French (Fr)English (United Kingdom)Italian - Italy

"Etre un vrai scientifique c'est avoir un esprit d'accueil et de regarder avec intêret ce qui est nouveau" Louis LEPRINCE-RINGUET

Jambes
argaiv1023
PDF Imprimer Envoyer
Je soussignée, M.C , atteste les faits suivants. :

Je suis agée de 77 ans. Depuis une vingtaine d'années des crampes aux mollets me réveillaient toutes les nuits, m'obligeant à me lever en attendant que cette douleur fulgurante s'atténue. N'ayant jamais souffert de crampes j'ai tout d'abord incriminé le nouveau traitement que je prenais pour combattre ma tension artérielle. J'ai donc changé de remède : sans aucun effet. Mon médecin m'a alors prescrit du magnésium, ce que j'ai fait pendant un certain temps mais malheureusement les crampes persistaient et mes nuits étaient toujours aussi agitées.
C'est alors que le Pr Francis HARTMANN me conseilla de pincer mes lèvres afin d'éviter de serrer les dents. Sans y croire j'ai quand même essayé et, aussi étonnant que cela puisse paraître, mes crampes ont totalement disparu.

A St C.
Le 15/12/ 08
.............................................................................................................
Commentaires : Comment expliquer un fait si surprenant ?
- La neurophysiologie nous endonne la réponse .
Dans les années 70, un neuroysiologiste belge , à consonance polonaise : BRASTLAVSKY est venu en donner l'explication au Laboratoire de Neurobiologie C.N.R.S. ( Marseille), où je préparais ma thèse expérimentale de 3ème cycle en Sciences Odontologiques.
- Je fais court : le VII inhibe toujours le V
Dans toutes les circonstances le nerf fracial (VII) inhibe l' activité du nerf trijumeau (V). Je passe sur la description électrophysiologique éblouissante que nous en fit l'auteur, épreuve , contre-épreuve .
Bref, indiscutable. Ce qui resta dans ma mémoire ce fut cette phrase : le VII inhibe toujours le V
Dans ma consultation que m'avait accordée le Directeur de l'Assistance Publique sur les problèmes de la douleur, j'eus l'idée d'appliquer sur mes malades cette loi neurophysiologique.
Les muscles orbiculaires des lèvres innervés par le VII devaient par conséquent naturellement inhiber les motoneurones des muscles masticateurs innervés par le V.
C'est ce j'ai pu observer sur des centaines et des centaines de malades et TOUJOURS AVEC SUCCÈS, dès lors que le pincement des lèvres était effectué correctement . L'échec provenait toujours d'un manque de motivation du patient voire de son septicisme.
Mise à jour le Mercredi, 11 Mai 2011 15:17
 
Home Témoignages Jambe