Print Friendly, PDF & Email

Le Coup du Lapin

Tout le monde connaît le fameux terme : « Coup du Lapin ». Un choc porté sèchement sur la nuque de l’animal pour l’assommer.

Par extension, on applique cette expression au « mouvement de fléau » de la tête subi par une victime lors d’un traumatisme.

En général, c’est un mouvement violent axial du crâne et du cou d’arrière en avant. L’idée de la nuque s’impose immédiatement au commun des mortels, personnel médical compris.

Or, certaines causes traumatiques directes peuvent retentir sur l’articulation temporo-mandibulaire (A.T.M.). Un grand choc peut se produire lors d’un accident d’automobile, d’une rixe, d’une chute sur le menton…

Le « coup du lapin » ou whiplash est une cause fréquente de lésion des articulations des mâchoires (complexe temporo-mandibulaire). Dans ce cas la tête du patient est projetée en arrière, la bouche largement ouverte.

Ce mouvement a souvent pour effet de rejeter le condyle en arrière derrière le disque (ou ménisque) de l’A.T.M (Actuellement, on préfère utiliser le terme de disque plutôt que ménisque) comme l’illustre le schéma ci-dessus.

Après un « coup du lapin » accidentel, le disque de l’articulation temporo-mandibulaire a tendance à glisser dans une position antérieure intermédiaire.

Le « coup du lapin » peut entrainer deux situations :

  • – une luxation discale réductible.

et/ou

  • – une luxation discale non réductible.

 

Ainsi le traumatisé peut avoir deux problèmes :

  • – Une lésion fréquente au niveau du rachis cervical
  • – Une luxation antérieure au niveau du disque de l’A.T.M. méconnue car non recherchée par le biais de l’I.R.M dans 80% des cas.

Habituellement le patient reçoit un traitement pour les éventuelles lésions au niveau du rachis cervical. Malheureusement la luxation antérieure discale reste totalement méconnue.

De nombreux patients qui ont subi un “coup du lapin” continuent à se plaindre de douleurs diverses, et sont fréquemment considérés comme de faux malades, d’autres sont souvent rangés dans la catégorie des fibromyalgiques alors qu’en réalité leurs symptômes persistants sont causés par la luxation traumatique des disques de l’A.T.M.

Lors du mouvement de recul du condyle de l’A.T.M., il peut se produire un étirement violent susceptible de provoquer une lésion de la bande bilaminaire postérieure par écrasement (Cf fig) (frein rétro-méniscal de SAPEY pour les anciens) extrêmement riche en récepteurs sensitifs.

Mais le plus important : le traumatisme déclenche ou renforce quasi inévitablement un bruxisme réactionnel qui reste totalement malheureusement méconnu. Ce type de bruxisme, bien particulier n’est pas le bruxisme avec usure des dents ; il s’agit d’une « crispation des mâchoires dents serrées », appelée par les spécialistes bruxisme centré néanmoins parfois associée au bruxisme de grincement.

Cette dyskinésie post-traumatique peut prêter à sourire.

C’est l’archétype inévitable dans les pays latins dès que l’on parle de dents. Bien au contraire les travaux de recherche fondamentale (l’électro-physiologie d’abord puis la neuro-anatomie, par le biais de traceurs radio-actifs) ont révélé que les informations sensitives en provenance des dents étaient susceptibles de projeter dans des territoires riches et variés tels que le cortex cérébral, le cervelet, le Noyau du Tractus Solitaire, le Noyau paratrigéminal,  l’area postrema, la moelle épinière sur toute sa longueur. En cas de sur-stimulation des dents par bruxisme, de forte intensité et de durée prolongée, un effet délétère peut se produire dans l’organisme. Les conséquences en sont le plus souvent : des douleurs éloignées et des troubles divers qui, en première analyse, ne semblent avoir aucun rapport avec la bouche les mâchoires et l’A.T.M. Les médecins ne recherchent pas dans l’anamnèse « la crispation des mâchoires dents serrées », ne demandent pas d’Images à Résonnance Magnétique ( I.R.M.) des A.T.M., se contentent d’incriminer les cervicales et la victime peut, à la limite être considérée comme paranoïaque (cas observé).

Cas Clinique

Une personne de 84 ans est renversée par un véhicule qui se garait dans un parking et projetée face contre terre. Elle se relève le visage en sang, elle se plaint de maux de tête et de douleurs de la nuque. Hospitalisée, il est pratiqué des radios de la région cervicale qui ne révèlent rien de particulier. Les douleurs persistent malgré un traitement classique : anti-inflammatoire et antalgiques. Son médecin traitant, sur mes conseils, demande une IRM des articulations temporo-mandibulaires (A.T.M.).

La lecture de l’IRM met en évidence une double luxation des disques de l’ATM.

Dans ma vie professionnelle et en temps qu’ancien expert près la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, j’ai rencontré des dizaines de cas semblables.

Pour conclure, si vous êtes victime d’un « coup du lapin » avec ou sans luxation des disques de l’ATM, la recherche minutieuse du bruxisme centré réactionnel est une impérieuse nécessité si vous constatez depuis cet accident subir les symptômes suivants :

L’organisme humain ne TOLÈRE pas, surtout chez la femme, un contact inter-dentaire trop durable et/ou trop intense = BRUXISME centré.

  • Syndrome de Fatigue Chronique (dit de cause inconnue)
  • Fibromyalgie (dite de cause inconnue) etc…
  • Migraine, Céphalées…
  • Cervicalgies pérennes…
  • Troubles végétatifs : palpitations, intestin irritable, souffle court, toux (sine materia)…
  • Cystite interstitielle (dite de cause inconnue)…
  • Démangeaisons du conduit auditif externe, du cuir chevelu, etc…
  • Crampes nocturnes dans les mollets
  • Psoriasis
  • Lupus
  • Maladie de Ledderhose
Bibliographie

Schwartz HC, Kendrick RW (1984) Internal derangements of the temporomandibular joint: description of clinical syndromes. Oral Surg Oral Med 58; 1: 24-9

Hartmann F, Sauget Y, Orofino J Incidence des chocs sur la posture et le mouvement de l’articulation temporo-maxillaire.Compte rendu du XIVème Congrès de la Société de Biomécanique 1989.

Hartmann F, Cucchi G (1993) Les dysfonctions cranio-mandibulaires (SADAM) Nouvelles implications médicales, Ed. Springer, 335 pages.

Francis HARTMANN, Gérard CUCCHI.(2013) STRESS and ORALITY. NEW DAT about TEETH CLENCHING & OUTCOMES Springer 300p

Francis HARTMANN (2014) Mal de dos, Fatigue, Migraine…si vous serrez les dents Ed KAWA – 208 pages

1,114 total views, 4 views today

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.