Print Friendly, PDF & Email

La Technique Hartmann-Bratzlavski :

  • Serrement des lèvres
  • Gommettes colorées
  • Cérémonial de la prise de sommeil
Lexique
dyskinésie : du grec, « Dus » : mauvais, « Kinesis » : mouvement
Le serrement des lèvres.

Dans les années 70, un neurophysiologiste belge, M. BRATZLAVSKI est venu donner une conférence et présenter des travaux très originaux à l’Institut de Neuro-Physiologie INP1 du C.N.R.S. (Marseille) où je préparais ma thèse expérimentale de 3ème cycle en Sciences Odontologiques.

Devant une assemblée de neuro-physiologistes attentifs et admiratifs, ce chercheur nous fit la demonstration suivante : un nerf crânien stimulé naturellement, sans aucun médicament, provoque systématiquement chez les mammifères la paralysie motrice d’un autre nerf crânien. Pourquoi cette conférence a-t-elle été à l’origine de la méthode « Hartmann-Bratzlavski » ?

N’oublions pas que quelques années auparavant, j’avais été hospitalisé en urgence à l’Hôpital Ste-Marguerite à Marseille dans le service de Neurologie du Pr Mouren pour des céphalées intenses accompagnées de nausées et de vomissements. À l’époque, pas de scanner ni d’IRM, je subis une électro-encéphalographie, une gamma/encéphalographie réalisée par le docteur Micheline Vigouroux et une artériographie. Examens qui ont mis en évidence un cancer du cerveau, pour lequel les examens cliniques laissaient toutefois un doute profond. Un chef clinique avait proposé au Pr Mouren une électro-encéphalie gazeuse. Connaissant les effets douloureux susceptibles d’être provoqués par ce type d’examen, je le refusais.

« Eh bien » dit le Pr Mouren, « laissons le tranquille puisqu’il le refuse »…

Avant mon départ de l’hôpital, le Pr Mouren réunit son staff  et me présenta ainsi : « Voici le cas d’ une migraine accompagnée avec nausées et vomissements et examens para-cliniques alarmants contradictoires (…) je prescrirai simplement de l’optalidon ». (Sous entendu, « il est perdu, la zone n’est pas opérable, laissons à ce malade le choix de mourir chez lui »).

De retour chez moi, mes migraines intenses étaient toujours présentes.

Ma belle soeur me rapporta par la suite que le docteur Micheline Vigouroux, son amie, lui avait confié « ton beau-frère est perdu ».

« Un jour, la douleur aux tempes étant d’une telle intensité, Christian, cherchant à éviter le serrement des dents, réagit instinctivement en pressant ses lèvres l’une contre l’autre et les garda ainsi durant un très long moment. Ô miracle: une atténuation significative des douleurs temporales ! Christian s’appliqua à répéter dans les jours suivants cet exercice. A chaque fois il pouvait noter une diminution de ses maux de tête. Déconcerté mais heureux, il prit l’habitude de pincer ses lèvres de plus en plus souvent. Les maux des tempes (la « migraine atypique » comme disaient les médecins) s’atténuaient voire disparaissaient. Christian s’exerça à pincer ses lèvres avant de s’endormir. »

Extrait de l'ouvrage "Mal de dos, Fatigue, Migraine ...si vous serrez les dents !"

Editions KAWA - https://www.editions-kawa.com/18__francis-hartmann

C’était  moi, en 1966 – Francis Christian José Hartmann

Pourquoi la conférence de Bratzlavski a-t-elle été la confirmation expérimentale de ma simple intuition ?

Essayons de supprimer au maximum le jargon scientifique.

C’est l’exploitation d’ un phénomène  physiologique, donc naturel, de l’influence d’un nerf le nerf facial (VII=7ème nerf du crâne) sur le nerf trijumeau (V=5ème nerf du crâne) . Exploitation très efficace à but thérapeutique : nous proposons aux personnes présentant une manie, un tic, un T.O.C irrepressible de s’en débarrasser impérativement

L’auto-stimulation mécanique des lèvres, par pincement volontaire de celles-ci, détermine obligatoirement un blocage total des muscles de fermeture de la mâchoire.

Les lèvres sont innervées par le nerf facial (VII) et les muscles de la mâchoire par le (V). Autrement dit, pincer les lèvres stimulent le VII et  ce denier interdit alors au V moteur son activité normale c’est à dire de permettre aux muscles de la mâchoire de fermer celle ci et par conséquent de serrer les dents.

les nerfs crâniens

Innervation crânienne : le V 1, V 2, V 3

les nerfs crâniens

Innervation crânienne : le VII (7) - Patrick J. Lynch, medical illustrator

fréquence du serrement des lèvres : le plus souvent possible et noter s’il libère les dents serrées ou pas. Si à chaque fois que vous pensez à serrer les lèvres, vous vous apercevez que vous n’aviez pas les dents en contact, c’est que vous êtes sur le bonne voie ! Par contre, si le serrement des lèvres « libère » vos dents de leur serrement, continuez le plus souvent possible !
La pression à exercer lors du pincement des lèvres est celle qui sera suffisante pour inhiber le serrement des dents, il n’y a pas de règle précise, cela varie selon l’individu. Vous pouvez tester « à vide » pour vous calibrer efficacement.
Les gommettes ou comment un signal sub-liminal agit effectivement comme un pense-bête.

Pour rappeler au patient qu’il est impératif pour sa santé de cesser de serrer les dents (bruxisme centré des professionnels), l’usage des gommettes ou des post-it s’avère très efficace. Nous préférons, quant à nous, l’usage des gommettes, celles-ci sont beaucoup plus discrètes et aussi efficaces.

Le/La patient(e) (car souvenez-vous, les femmes sont à 80% plus concernées que les hommes) choisira sa couleur préférée. Pas de contrariété à ce niveau.

Les gommettes auront pour mission:

– d’envahir l’environnement du patient. A cet effet, elles seront collées sur la glace de la salle de bains, le  réfrigérateur, le machine à laver le linge, la vaisselle, le sac à main, le tableau de bord de la voiture, le bureau de travail etc..

Leur rôle est de sans cesse vous rappeler que votre santé est corrélée à l’arrêt définitif du serrement de dents.

Si on colle les gommettes  en pensant, en même temps : je dois acheter 2 kilos de poireaux, par exemple, l’effet sera totalement nul.

Par contre, penser au symptôme le plus intense et à sa future disparition due à l’arrêt du serrement de dents.

Par votre vision périphérique votre cerveau captera le message de la gommette et vous aidera supprimer ce T.O.C.

Reste le problème de la nuit...
Période durant laquelle le serrement est généralement le plus fort et que nous ne pouvons plus obtenir d’effet subliminal constant.
Cérémonial de la prise du sommeil

– Vous aurez au préalable collé 20 à 30 gommettes de votre couleur préférée sur une feuille de  papier de taille moyenne (cette feuille est affichée à vie ! L’emporter avec vous, si vous partez en voyage)

Où l’afficher ?

– sur le mur ou la cloison de votre chambre à coucher située en face de votre lit

Quand la regarder et quoi faire ?

– Uniquement au moment d’éteindre la lumière pour vous endormir (jamais avant)

– fixez les gommettes

– Mettre vos lèvres en contact et forcez-vous à vous endormir sur une pensée, une situation très AGRÉABLE (pensée agréable : ouverture de la mâchoire assurée pendant le sommeil, pensée désagréable : serrement de dents automatique).

1,036 total views, 7 views today

10 Comments

  1. Bonjour,
    Je souffre continuellement de maux de tête et de douleur aux tempes. Je cherche depuis des mois sur internet toutes les informations possible pour m’aider car toutes les consultations médicales et les examens passés n’ont jamais rien donné. Et là, je tombe sur ce site et particulièrement sur cette page « magique ». OUI je viens de m’apercevoir que je serrais les dents sans m’en rendre compte, OUI pincer les lèvres m’empêche de serrer les dents et ma douleur du coup semble moins forte ET OUI JE PENSE QUE VOTRE METHODE VA ME SAUVER LA VIE. Un immense merci à vous professeur de proposer ainsi gratuitement ce genre de conseils.

    1. Bravo, vous avez établi votre diagnostic. Vous guérirez certainement, à une condition non négociable : une discipline de fer.
      Il faut vous débarrasser de ce T.O.C qui est une véritable calamité pour votre santé. Il faut absolument vous en débarrasser, car les dernières publications relevées dans la bibliographie internationale font état de dépression consécutive à ce type de douleur. Je vous ai tendu une bouée, ne la lâchez sous aucun prétexte. Suivez, à la lettre, les conseils donnés dans cette page. Vivez simplement vos lèvres en contact toute la journée. Notez dans un tableau EXCEL un témoignage de l’intensité de vos douleurs de la tempe dans le temps. La douleur initiale étant cotée : 5. Je veux voir cette semaine 5, la semaine prochaine 4, dans 15 jours 3 etc.. car votre douleur due au serrement va disparaître ! Bien à vous.

      1. Merci de vos conseils et encouragements Professeur. Je m’emploie à suivre votre technique tout au long de la journée. Effet placebo ou non, je dois vous dire que je serre bien moins les dents et que globalement ma santé s’améliore. Même si les améliorations sont moins nettes que votre décompte, elles n’en sont pas moins réelles. Je tiens au jour le jour un tableau comme vous me le demandez. Mais déjà, je vous remercie du fond du cœur.

        1. Il n’y a aucun effet placebo. C’est une loi neurophysiologique que j’ai mise à la disposition des malades. La stimulation mécanique du nerf facial (VII) qui innerve les lèvres interdit la fermeture de votre mâchoire. C’est d’autant moins un effet placebo, que si par malheur, vous récidiviez VOS DOULEURS SERAIENT MULTIPLIÉES PAR 3. Sachez que vous êtes condamnée à vie à vivre les lèvres en un contact suffisant pour empêcher vos dents de se rencontrer. J’attends avec impatience votre tableau comme je suis sûr de votre guérison… si vous avez une volonté de fer !

  2. Bonsoir Docteur ,
    A la lumière de la lecture de votre livre « Mal de Dos… », c’est en connaissance de cause que je viens solliciter votre concours pour me tirer d’une situation inextricable en lien avec un DAM ou SADAM ou DCMP(…)
    Je fus aggravée sur ce terrain à l’issue d’un traitement conduit en Dentosophie ou OSB (Ouverture Spatiale de la Bouche) sur près de 8 ans (…).
    Je réagis dans l’immédiateté à un meulage ou re-modelage dentaire (…)
    Je ressens TOUT ce qui se joue dans ma bouche, du contact invasif dentaire aux mouvements d’évitement de ma langue(…)
    Personne ne s’intéresse à mon cas, le trouvant trop complexe (n’ayant jamais vu pareille sévérité sur cas de SADAM)(…)
    Pour moi, pas de pincement de lèvres possible puisque je suis en DVO trop importante et ne peux avoir d’ELI. Je dois rester bouche ouverte en permanence(…)
    Dr Hartmann, j’ai réellement envie de VIVRE et avoir l’usage de mon corps mis à mal par mes dents et leurs mauvais traitements successifs. J’ai vraiment besoin de votre aide pour m’orienter dans le désert thérapeutique dans lequel je me trouve, comme bien d’autres !
    Je vous remercie à l’avance du secours que vous pourrez m’apporter.
    (NOTE du Webmaster : la longueur initiale de votre message ne nous permet pas de l’afficher dans son intégralité dans ce blog – mais le Pr. Hartmann en a bien pris connaissance et vous répondra bien entendu sur sa totalité. Merci pour votre compréhension)

    1. Bonsoir Il m’est indispensable, en l’absence d’examen et à la lecture de votre démarche de connaître l’ensemble de vos symptômes. La multiplicité et la diversité de ceux-ci me permettront de mieux évaluer votre cas, depuis le cuir chevelu, juqsqu’à la plante des pieds. Vous êtes protégée par l’anonymat.
      Vous avez des douleurs : lesquelles , leur territoire ?
      Avez vous des troubles dermatologiques ?
      – Intestin irritable ?
      – Alternative : constipation diarrhée ?
      – Cystite interstitielle ?
      – Fatigue le matin au réveil ?
      – Dépression ?
      Relisez mon livre, reprenez connaissance des schémas et essayez de me présenter un tableau clinique le plus complet possible
      Bien à vous

  3. bonjour professeur,
    je découvre ce soir votre site et j’espere y voir une solution à mes soucis.
    Je suis migraineux depuis plusieurs années, les migraines interviennent souvent le jeudi ou le samedi (minimum 1 fois par semaine) mais surtout au debut des vacances.
    J’ai d’abord essayer de corriger les yeux (je pensais à des migraines olphalmiques) donc orthopsie et lunettes (mais seulement de repos+lumiere blue) puis en novembre ma toute jeune nouvelle dentiste m’a parlé de bruxisme.Pour moi je ne serais pas des dents,j’avais bien grincé mais c’était terminé depuis quelques années.Mais au vue de l’état de mes dents, elle m’a conseillé de mettre une gouttiere (elle fait sa these sur le bruxisme). pendant le 1er mois : parfait. pas de migraine. puis la catastrophe : j’ai resenti des douleurs plus intances dans les dents, plus de fatigue alors que je n’avais rien remarqué avant. je pense que la goutiere a amplifié le soucis.
    Je vois un sophrologue pour essayer de controler mon stress qui semble etre la cause du serrage des dents (meme si je m’endors 5 minutes je ressens un serrage enorme!).
    Voila, je decouvre votre site et je veux essayer la methode de serrage de dents et des gommettes…

    1. Bonjour Christophe,
      C’est un ancien migraineux qui vous répond. Je connais donc le problème de la migraine en tant que patient et en temps que thérapeute. Quant à vous, vous avez bien estimé la situation : la gouttière cesse de vous empêcher de serrer les dents. C’est normal. Le réflexe de desserrement des dents init!é par la gouttière malheureusement finit par s’épuiser. Très rares sont les cas où il demeure pérenne.
      Un très bon point pour vous : votre décision d »avoir recours aux gommettes = très efficace si le protocole est respecté à la PERFECTION à savoir, après avoir supprimé le port de la gouttière =
      A Les Gommettes (Cf Explications dans cette page ci-dessus)
      – la couleur des gommettes doit impérativement vous plaire
      – coller la gommette en pensant impérativement: Si je serre = migraine +++
      – coller partout, demeure, lieu de travail, tableau de bord de mal voiture etc…
      Cérémonial de la pose du sommeil (Cf Explications ci-dessus)
      B Technique Hartmann-Bratslavski expliquée en détail dans ce site
      Quand vous l’aurez lu et mémorisée à fond, mise en application pendant 15 jours
      Écrivez de nouveau dans ce BLOG
      NB Si application en amateur. Inutile d’essayer ainsi: Résultats = 0
      Si application de manière Obsessionnelle : bon espoir

      Bien cordialement

  4. bonjour Pr Hartman. Je souffre de fibromyalgie a priori depuis de nombreuses années. Je suis âgée de 51 ans. Il me semble que ce qui prêt à confirmer par les médecins qu’il s’agit de cette pathologie est apparue après la naissance de ma fille. Mon père âgé alors de presque 64 ans est mort lorsqu’elle a eu 2 ans. Toujours est-il que je constate être complexe, trop sensible, très anxieuse, touchée par les belles choses mais tout autant ou plus par la cruauté de ce monde, sa destruction et le fait que nous y contribuons tant tous. Bref, travaillant dans le secteur social depuis 12 ans, je suis en arrêt depuis 3 semaines. J’ai demandé cet arrêt. J’étais et suis encore vidée; démoralisée. Je sais que j’ai découvert mon bruxisme il y a environ 8 ans. J’ai porté 2 gouttières différentes sans grand succès. Dernièrement la gouttière ne me soulageait plus et j’ai pris conscience de serrer très fort les dents , de les user et parce que j’étais crevée le matin, endolorie surtout les mâchoires et le haut de la tête. Je vois un ostéopathe plutôt bien depuis 7 ans environ suite à une chute dans les escaliers du travail. Je n’ai pas compris pourquoi ni comment j’étais tombée. Ma cuisse droite est restée noire durant plus de 3 mois, avec un enfoncement demeuré dans la cuisse. J’ai entendu cogner mon crâne au moins 3 fois .Pas de soin immédiat ensuite malgré visite chez SOS médecin. Je m’étais déjà souvent cogné le crâne en faisant le ménage et en oubliant une table haute au-dessus de moi. Depuis l’ostéopathe et moi avons découvert que mes zones bloquées, touchées sont les fontanelles/ Il me dit que mon rythme respiratoire intracrânien est très faible et il met beaucoup d’énergie à essayer de le remettre en fonctionnement correct.
    Depuis sa manipulation de vendredi dernier, après 3 jours douloureux, c’est un peu mieux. Un peu moins embrumée, moins de douleurs dans le crâne. J’ai parlé avec une amie atteinte comme moi de la fibro (je la pense réelle chez moi et complémentaire du bruxisme car même si certains symptômes sont similaires voire identiques, celui de la « chappe » est différent). Elle m’a dit avoir lu un article de vous cf le bruxisme et avant que je ne le lise vraiment aujourd’hui, elle m’a fait part de votre conseil de serrer le plus de fois possible les lèvres. J’ai donc commencé. Il faut que j’augmente le rythme et surtout que je m’adapte au rite du coucher. Je suis encore bloquée le matin avec de vraies douleurs notamment à droite. Bcp de mes douleurs sont latéralisées à droite. En arrêt maladie parce qu’en besoin de repos et de vivre autrement notamment de me détendre,je ne pense plus au travail. Ce n’est plus une de mes priorités pour l’instant.
    Merci de m’avoir lue même si je le pense, je n’ai pas forcément été très claire.
    Bien à vous et un grand merci pour avoir partagé vos constats et votre technique.

    1. Bonjour Hélène,
      Après lecture attentive de votre témoignage, je peux vous assurer après 50 années de recherches fondamentale et clinique que pour une bruxomanie comme vous : intitulez que vos symptômes appartiennent à la fibromyalgie (dite de cause inconnue) est une erreur. La cause est parfaitement connue. Les dents ne sont NORMALEMENT en contact que lorsque vous avalez votre salive. Or vous ne cessez de les mettre en contact ce qui est une calamité pour un organisme féminin. Lisez attentivement les différentes rubriques mises en place dans ce site: dès lors que la patiente présente un bruxisme centré c’est à dire crispation des mâchoires dents serrées, des symptômes comme palpitations cardiaques, cystite interstitielle, vulvodynie, crampes nocturnes dans les mollets relèvent d’un dysfonctionnement temporo-mandibulaiire, sujet pour lequel j’ai déjà consacré trois livres dont un en anglais. J’ajouterai que c’est le Professeur Guillemin, médecin français, naturalisé américain Prix Nobel de Médecine qui partageant mon point de vue m’a encouragé à rédiger cette édition anglaise écrite en collaboration avec le Dr Gérard Cucchi :
      New Data about Teeth Clenching and Outcomes Springer 300p 250 Ill
      Nouvelles données sur le serrement des dents et conséquences Springer 300p 250 ILL
      On cherche en France, en particulier, à traiter, en vain les conséquences de ce type de maladie. Le Docteur Gérard Cucchi et moi même, nous nous contentons de faire traiter par les praticiens que nous avons formés. Nous sommes cartésiens : il y a 4 siècles Descartes écrivait :
      CAUSA SUBLATA, TOLLITUR EFFECTUS
      La cause supprimée, l’effet est enlevé
      Continuez avec persévérance de vous imprégnier de la technique Hartmann-Bratzlavsky décrite dans ce site.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.