Print Friendly, PDF & Email

L’Eréthisme cardiaque de cause dentaire.

J’ai toujours reçu de la part de mes collègues, médecins des hôpitaux de Marseille le témoignage d’une ouverture d’esprit extrêmement favorable à une éventuelle cause dentaire devant des étiologies mal définies.
Durant les 10 années passées dans ma consultation sur la douleur, ouverte par le directeur de l’Assistance Publique à mon intention, je tiens à préciser que, outre les problèmes relevant de la dent elle-même, le Doyen Raymond Sangiuolo tenait à ce que dans sa Faculté figurât une consultation sur le dysfonctionnement des mâchoires.

A l’époque, il avait compris que de nombreux troubles douloureux, divers et de cause mal définies pouvaient provenir d’un mauvais fonctionnement des mâchoires et des dents. Il m’avait donné mission d’approfondir le problème étant donné mon axe de recherche fondamentale que j’avais exercé au C.N.R.S.

C’est ainsi que l’on m’a adressé des centaines de patients en provenance de tous les coins de France.

Tous des cas très particuliers aux symptômes divers et variés. Ils étaient en général, très éloignés de la sphère buccale.

J’ai donc pu, à partir de milliers de cas traités avec succès déduire et prouver par les résultats obtenus qu’il existait un lien étroit entre la sur-stimulation des récepteurs tactiles dentaires et des entités comme la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, les vertiges idiopathiques, les acouphènes (bourdonnements), les migraines, les crampes nocturnes dans les mollets (découverte personnelle), maladie de Ledderhose… la liste n’est pas close !

Pour en revenir au sujet de cet article, à savoir l’éréthisme cardiaque, c’est par centaines que, fortuitement j’ai eu le bonheur de débarrasser des patients de leurs prises de beta-bloquants voire de leurs anxiolytiques suite à des palpitations récurrentes.

Comment ?

Simplement en stoppant leur crispation continuelle de leur mâchoire dents serrées = Bruxisme centré. Par le biais de la technique Hartmann-Bratslavski moyen bien simple Ô combien efficace décrit dans notre article

Eréthisme cardiaque (Un retard français de 24 ans face aux anglophones), cf bibliographie en bas de page

Définition de Wikipedia :

Ce n’est pas une maladie, mais plutôt un état au cours duquel le coeur se met à battre plus vite ou donne l’impression de battre plus vite. En fait cela entraîne des sensations de palpitations, comme si le coeur battait plus fort . Il y a donc une forte composante émotionnelle et psychologique dans cet état qui est du à un excès de tonus sympathique en rapport avec le système nerveux et les glandes surrénales.
CAUSES
* Cette sensation peut aussi témoigner de maladies comme l’hyperthyroïdie .
* Dans les cas où cet état est gênant le médecin peut donner des béta-bloquants ou des anxiolytique.

La cause dentaire :

– N’importe quel médecin accepte, sans sourciller, qu’une pression, les yeux fermés, sur la cornée, innervée par le Nerf ophtalmique (V1) provoque une bradycardie (ralentissement ce la fréquence du cœur) c’est un réflexe vagal.
– Il s’agit d’un réflexe oculo-cardiaque (par excitation du nerf vague cardio-modérateur)
– Le même médecin reste incrédule quand on lui soutient qu’une pression maintenue sur les dents, voire un grincement via les récepteurs tactiles dentaires que nous avons décrits sur le plan international il y a 41 ans entraîne une tachycardie (accélération de la fréquence du cœur). Il s’agit également d’un réflexe vagal.

Dans le premier cas ralentissement de la fréquence cardiaque : il y a une stimulation du nerf vague (X) à point de départ du (V1) qui innnerve la cornée.

Dans le deuxième cas il y a une inhibition du nerf vague (X) cardio-modérateur à point de départ du (V2) et du (V3) qui innervent les dents.

Les dents en contact permanent sont innervées par le  nerf maxillaire (V2) et le nerf mandibulaire (V3) .
L’excès de tonus sympathique, classiquement évoqué , n’est pas exact Il s’agit d’un réflexe dento – cardiaque appelé : palpitations ou éréthisme cardiaque (par inhibition du nerf vague parasympathique).
Cette tachycardie est due à une inhibition du nerf vague parasympathique (X) nerf cardio-modérateur par les récepteurs tactiles dentaires, lesquels ont deux  propriétés (l’excitation ou l’inhibition). Stopper le serrement continuel des dents supprime les palpitations, reprendre le serrement réveille les palpitations.

C’est Daniel Menetrey, Ex Directeur du Laboratoire de Neurobiologie C.N.R.S. Paris qui en parlant du nerf trijumeau ( V1, V2, V3) a  démontré la possibilité à propos de la vessie de  l’existence de réflexe somato-viscéral.
L’action délétère des récepteurs tactiles dentaires continuellement stimulés le jour et/ou la nuit sur le système végétatif.

Notre expérience clinique, nous a permis d’observer que ce réflexe s’appliquait pour le cœur objet de ce document, ainsi que pour d’autres viscères…./….

Exemple : l’intestin.
J’ai pu ainsi convaincre ainsi le Pr J.P Bernard chef du service d’Hépato-Gastro-Entérologie de l’Hôpital de la Timone à Marseille du lien entre les récepteurs tactiles dentaires sur-stimulés et les troubles intestinaux appartenant au Syndrome du Colon Irritable.( S.C.I.).

En conclusion, il faut retenir que le nerf trijumeau (V) possède trois branches (V1, V2, V3), qui ont sur le nerf vague une action différente. Le (V1), nerf des yeux : excite le nerf vague (X), les (V2) dents du haut, (V3) dents du bas, inhibent le nerf vague (X). Il est à noter que ces palpitations sont souvent associées à l’insomnie, plus exactement à un trouble du sommeil, de l’endormissement en particulier.
Le Nerf Trijumeau n’est pas simplement le nerf de la névralgie faciale , comme d’aucuns tendent à le reconnaître.
Bibliographie
…et ouvrez la référence bibliographique pour accéder à l’article original

Okeson JP, Philips BA, Berry DTR, Baldwin RM (1994) Nocturnal bruxing events : A report of normative data and cardio-vascular response J Oral Rehabil 21 : 623-30

Print Friendly, PDF & Email

Un rapport de données normatives et réponse cardio vasculaire.

987 total views, 4 views today

986 total views, 3 views today

2 Comments

  1. bonjour, je souffre de palpitation et cela genere mes angoisses qui generent mes palpitations et oui je crispe les machoires sans m’en rendre compte, par quoi commencer si je veux lutter contre cela ? merci pour votre site

    1. Bonjour Christine,
      Pour affiner le diagnostic, à part les palpitations , pourriez vous signaler d’autres symptômes intéressants, indispensables pour un praticien qui n’a pas fait d’ examen clinique:
      – type de douleurs régions , zones
      – troubles du sommeil ?
      – troubles respiratoires ?
      – troubles digestifs ? = ballonnement , alternance constipation ,diarrhée
      -troubles urinaires ?
      – fatigue le matin au réveil ?
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.