Print Friendly, PDF & Email

Le Coup du Lapin

Tout le monde connaît le fameux terme : « Coup du Lapin ». Un choc porté sèchement sur la nuque de l’animal pour l’assommer.

Par extension, on applique cette expression au « mouvement de fléau » de la tête subi par une victime lors d’un traumatisme.

En général, c’est un mouvement violent axial du crâne et du cou d’arrière en avant. L’idée de la nuque s’impose immédiatement au commun des mortels, personnel médical compris.

Or, certaines causes traumatiques directes peuvent retentir sur l’articulation temporo-mandibulaire (A.T.M.). Un grand choc peut se produire lors d’un accident d’automobile, d’une rixe, d’une chute sur le menton…

Le « coup du lapin » ou whiplash est une cause fréquente de lésion des articulations des mâchoires (complexe temporo-mandibulaire). Dans ce cas la tête du patient est projetée en arrière, la bouche largement ouverte.

Ce mouvement a souvent pour effet de rejeter le condyle en arrière derrière le disque (ou ménisque) de l’A.T.M (Actuellement, on préfère utiliser le terme de disque plutôt que ménisque) comme l’illustre le schéma ci-dessus.

Après un « coup du lapin » accidentel, le disque de l’articulation temporo-mandibulaire a tendance à glisser dans une position antérieure intermédiaire.

Le « coup du lapin » peut entrainer deux situations :

  • – une luxation discale réductible.

et/ou

  • – une luxation discale non réductible.

 

Ainsi le traumatisé peut avoir deux problèmes :

  • – Une lésion fréquente au niveau du rachis cervical
  • – Une luxation antérieure au niveau du disque de l’A.T.M. méconnue car non recherchée par le biais de l’I.R.M dans 80% des cas.

Habituellement le patient reçoit un traitement pour les éventuelles lésions au niveau du rachis cervical. Malheureusement la luxation antérieure discale reste totalement méconnue.

De nombreux patients qui ont subi un “coup du lapin” continuent à se plaindre de douleurs diverses, et sont fréquemment considérés comme de faux malades, d’autres sont souvent rangés dans la catégorie des fibromyalgiques alors qu’en réalité leurs symptômes persistants sont causés par la luxation traumatique des disques de l’A.T.M.

Lors du mouvement de recul du condyle de l’A.T.M., il peut se produire un étirement violent susceptible de provoquer une lésion de la bande bilaminaire postérieure par écrasement (Cf fig) (frein rétro-méniscal de SAPEY pour les anciens) extrêmement riche en récepteurs sensitifs.

Mais le plus important : le traumatisme déclenche ou renforce quasi inévitablement un bruxisme réactionnel qui reste totalement malheureusement méconnu. Ce type de bruxisme, bien particulier n’est pas le bruxisme avec usure des dents ; il s’agit d’une « crispation des mâchoires dents serrées », appelée par les spécialistes bruxisme centré néanmoins parfois associée au bruxisme de grincement.

Cette dyskinésie post-traumatique peut prêter à sourire.

C’est l’archétype inévitable dans les pays latins dès que l’on parle de dents. Bien au contraire les travaux de recherche fondamentale (l’électro-physiologie d’abord puis la neuro-anatomie, par le biais de traceurs radio-actifs) ont révélé que les informations sensitives en provenance des dents étaient susceptibles de projeter dans des territoires riches et variés tels que le cortex cérébral, le cervelet, le Noyau du Tractus Solitaire, le Noyau paratrigéminal,  l’area postrema, la moelle épinière sur toute sa longueur. En cas de sur-stimulation des dents par bruxisme, de forte intensité et de durée prolongée, un effet délétère peut se produire dans l’organisme. Les conséquences en sont le plus souvent : des douleurs éloignées et des troubles divers qui, en première analyse, ne semblent avoir aucun rapport avec la bouche les mâchoires et l’A.T.M. Les médecins ne recherchent pas dans l’anamnèse « la crispation des mâchoires dents serrées », ne demandent pas d’Images à Résonnance Magnétique ( I.R.M.) des A.T.M., se contentent d’incriminer les cervicales et la victime peut, à la limite être considérée comme paranoïaque (cas observé).

Cas Clinique

Une personne de 84 ans est renversée par un véhicule qui se garait dans un parking et projetée face contre terre. Elle se relève le visage en sang, elle se plaint de maux de tête et de douleurs de la nuque. Hospitalisée, il est pratiqué des radios de la région cervicale qui ne révèlent rien de particulier. Les douleurs persistent malgré un traitement classique : anti-inflammatoire et antalgiques. Son médecin traitant, sur mes conseils, demande une IRM des articulations temporo-mandibulaires (A.T.M.).

La lecture de l’IRM met en évidence une double luxation des disques de l’ATM.

Dans ma vie professionnelle et en temps qu’ancien expert près la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, j’ai rencontré des dizaines de cas semblables.

Pour conclure, si vous êtes victime d’un « coup du lapin » avec ou sans luxation des disques de l’ATM, la recherche minutieuse du bruxisme centré réactionnel est une impérieuse nécessité si vous constatez depuis cet accident subir les symptômes suivants :

L’organisme humain ne TOLÈRE pas, surtout chez la femme, un contact inter-dentaire trop durable et/ou trop intense = BRUXISME centré.

  • Syndrome de Fatigue Chronique (dit de cause inconnue)
  • Fibromyalgie (dite de cause inconnue) etc…
  • Migraine, Céphalées…
  • Cervicalgies pérennes…
  • Troubles végétatifs : palpitations, intestin irritable, souffle court, toux (sine materia)…
  • Cystite interstitielle (dite de cause inconnue)…
  • Démangeaisons du conduit auditif externe, du cuir chevelu, etc…
  • Crampes nocturnes dans les mollets
  • Psoriasis
  • Lupus
  • Maladie de Ledderhose
Bibliographie

Schwartz HC, Kendrick RW (1984) Internal derangements of the temporomandibular joint: description of clinical syndromes. Oral Surg Oral Med 58; 1: 24-9

Hartmann F, Sauget Y, Orofino J Incidence des chocs sur la posture et le mouvement de l’articulation temporo-maxillaire.Compte rendu du XIVème Congrès de la Société de Biomécanique 1989.

Hartmann F, Cucchi G (1993) Les dysfonctions cranio-mandibulaires (SADAM) Nouvelles implications médicales, Ed. Springer, 335 pages.

Francis HARTMANN, Gérard CUCCHI.(2013) STRESS and ORALITY. NEW DAT about TEETH CLENCHING & OUTCOMES Springer 300p

Francis HARTMANN (2014) Mal de dos, Fatigue, Migraine…si vous serrez les dents Ed KAWA – 208 pages

5,898 total views, 9 views today

11 Comments

  1. Bonjour, ravie de voir qu’un professeur en médecine reconnait le lien entre traumatisme cervical et machoire !
    J’ai eu un accident de voiture assez violent en 2005. Entorse cervicale avec souffrance neurologiques c5 c6. Lors de cet accident une couronne dentaire, molaire de 6 ans, s est décelée. En 2011 je suis opérée pour plusieurs Hernies discales cervicales post traumatiques ce cet accident, on me pose une prothèse mobile. Mais mes dents ont bougé ! Elles se déplacent de plus en plus, alors qu’elles étaient parfaitement alignées avant l’accident. J’ai perdu la dent du haut dont la couronne s’était décelée en 2008 et ma machoire craque, mes oreilles me grattent.
    Pensez vous qu’il y ait un lien entre cet accident et les dents qui bougent ?
    Merci d’avance pour votre réponse !! Et bravo pour votre site !

    1. Bonjour Hélène,
      Hélas non Hélène, malgré trois livres écrits, une centaine de communications et de publications que j’ai pu faire au cours de cinquante années d’activité consacrées à ce sujet , l’ensemble des médecins est réfractaire au lien que vous évoquez .J’étais professeur de faculté dentaire. et ex Expert près la Cour d’Appel d’Aix en Provence. Aussi, ai je une longue expérience concernant ce lien bien réel existant entre traumatisme cervical et mâchoire.
      Pour répondre convenablement à votre question , il m’est INDISPENSABLE de savoir quel type de brusisme ce traumatisme a déclenché en vous:
      Serrement , grincement , frottement des dents ou tapotement et/ou maintien en contact constant des dents entre elles . J’attends de votre part une réponse précise.
      Bien à vous.

  2. Bonjour Monsieur,
    Je ne sais pas si vous allez me répondre mais je tente toute de même. Mi octobre j’avais des craquements à la mâchoire (dès que je bougeais ma mâchoire j’entendais un craquement sans douleur). J’ai pris rdv chez un stomato (rdv 3mois et demi d’attente). Et pendant cette longue attente, ma mâchoire m’a fait de plus en plus mal (inflammation à l’intérieur des joues), diminution de l’ouverture etc. J’ai passé une radio et un IRM résultats (= luxation droite réductible) et (luxation gauche irréductible avec dysplasie du condyle). Je n’avais encore aucun problème de mâchoire avant (j’ai 20 ans je précise). Et j’ai l’impression de serrer des dents la nuit (peut être est-ce une cause?). Ne voyant que le stomato dans 2 semaines et étant assez stressé par ça je voulais savoir si j’allais me faire opérer ? Si c’était très grave? Si j’allais garder ça à vie étant relativement jeune? Et je précise que le docteur qui a interprété mon IRM m’a demandé de faire un scanner 3D. Je n’en peux plus de faire des aller-retour chez le médecin, prend des rdv médicaux à n’en plus finir. Je dois passer obligatoirement ce snaner? Sachant que je n’ai vraiment pas le temps de faire tout ça étant étudiant en droit (partiels, td etc..). Ce problème occupe mon esprit depuis plus de 3 mois, empiétant sur mes études (je ne pense qu’à ça en révisant mes cours / en travaillant /).

    Merci de m’avoir lu si tel est le cas,
    Bien à vous,

    Thomas

    1. Bonjour Thomas. Je réponds immédiatement. Avec un diagnostic aussi performant que votre IRM des articulations de votre mâchoire, une réductible l’autre non réductible, un scanner pour vos problèmes très spécifiques est inutile et ne vous apportera aucun éclaircissement complémentaire relative à ma spécialité.L’opération dans votre cas est totalement exclue.Par contre, d’ores et déjà, il est important que je sache avec précision si vous deux luxations ont une cause traumatique ou non ; ensuite si elles sont accompagnées de symptômes douloureux dans diverses régions du corps, même très éloignées de la tête. Enfin, conséquence très habituelle, rarement absente un bruxisme réactionnel classique, très variable : serrement des dents+++, grincement, tapotement des dents, frottement et/ou mise en contact perpétuel des dents entre elles ? A vous lire.
      Bien à vous

      1. Merci de votre réponse, vous me rassurez pour l’opération.

        Oui désolé, je ne suis pas trop en rapport avec l’article concernant un quelconque trauma qui aurait pu avoir lieu.. Je ne sais pas si ça peut être lié avec mon opération des dents de sagesse (opération avril 2017) début des symptômes (octobre 2018). Le délai me paraît relativement long mais tout de même.

        Ensuite, là encore je ne sais pas si c’est lié mais j’ai l’impression d’avoir des acouphènes et une douleur à l’épaule gauche (surtout en cours quand j’écris sur mon ordinateur).

        Et ce qui m’a fait peur dans la conclusion de l’IRM c’est les termes « aspect dysplasique des condyles mandibulaires » concernant la luxation irréductible gauche n’ayant pas eu le médecin en face (j’ai reçu les résultats pas courrier) je n’ai pas pu lui demander. Déjà que j’ai une double luxation alors si en plus j’ai des problèmes de forme d’os ? (Si le condyle en est un).

        Bien à vous

  3. Bonjour,

    Je vous contact car cela fait presque 8 ans que je souffre d’acouphènes et de douleur au niveau de la nuque et du haut du dos (entre les omoplates).

    Les douleurs ont d’abord commencé dans la nuque et se sont propagés, ensuite s’en est suivi des acouphènes. Je n’ai que 25 ans.

    Voici mon historique pour que vous puissiez mieux me comprendre :

    1- Au début de l’adolescence j’ai porté un appareil dentaire casque de nuit, dans le but d’aligner ma mâchoire du bas avec celle du haut. Je n’ai fait que la moitié du traitement et n’ai pas été jusqu’au bout.

    2- Par la suite, vers l’âge de 16 ans, on m’a fait poser dans un centre dentaire, 4 couronnes, alors qu’on aurait juste pu me soigner mes caries…

    4 – J’ai pratiqué de mes 5 à 21 ans de la boxe et de la lutte en compétition.

    Et je soupçonne une blessure lorsqu’un jour en voulant attraper mon adversaire j’ai foncé pleine tête dans le mur. Mais, mes acouphènes ne se sont pas manifestés suite à ce choc, et les nombreuses IRM que j’ai passées ont toujours montrées (d’après les médecins) que tout était normal malgré les douleurs qui persistent aujourd’hui encore.

    5 – Je souffre depuis des années de craquement dans ma nuque et entre mes omoplates. Je sens qu’il y a « du jeux » dans ma nuque, lorsque je pose ma tête sur un oreiller pour m’endormir.
    Au fil des années, j’ai commencé à avoir une fatigue chronique, qui ne m’a jamais quitté et continue de croître. Rien que le fait de dormir me donne d’énorme douleur dans les cervicales.

    Quelques temps après, après un entrainement de boxe, je me suis étiré de cette façon :

    http://salina-grottedesel.fr/wp-content/uploads/2018/11/C3A9tirement-dos-flexion-debout.jpg

    C’est-à-dire debout, jambes tendues, en essayant de toucher mes pieds avec mes mains. Et d’un coup, mes acouphènes sont apparus et ne m’ont plus jamais quittés. Depuis ce jour, ma vie a basculé, j’ai arrêté mon sport, me suis renfermé sur moi-même et suis en dépression pratiquement tous les jours. Chaque jour est pour moi une épreuve, et je redoute tous les soirs, le moment d’aller me coucher.

    J’ai été voir des ORL’s, et un centre spécialisé du dos, et ils n’ont rien trouvé.

    A la moindre respiration le haut de mon dos craque. (entre mes omoplate). Avec le temps et l’évolution du problème, le bas de mon dos s’est mis à craquer aussi.

    Lorsque je tourne la tête vers la droite, je sens de petit os de ma nuque frotter contre d’autres os.

    Symptômes quotidiens :

    Lorsque je serre ma mâchoire, mes acouphènes dans mes oreilles augmentent en intensité et sont beaucoup plus fort.
    Lorsque j’appui sur ma tête, mes acouphènes augmentent également en intensité
    Lorsque je respire, ma colonne craque entre mes omoplates, et cela s’est propagé sur le centre de ma cage thoracique(c’est l’impression que j’ai).
    J’ai souvent la nuque raide
    Quand je tourne la tête vers la droite, je ressent mes os frotter contre d’autres.

    Cela me fatigue au quotidien et m’empêche de dormir. J’endure cela depuis 8 ans. C’est un combat de tous les jours pour moi..

    Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire.. et espérant avoir un retour, de l’aide de votre part.
    Jordy

    1. Bonjour Jordi
      1ère question : Avez vous passé une IRM de votre mâchoire inférieure, c’est à dire une IRM des articulations temporo-mandibulaires ( A.T.M.) ?
      Si oui, écrivez moi le compte rendu de l’examen.
      Pour quelle raison cette question ?
      Après avoir heurté le mur avec votre tête, il est fort possible que ce choc ait provoqué une luxation discale d’une ATM, voire des deux. Avant, on écrivait luxation des ménisques de vos ATM ; les gens comprenaient mieux ; ménisques, ils pensaient aux genoux. L’usage a rendu obligatoire le mot « disque » à la place de ménisque: autrement dit un coussin amortisseur dans vos ATM.(voir 2ème schéma ci dessus qui vous fait comprendre le phénomène)
      A la suite d’un choc pareil, survient dans 😯 à 95% des cas un : bruxisme réactionnel: grincement , serrement +++, frottement, tapotement, mise en contact continuel des dents entre elles. Précisez avec exactitude : INDISPENSABLE
      Mais aussi : la survenue d’acouphènes, la fatigue.
      – la localisation de vos douleurs = hautes et basses c’est à dire cervicales et lombaires, jamais dorsales sont en faveur d’un dysfonctionnement temporo-mandibulaire. Toutefois; on ne pose pas un diagnostic réel , sans examen clinique.
      Dans l’attente de vous lire
      Bien à vous

  4. Bonjour Monsieur,
    Je me permet de vous écrire car je suis tombé sur votre site qui m’a beaucoup interpellée.
    Je me doute que vous devez être très sollicité mais je tente ma chance pour vous expliquer brièvement mon cas afin d obtenir des contacts de praticiens que vous auriez pu former selon vos méthodes.
    Je souffre depuis un an et demi de problème de mâchoire. Cela a commencé par des douleurs et gênes au muscle du visage irradiant vers l’oreille, vision flou de l’œil et douleur tempe accompagné de migraine. (j’ai toujours eu des migraines ophtalmiques). En même temps des problèmes dentaires sont survenus : dents caries profondes et fracturées, parodontie, augmentation de la gencive supérieure qui est dure et qui me gène énormément (certains dentistes me parlent de gros tartre sous gingival et bactéries). Mes dents de sagesses étant extrêmement mal placés (une semi-incluse cariée et une autre qui poussait dans la mauvaise direction). En pensant que ça venait de ça, je me les suis faites extraire. Malheureusement, mes douleurs sont toujours là et plus forte. J’aurais une luxation de la mâchoire droite (mon articulation ressort à l’ouverture). Depuis, j’ai des otites à répétion, des douleurs dentaires, ma vision de l’œil ne s’est pas améliorée, mes muscles et ligaments sont (de mon propre ressenti) distendus. Mes douleurs sont descendues dans les cervicales, dos, bras jusqu’au pouce ce qui me crée des névralgies. J’ai également des problèmes de digestion.
    J’ai vu beaucoup de dentistes et un seul m’a dit que je fesais certainement du bruxisme car mes dents sont usés et serre. Je m’en rendais pas compte mais c’est vrai, de nature anxieuse je serre constamment les dents et la mâchoire. Tous ces symptômes m’ont créée une dépression et je n arrive plus à dormir.
    Je veux absolument m’en sortir et trouver une solution car cela devient un enfer.

    Je m escuse de ce long roman mais je tenais à être le plus clair possible.
    J’habite dans le 74 à thonon les bains.

    Connaissez vous des praticiens qui pourraient m’aider ?
    Je vous remercie de m’avoir lu.
    Cordialement
    Audrey, 32 ans

    1. Bonjour Audrey, Merci d’avoir laissé un commentaire aussi précis et détaillé. L’ensemble de vos symptômes est très vraisemblablement en direct avec votre bruxisme de grincement et de serrement. Il importe d’appliquer A la Lettre la technique Hartmann- Bratzlavzki décrite en détail dans ce site. Il conviendra, de prendre rendez vous début 2019, chez le praticien que je vous indiquerai, après avoir minutieusement appliqué la technique précitée. Une fois le traitement préconisé appliqué avec constance et minutie, condition sine qua non, votre dépression a toute les chances de disparaître.

      Bien à vous

      1. Merci pour votre réponse .
        J essaie déjà de suivre cette méthode de pincer les lèvres mais c est bien pincer les lèvres et non pas se pincer les lèvres avec les dents ? Car quand je me pince les lèvres j ai l impression que ça me contracte la mâchoire encore plus et que j arrive mal à respirer … sûrement que je applique mal cette méthode .
        À quelle moment allez vous m indiquer les coordonnés de vos confrères ?

        Bien cordialement

Répondre à Pr Francis Hartmann (Cancel reply)

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer