Print Friendly, PDF & Email

Réaction « à chaud » à l’émission Télématin du 8 janvier 2019 « Le Stress ennemi de notre cerveau »

Quelle joie de voir à la Télévision dans l’excellente émission de France 2 : Télématin du 8 janvier 2019 le compte rendu fait par le Dr Brigitte Fanny-Cohen sur les méfaits du stress chronique et la description précise du mécanisme intime de l’effet délétère de cette chronicité du stress sur les neurones de la mémoire.

Dans cette émission, il est précisé les résultats observés, d’après une recherche américaine sur 2000 personnes soumises à un stress chronique.

Le stress chronique, selon cette étude libère une quantité de cortisone au niveau du cerveau, laquelle va migrer et détruire les neurones de la mémoire.

Lexique : Stress
Définition selon l’OMS : Le stress apparaît chez une personne dont les ressources et stratégies de gestion personnelles sont dépassées par les exigences qui lui sont posées.
(OMS, Arck et al., 2001)
Selon le Larousse : État réactionnel de l’organisme soumis à une agression brusque.

Je suis fier. Pourquoi ?

Parce que j’ai été le premier chercheur en occident à avoir relaté les travaux des chirurgiens-dentistes japonais et de l’Extrême-Orient traitant des effets délétères des contacts très légèrement déséquilibrés des dents entre elles dans la genèse et l’entretien d’un stress chronique lequel libère les hormones du stress (nor-adrénaline et cortisone).

Je les ai même adressés en priorité au Directeur du Haut Conseil de la santé publique depuis deux ans déjà.

Je suis d’autant plus heureux de cette émission de Télématin, car diffuser les résultats de cette expérimentation me permet de l’associer avec mes propres recherches sur les effets délétères et insoupçonnés du Bruxisme centré en cas de mauvaise occlusion dentaire, lequel reste méconnu par le corps médical.

Les professionnels de Santé dans leur ensemble, refusent à admettre une étiologie dentaire à différent symptômes et troubles du bruxisme.

Et pourtant, la réalité apportée par vos nombreux témoignages devrait commencer à faire changer les choses.

Dans cet article, il est important de bien noter que ce n’est pas le bruxisme proprement dit qui est en cause, mais un déséquilibre d’informations sensitives entre les arcades dentaires droite et gauche qui, lorsqu’elles se rencontrent, est à l’origine de la production des hormones du stress (en particulier la cortisone).

Le stress chronique mécanique (ou psychique) entraine souvent à son tour un bruxisme centré, lequel est un serrement de dents. Si ce serrement de dents devient à son tour chronique et si l’occlusion dentaire se trouve tant soit peu déséquilibrée, une explosion verticale de la courbe de production de cortisone s’en suit.

C’est un véritable cercle vicieux neurophysiologique dont le nerf trijumeau est malgré lui le responsable et dont on a malheureusement occulté l’importance sensitive au profit unique de la « douleur ».

Légende : 

A : pose du composite sur l’incisive

B :  6 à 8 H après augmentation des hormones du stress
Et à la pointe de la flèche B : suppression au laser de l’épaisseur du composite

C : 3 mois de persistance du haut niveau des hormones du stress

D : 91 ème jour début progressif du retour  des taux à la normale

cf : Intérêt de la technique d’équilibration sensitive du Pr Francis Hartmann  ouvrage  » Mal de dos, Fatigue, Migraine si fou serez les dents » éditions Kawa

Explication du schéma ci-dessus :

Sur les rats d’expérience divisés en deux lots, 6 rats témoins accompagnés de 6 rats sur lesquels on a déposé sur une incisive une légère épaisseur de composite (la pâte blanche bien connue qui sert à soigner/obturer les dents). 2 ou 3 jours après, on dose dans les deux groupes de rats le taux d’hormones du stress (qui sont la nor-adrénaline et le cortisol plasmatique de l’hypotalamus). On constate un pic vertical de production des hormones du stress. On débarrasse l’incisive du composite ajouté au laser de façon à être certain du retour à l’occlusion initiale. Une ré-évaluation du taux d’hormone du stress monte un très léger fléchissement de la courbe. Ce n’est qu’au bout de trois mois que la courbe retourne à son état initial d’avant la pose du composite.

Ce n’est pas tout !

Dans les circonstances normales (contact sensitif rigoureusement égal entre les dents), l’hypothalamus bloque la cortisone par un mécanisme de feed-back négatif. Du fait de cette petite épaisseur de composite, le feed-back négatif ne peut plus agir et la cortisone « gentiment » va migrer dans l’hippocampe (siège de la mémoire) détruire les neurones de la mémoire et de l’orientation spatiale. En effets les 6 rats d’expérience ayant reçu le composite sont incapables de retrouver le lieu où l’on dépose habituellement leur nourriture.

Il est ainsi établi qu’une forme clinique comparable à la maladie d’Alzheimer a été définie de manière précise chez ces rats d’expérience.

Est-ce à dire que c’est la seule cause ? En aucun cas !

« le mécanisme de l’information sensorielle est rigoureusement comparable chez tous les mammifères », on ne peut que citer, en cette circonstance, cette phrase du Professeur Hubel Prix Nobel de neurophysiologie Havard Institute USA.

Bibliographie
…et ouvrez pour lire le détail ou la traduction (quand disponible)

EN COURS DE MODIFICATION

Print Friendly, PDF & Email

à venir

188 total views, 6 views today

187 total views, 5 views today

2 Comments

  1. Bonjour et merci pour cet artcile que je viens de trouver et qui me décrit parfaitement. Très stressée je serre de plus en plus les dents et je me sens de plus en plus stressée. Je dois donc aller chez mon dentiste pour voir l’etat de mon occlusion car je sens ma machoire tordue. C’est une piste ? Car c’ est très dur a vivre. Merci

    1. Bonjour Patricia. Sachez que LES YEUX FERMÉS chez votre dentiste , vous disposez sur son fauteuil d’ un pouvoir de discrimination entre les dents prodigieusement élevé. Bien plus fin que le papier bleu du praticien quand celui-ci l’interpose entre vos dents. Si vous avalez votre salive , les yeux fermés , vous devez normalement sentir vos dents en contact. Quand vous avalerez votre salive, si vous avez une déglutition normale, vous ne devez pas sentir in côté de vos dents EXISTER plus l’un que l’autre. La différence peut être infime. N’ oubliez pas que votre cerveau vous permet de sentir une différence d »épaisseur de 0.009 mm, vous avez avec votre cerveau un ordinateur de la 60 ème génération . PROFITEZ EN, vous ne pouvez pas vous tromper. Si vous avez bien lu l’article , protégez votre mémoire.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer