French (Fr)English (United Kingdom)Italian - Italy
"Ne marche jamais sur le chemin tracé, car il ne mène que là où d'autres sont allés" Alexandre Graham Bell
Ophtalmologie
argaiv1023
PDF Imprimer Envoyer
ATTESTATION

Je soussigné Docteur Roger Reydy, ophtalmologiste, demeurant 45, boulevard André Aune, 13006 Marseille, certifie avoir assisté régulièrement pendant plusieurs années aux consultations du Professeur Francis Hartmann à la Faculté d'Odontologie de Marseille .

Ces consultations s'adressaient essentiellement à des patients souffrant de Dysfonctions Temporo-mandibulaires (TMD).

Au cours de ces consultations, les faits suivants ont été observés.

Les signes oculaires étaient caractérisés par un inconfort visuel avec sensations «d'oeil qui tire », une vision trouble, non améliorée par verres correcteurs, de la photophobie, du larmoiement, une diplopie intermittente (lettres qui se troublent ou se chevauchent, fausse localisation des objets dans l'espace, trouble de l'orientation, position vicieuse de la tête).

Des signes extra-oculaires variables : céphalées frontales, occipitales, hémicraniennes), douleurs rétro-oculaires, otalgies, cervicalgies, sensations vertigineuses, nausées, fatigue au réveil.

Je pratiquais un bilan de l'équilibre binoculaire :

1°/ En mesurant le punctum proximum de convergence (ppc) qui consiste à approcher la pointe fine d'un crayon des yeux du sujet soit jusqu'à ce que l'oeil dévie, soit jusqu'à ce qu'il voit double.
2°/ En pratiquant un test de l'écran en vision de près : il consiste à observer le mouvement de restitution de l'oeil lorsque l'écran placé devant chaque oeil est enlevé : ce test met en évidence une hétérophorie (déséquilibre latent oculomoteur).

Dans la majorité des cas examinés, une exophorie (l'oeil brusquement découvert fait un mouvement vers le nez) a été mise en évidence et quantifiée (> 6 dioptries). Il s'agissait manifestement dans ces examens d'une asthénopie de fixation par exophorie avec insuffisance de convergence.

Les afférences proprioceptives de l'appareil manducateur dépassent largement l'importance des capteurs céphaliques et nucaux ; elles participent à la régulation neuromotrice et doivent être mises sur un pied d'égalité avec les afférences visuelles et vestibulaires.

Au cours des DTM la coexistence d'anomalies de l'équilibre binoculaire relève de facteurs périphériques et centraux. Cette pathogénie pourrait s'inscrire dans le cadre du Syndrome de Déficience Posturale où existe un dérèglement de l'information proprioceptive somatique et oculaire.

D'une façon moins académique, dans les DTM l'exophorie de près avec insuffisance de convergence est à l'appareil oculaire ce que les parafonctions sont à l'appareil manducateur.
Fait à Marseille, le 9 Avril 2008
Docteur Roger REYDY
Mise à jour le Mercredi, 11 Mai 2011 15:18
 
Home Témoignages Ophtalmologie