelles. Un dysfonctionnement de la proprioception extraoculaire et un déficit visuel entraîneraient un trouble oculomoteur appelé asthénopie musculaire. Les muscles masticateurs peuvent être considérés comme la caisse de résonance de la souffrance trigéminale générée par le dysfonctionnement de l'articulé dentaire et de l'articulation temporomaxillaire. Le complexe sensitif du trijumeau est la clé de voûte des relations entre l'oculomotricité et l'appareil manducateur.

Mots Clés: Complexe sensitif du nerf tnjumeau, muscles oculaires extrinsèques, proprioception, vision, asthénopie musculaire, colliculus supérieus, articulation temporomaxillaire, articulé dentaire, sensibilité dentaire, thalamus, traumatismes craniocervical et craniomandibulaire, stress.


Bibliographie :

7. Bell W (1985) Orofacial Pains: classification, diagnosis, management. 3rd ed, Year Book Medical Pub Inc Chicago, 420 p

Clark GT, Browne PA, Nakano M, Yang Q (1993) Co-activation of sternocleidomastoid muscles during jaw clenching. J Dent Res 72, 11: 1499-502

Dao TT, LeResche L (2000) Gender Differences in Pain. J Orofac Pain 14: 169-84

Ehrlich R, Garlick D, Ninio M (1999) The Effect of Jaw Clenching on the Electromyographic Activities of 2 Neck and 2 Trunk Muscles. J Orofac Pain 13, 2: 115-20

Forssell H, Kangasniemi P (1984) Correlation of the frequency and intensity of headache to mandibular dysfunction in headache patients. Proc Finn Dent Soc 80: 223-6

Gelb H (1985) Clinical Management of Head, Neck and TMJ Pain and Dysfunction: A Multi-Disciplinary Approach to Diagnosis and Treatment. WB Saunders Co Philadelphia, London, Toronto

Hampf G (1992) A New Clinical Approach to the Treatment of Temporomandibular dysfunction and Orofacial Dysesthesia: Natural History and Comparisons With Similar Chronic Pain Conditions. J Craniomandib Disord Facial Oral Pain 6: 56-63

Keersmaekers K, De Boever JA, Van Den Berghe L (1996) Otalgia in patients with temporomandibular joint disorders. J Prosthet Dent 75; 1: 72-6

Kleier DJ (1985) Referred Pain from a Myofascial Trigger Point Mimicking Pain of Endodontic Origin. J Endodont 11; 9: 408-11

Kolbinson DA, Epstein JB, Burgess JA, Senthilselvan A (1997) Temporomandibular disorders, headaches, and neck pain after motor vehicle accidents: A pilot investigation of persistence and litigation effects. J Prosthet Dent 77: 46-53

Kreisberg MK (1986) Headache as a Symptom of Craniomandibular Disorders I : Pathophysiology. J Craniomandib Pract 4, 2: 135-42

Molina OF, Dos Santos J, Nelson SJ, Grossman E (1997) Prevalence of Modalities of Headaches and Bruxism Among Patients With Craniomandibular Disorder. J Craniomandib Pract 15; 4: 314-25

Molina OF, Dos Santos J, Nelson SJ, Nowlin T (2000) Profile of TMD and Bruxer Compared to TMD and Nonbruxer Patients Regarding Chief Complaint, Previous Consultations, Modes of Therapy, and Chronicity. J Craniomandib Pract 18; 3: 205-18

Molina OF, Dos Santos J, Mazzetto M, Nelson S, Nowlin T, Mainieri ET (2001) Oral Jaw Behaviors in TMD and Bruxism: A Comparison Study by Severity of Bruxism. J Craniomandib Pract 19; 2: 114-22

Moss RA, Lombardo TW, Villarosa GA, Codey JE, Simkin L, Hodgson JM (1995) Oral habits and TMJ dysfunction in facial pain and non-pain subjects. J Oral Rehabil 22; 1: 79-81

Rageot E, Djenazian F (1980) Rôle du dysfonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire dans les cervicalgies et les céphalées. Rhumatol 32; 10: 253-7

Rauhala K, Oikarinen KS, Raustia AM (1999) Role of temporomandibular disorders (TMD) on facial pain?. Occlusion, muscle and TMJ pain. J Craniomandib Pract 17: 254-61

Reik L, Hale M (1981) The temporomandibular joint pain-dysfunction syndrom: a frequent cause of headache. Headache 4, 21: 151-6

Schokker RP, Hanson TL, Ansink BJ (1989) Craniomandibular disorders in headache patients. J Craniomandib Disord Facial Oral Pain 3: 71-4

Suvinen TI, Reade PC (1995) Temporomandibular disorders: a critical review of the nature of pain and its assessment. J Orofac Pain 9: 317-39

Travell JG, Simons DG (1983) Myofascial pain and dysfunctipon. The Trigger-Point Manual. Williams & Wilkins (ed) Baltimore, 713 p

Villarosa GA, Moss RA (1995) Oral behavior patterns as factors contributing to the development of head and facial pain. J Prosth Dent 54; 3: 427-30

Wänman A (1995) The Relationship Between Muscle Tenderness and Craniomandibular Disorders: A Study of 35-years Old From the General Population. J Orofac Pain 9; 3: 235-43
Mise à jour le Jeudi, 02 Juillet 2015 22:49
 
Home Oeil Douleurs,difficultés...