Print Friendly, PDF & Email

Mais que signifie donc cette expression « serrement de dents trop intense et/ou trop prolongé » ?

Partout dans ce site nous parlons de « serrement de dents trop intense et/ou trop prolongé » et de pathologies associées.

Dans uns situation normale, il faut être au courant des données qui permettent une mastication harmonieuse et profitable à l’organisme.

Lors  de la mastication des aliments les dents ne se touchent pas entre-elles, elles écrasent le bol alimentaire, quand celui-ci est finement mastiqué, les dents finiront par se toucher et déclencheront automatiquement le besoin d’avaler (de 2000 à 3000 fois par jour selon la personne et ses habitudes alimentaires). Dans ce cas, les capteurs d’informations des dents : les récepteurs tactiles dentaires délivrent lors de la mastication, des informations bénéfiques qui atteignent l’hippocampe, région du cerveau où siègent les neurones de la mémoire et de l’orientation spatiale. Ces messages sensitifs sont indispensables pour que ces neurones à fonction précise gardent leur intégrité.

Stupéfiant, je vous le concède, mais attesté par des dizaines et des dizaines de publications scientifiques de haut niveau en provenance de l’Extrême-Orient.

Mais que se passe-t-il dans le cas du « serrement de dents trop intense et/ou trop prolongé » ?

Tout d’abord, trouvons la cause. Pour quelles raisons une personne se met-elle à crisper sans cesse les mâchoires dents serrées, ce que les professionnels dénomment bruxisme centré ?  La bibliographie internationale s’accorde à reconnaître que la FRUSTRATION en est la cause principale (décès d’un être cher, divorce, perte d’emploi, soucis…).

Dans ces cas de bruxisme et de crispation continuelle des mâchoires dents serrées, les dents sur-stimulées sont susceptibles de dérégler gravement l’adaptation de leurs capteurs tactiles. Autrement dit d’envoyer un somme d’informations inadaptées susceptibles de projeter dans tout l’organisme : ce n’est plus seulement l’hippocampe qui reçoit ces informations « anormales », mais  tout le système nerveux central :
– moelle épinière
– cerveau
– cervelet (centre de l’équilibre )
– hypothalamus
– Noyaux vestibulaires (centre de l’équilibre)

Pression exercée par la « morsure d’un homme » : 15 à 20 kg/cm2

Cet « excès d’informations » est susceptible de créer des pathologies déconcertantes pour le praticien et débilitante pour la malade car je le rappelle : ce sont majoritairement les femmes qui sont frappées par ce type de pathologies.

La mastication normale (pendant laquelle les arcades dentaires ont des rapports harmonieux entre-elles) relève de la physiologie, la crispation des mâchoires dents serrées relève d’une physio-pathologie qui n’a rien d’anodin. La bibliographie internationale s’accorde  à reconnaître une différence entre l’homme et la femme. La femme possède des hormones : les œstrogènes. L’homme en possède très peu. Il a été établit que la présence d’œstrogènes multiplie de façon significative les messages sensitifs issus du nerf trijumeau : le nerf des dents en leur confèrent en général un caractère douloureux.

lexique : occlusion
Etat de contact entre les dents.
Bibliographie
…et ouvrez la référence bibliographique pour accéder aux commentaires (si disponibles).

Le déséquilibre de l'occlusion induit, via le stress, un déficit de la mémoire spatiale et une dégénérescence des neurones de l’hippocampe chez la souris SAMP8 Kubo KY, Yamada Y, Iinuma M, Iwaku F, Tamura Y, Watanabe K, Nakamura H, Onozuka M Neurosci Lett. 2007 Mar 6;414(2):188-91

Print Friendly, PDF & Email

Nous avons examiné l’effet de la dysharmonie occlusale dans la sénescence accélérée de la souris (SAMP8), sur le taux plasmatique de corticostérone, le nombre de neurones de l’hippocampe et la performance spatiale. Expérience réalisée dans un labyrinthe aqueux.L’augmentation de la dimension verticale d’occlusion était associée avec un vieillissement accéléré relié à un déclin de la mémoire spatiale, l’augmentation du taux de cortisone plasmatique et une diminution du nombre de neurones dans l’aire hippocampique CA3T. Ces données suggèrent que l’augmentation de la dimension verticale d’occlusion chez la souris âgée à sénescence accélérée (SAMP8) induit une perte de neurones de l’hippocampe, conduisant de cette manière à un déficit sénile de la mémoire

Répétons-le : « le mécanisme de l’information sensorielle est comparable chez tous les mammifères » Pr HUBEL., Professeur de Neurophysiologie – Harvard Institute, Prix NOBEL

1,482 total views, 2 views today

Le déséquilibre de l'occlusion affecte la libération de corticostérone plasmatique et de noradrénaline hypothalamique chez le rat T. Yoshihara*, Y. Matsumoto, and T. Ogura ; J Dent Res 80(12):2089-2092, 2001

Print Friendly, PDF & Email

Peu d’études neuro-endocrinologiques ont examiné la relation entre dysharmonie occlusale et stress. Pour déterminer l’effet d’une dysharmonie occlusale sur le système nerveux central, on a mesuré les taux de corticostérone plasmatique et de noradrénaline extracellulaire du noyau paraventriculaire de l’hypothalamus chez les rats munis ou non de capes incisales. Une fois les capes posées, les niveaux de corticostérone plasmatique et de noradrénaline extracellulaire ont graduellement augmenté, atteignant un pic après 8.5, respectivement 6,5 heures, après quoi ils ont diminué. Par ailleurs, les niveaux de corticostérone plasmatique et de noradrénaline extracellulaire augmentent de façon circadienne au début de la phase d’obscurité, chez les rats sans capes, mais pas chez les rats avec capes. Ces résultats suggèrent que la dysharmonie occlusale cause un stress chronique chez le rat.

1,483 total views, 3 views today

Effets de la déviation mandibulaire sur l'activation du cerveau durant la crispation des mâchoires dents serrées : Une étude préliminaire à l'IRM fonctionnelle. T. Otsuka, K. Watanabe, Y. Hirano, K.. Kubo, S. Miyake, S. Sato, K..Sasaguri. (2009) J. Craniomandib. Pract.;17, 88-93

Print Friendly, PDF & Email

Par le biais de l’IRM fonctionnelle (IRMf ), on a mesuré chez 8 sujets sains, les signaux du Niveau Dépendant d’Oxygénation Sanguine (NDOS). Cette présente étude s’est effectuée durant une crispation de mâchoires dent serrées avec, d’un côté, un modèle de malocclusion, en se servant d’une gouttière qui forçait la mandibule à prendre une position reculée, et de l’autre une gouttière de contrôle. On a comparé dans les deux cas les signaux du NDOS durant des conditions de repos identiques. (…) Durant les deux conditions de serrement, on a observé des activations dans quatre régions du cerveau : le cortex pré-moteur, le cortex pré-frontal, le cortex sensori-moteur, l’insula. Cependant le serrement sur le modèle de malocclusion, entrainant un dysconfort psychologique, augmentait les signaux NDOS au niveau du cortex cingulaire antérieur et de l’amygdale (petite région du cerveau, N.d.T.) (…) Ces données peuvent suggérer l’implication du serrement excessif des dents au niveau du cerveau, dans des conditions de mauvaise occlusion, due à un processus neuronal réagissant à une émotion ou à une douleur.

Commentaires (Prof. Hartmann) : ces commentaires vont déborder le cadre du résumé et insister sur certains passages de l’article non développés dans le résumé précité. Il est prouvé par ces chercheurs japonais que la position rétropulsée de l’articulation temporo-mandibulaire peut influer une région bien précise des centres supérieurs : l’amygdale. Cette structure (rien à voir avec la gorge) est le centre de l’agressivité. On comprend mieux les confidences des patientes qui serrent les dents excessivement et qui reconnaissent spontanémént, lors de l’examen clinique : « Je ne sais pas pourquoi, à certains moments, je deviens odieuse, agressive. Elles sont excusables : un traitement visant à l’arrêt de la crispation des mâchoires dents serrées normalisera leur caractère. Nous l’avions observé, après traitement ; de nombreuses patientes avouaient spontanément ce changement de caractère que nous étions bien incapables de leur expliquer. Hommage soit rendu aux chercheurs japonais !

1,484 total views, 4 views today

1,481 total views, 1 views today

25 Comments

  1. C’est presque passionant de lire vos articles. Mais le problème que vous évoquez est bien celui de l’ig’orance de votre travail par vos confrères ? Pourquoi on ne trouve jamais vos travaux sur les sites classiques consacré au bruxisme ?

  2. Parce que BRUXEIN en grec signifie = grincer des dents et que le grincement est une dyskinésie plutôt masculine (définition d’une dyskinésie : du grec:dus= mauvais ; kinesis = mouvement). Le terme anglais parafonction serait plus compréhensible ; malheureusement ce mot n’est pas français !
    Ce sont les femmes (80 à 90% des cas) qui grincent peu mais essentiellement serrent les dents lesquelles sont victimes de symptômes déconcertants pour les médecins mais toujours débilitants pour les malades. Voilà pourquoi je tends à me distinguer essentiellement de mes confrères. C’est pourquoi, je parle essentiellement de crispation des mâchoires dents serrées le jour et/ou la nuit. Aussi étrange, extravagant, inadmissible en première analyse, j’en conviens, la réalité est là. Une femme frustrée par la vie, jouera anormalement avec ses dents.Quand on lit avec attention le publications venues d’Extrême-Orient concernant le rôle des dents dans la genèse et l’entretien de la maladie d’Alzheimer et de la démence sénile, sujets que j’aborde dans ce site, j’en conviens avec vous : il y a quelque chose de passionnant !
    Bien cordialement

  3. Je serrais les dents, la nuit, de manière intense et continuelle. Le matin au réveil j’étais épuisée. Les médecins consultés, après de nombreux examens approfondis m’ont signifié que je présentais un syndrome de fatigue chronique dont la cause est inconnue. Un chirurgien-dentiste, ex attaché à la Faculté Dentaire de Marseille auprès du Pr Francis HARTMANN m’a fait le traitement que le professeur préconise. En insistant pour me faire prendre conscience que ma fatigue était bien due à mon serrement de dents.
    Après deux mois de traitement, je n’ai plus l’ombre d’un sentiment de fatigue.
    Je suis avertie que si, par malheur, je reprenais mon T.O.C, le sentiment de fatigue serait ben pis que la première fois !

  4. bonjour, mon medecin ne connais pas M Hartmann mais je lui ai donné les coordonnées de ce site, si vraiment ca marche se serait super car moi aussi je suis crevée de dormir !

  5. Bonjour, l’ostéopathie prend en compte toutes ces problématiques depuis fort longtemps. C’est incorrect de dire que tout ce dont vous causez n’est pas connu. Par contre, merci pour votre soutien scientifique, mais il serait utile dans vos « solutions » que vous n’omettiez pas les traitements ostéopathques qui obtiennent dexcellents résultats. Merci d’avance.

  6. Je ne l’oublie pas.
    J’ai écrit 3 livres à ce sujet. Le premier remonte à 1993, il y a 25 ans J’avais des ostéopathes dans ma consultation sur la douleur à la Faculté d’Odontologie de Marseille. Le traitement osteopathique est d’une grande efficacité, mais si l’obstacle dentaire n’es pas balayé : il y aura, le plus souvent, des récidives.

  7. Bonjour
    Mon ostheopate me soigne pour des problèmes d’ATM et j’ai parlé de ce site. Il connais en effet le problème sans connaitre M; Hartman. Pourquoi en effet puisque c’est connu de l’ostheopatie vous n’en parlez pas sur votre site ? Est ce que ce sont deux choses différentes ? j’avoue ne plus trop comprendre pour quoi il y a deux explications et deux traitements différents pour la même chose ?

  8. Le chirurgien – dentiste en premier, pour stopper la dyskinésie de serrement, ensuite l’ostéopathe. Employons le terme anglais « parafonction »: Cette manie, ce tic ce T.O.C (trouble obsessionnel compulsif) anodin en apparence est une calamité pour l’organisme féminin 90% des cas. Si l’obstacle dentaire n’est pas arrêté l’acte ostéopathique efficace dans un premier temps sera, hélas, suivi de récidive .

  9. Bonjour, pouvez vous dire à partir de combien de serrement il devient « intense » ? par jour ou par heure. Merci.

    Et bravo pour ce site qui aide les personnes qui souffrent à cause des dents.

    1. Bonjour Danielle, Si vous entendez « fréquence » il n’y a pas de chiffre à donner. Mais appelez vous que les dents ne se touchent que lorsque vous avalez votre salive (déglutition). Vous ramassez un paquet lourd, par exemple, vous serrez les dents = aucune gravité, par contre vous serrez les dents, très souvent, en regardant la télévision , vous créez un serrement pathologique qui aura des effets néfastes sur votre organisme.

  10. Bonjour Professeur, je viens d’acheter votre livre (dont vous ne faites pas la publicité, c’est à noter comme point très positif de votre vision philantropique) et je dois avouer que je suis vraiment satisfaite. Je me suis rendue compte que de trop nombreuses situations quotidiennes me fesaient serrer très fortement les dents. Hors la méthode Hartmann-Bratslavski ne peux pas s’appliquer partout, surtout hors du domicile. Je me vois mal coller des gommettes sur mes lieux d’activités. Avez-vous une technique « nomade » ? Merci d’avance.

    1. Bonjour Nathalie,
      Il existe des gommettes de le taille de l’ongle de votre pouce, voire de plus petite taille. Collées sur votre bureau de travail, sur votre sac à main ou sur le tableau de bord de la voiture, cela ne peut gêner votre entourage et vous pourrez en mettre partout. N’oubliez pas : leur but est subliminal !

  11. Bonjour,
    Je serre les dents la nuit depuis 10 ans. J’ai abandonné la gouttière car au bout de quelques années, je finissais par serrer encore plus fort avec la gouttière. Or il se trouve qu’en 2016, j’avais consulté un docteur pour des micro vertiges, pression dans la tête et acouphènes. J’ai demandé à faire une IRM car j’avais compris que ma fatigue éternelle et les symptômes cités précédemment pouvaient être liés au système nerveux central. Bingo ! On m’a décelé une maladie rare du cervelet appelée Lhermitte Duclos. J’ai vraiment l’intuition que cette maladie est due au serrage de dents. Ceci dit, j’ai du mal à comprendre comment effectuer le pincement des lèvres. Quand je les serre fort, il me semble que ça fait travailler ma mâchoire de la même façon que quand je serre les dents, même si je fais bien attention à ce que mes dents ne se touchent pas.
    Une de mes connaissances souffre de ce serrement, mais en plus elle a très mal aux poignets, car en plus, la nuit, elle replie les poignets vers l’intérieur des avant bras avec une force incontrôlable. Ca ne l’empêche pas de dormir, mais le matin au réveil, elle souffre beaucoup. D’après vos explications, ça vient du serrement des dents. Me le confirmez-vous ? Elle a d’ailleurs aussi des crampes terribles aux mollets la nuit.
    Ma fille de 26 ans, soumise à un stress énorme au travail, serre aussi les dents la nuit. Elle a souvent mal aux cervicales, elle est épuisée mais surtout, elle a eu subitement un trouble de la vision dans un œil qui n’est pas une uvéite, et l’IRM de la tête ne révèle rien d’anormal. L’orthoptiste confirme qu’une petite zone de son œil n’y voit pas. Elle souffre de malaises inexpliqués qui pourraient être attribués à ce problème de vue. D’après vous, le serrement des dents peut-il être la cause d’un trouble aussi grave de la vision ? C’est l’article sur « Les dents du tireur » qui me fait faire le lien entre la vue et le serrement des dents.
    Merci d’avance pour vos réponses. Je suis très inquiète pour ma fille et je cherche tous azimuts…

    1. Bonjour Cathy,
      Les lèvres, laissez vos lèvres en contact permanent pour anéantir ce T.O.C. (serrement) qui vous détruit ainsi que votre fille et votre amie. Les lèvres c’est très bien, mais vous ne parlez pas de l’utilisation des gommettes et du cérémonial de la prise du sommeil, toutes choses qui sont expliquées en détail dans ce site. J’ai pu au cours de ma longue carrière observer une quantité de troubles visuels et ne serais nullement étonné que la crispation continuelle des mâchoires dents serrées de votre fille soit la cause de ses troubles personnels.
      Conclusion pour toutes les 3 : Arrêt total de ce Trouble Obsessionnel Compulsif.
      Loi de neurophysiologie : les dents ne sont en contact NORMAL que lorsque vous avalez votre salive.
      Voyez à quel point, toutes les trois, vous transgresser cette loi ; Serre les dents ma fille!= la plus grande absurdité qu’un esprit français ait pu inventer. Vous êtes toutes les trois responsables des troubles de votre santé. Je vous rappelle que la bibliographie internationale , à l’unisson, s’accorde à reconnaître que la FRUSTRATION est la cause du serrement de dents, lequel est une calamité pour la femme, en particulier.

      1. Des millions de mercis pour votre réponse.

        Je vais relire le principe des gommettes et le reste aussi. J’ai exploré tout votre site hier soir mais c’était très tard et je n’ai pas pu tout assimiler.
        Je vais m employer à faire connaître votre technique. Je me lance dans l’activité « éducateur de santé », je vais faire le maximum pour informer les patients.
        J’en parlerai aussi à des dentistes, médecins et pharmaciens.
        Quant à la frustration, oui. Je suis frustrée de vivre dans un monde en guerre où des enfants meurent sous les bombes, de famine, un monde où le profit règne au mépris des gens qui s’empoisonnent avec de la nourriture frelatée, un monde où la plupart des médecins ne savent que prescrire des drogues plutôt que de communiquer les lois du vivant, et coetera, et coetera, et coetera…
        Alors quand on tombe sur vous, c’est comme si une étoile d’espoir s allumait à l’horizon…
        Merci !

  12. Bonjour professeur

    Votre site est très intéressant. Je serre des dents depuis plusieurs années et je pensais et mon médecin m’a fait faire des examens et rien. Mais j’étais et suis toujours fatiguée dès le réveil. Tout mon corps me fait mal.
    Je porte une gouttière mais ça fonctionne pas… pouvez vous me dire un nom de chirurgien dentiste à Marseille ou dans les environs qui pratique votre méthode.
    Merci par avance.

    1. Bonjour Karima,
      Il est tout à fait normal que vous soyez exténuée le matin au réveil : la nuit, vous serrez continuellement vos dents avec la force exercée par une trapéziste qui se maintient à son trapèze avec la force des muscles de ses mâchoires !!
      Il est de bon ton, en France particulièrement, d’évoquer la fibromyalgie ou le syndrome de fatigue chronique (les deux, dits de cause inconnue) alors que depuis 26 ans j’ai parfaitement identifié et su guérir ces deux entités dés lors que le (la) patient(e) reconnait, à l’interrogatoire qu’il (elle) serre, sans cesse, les dents.
      Vous écrivez : la gouttière : Rien. Je rectifie = la gouttière, plan d’épaisseur placé entre les dents provoque au début un réflexe indiscutable d’ouverture de la mandibule (mâchoire du bas), malheureusement, au bout d’un certain temps, très variable selon les patients ce réflexe d’ouverture ne fonctionne plus, bien pis, le patient se met à serrer sur sa gouttière pus fort qu’il ne serrait au début!
      C’est la raison pour laquelle, j’ai mis au point la technique Hartmann-Cucchi qui vous sera appliquée par le praticien auquel je vais vous adresser. Je ne peux vous donner ici son adresse . L’Ordre des chirurgiens – dentiste interdit toute publicité, mais je vous la fait parvenir par un autre moyen. Soyez aimable après votre guérison de témoigner dans ce site.
      Bien à vous

  13. Bonjour Pr HARTMANN,

    Je réside à Marseille et suite à un grave accident iatrogène en 2001 (syncope sous CELEBREX prescrit…pour une simple douleur déportée de la hanche) syncope ayant provoqué une chute dans un escalier avec fractures zygomatique et orbitale droites -4 H de coma et 3H30 de chirurgie faciale….) j’ai depuis de graves séquelles insurmontables : perte totale de sensibilité suivant le trajet du nerf V-2 (y compris bien sûr l’arc dentaire supérieur droit) et crispation intense des mâchoires avec dents serrées, diurne et nocturne, entraînant une usure sévère et anormale de toute ma dentition…. Je suis une femme !
    Aucun des chirurgiens dentistes consultés à Marseille ne m’a apporté de solution, et je découvre avec bonheur votre site !
    J’ajoute que six mois après ce grave stress traumatique, j’ai démarré les symptômes d’une maladie auto-immune : une Polyarthrite Rhumatoïde …que j’ai diagnostiquée moi-même dans mon propre Labo (je suis Pharmacien-Biologiste, retraitée maintenant.)
    Auriez-vous l’amabilité de me communiquer un praticien sur Marseille capable d’appliquer votre technique Hartmann-Cuchi ?
    Avec toute ma reconnaissance, je ne manquerai pas de témoigner de l’amélioration de mon état !
    Très cordialement

    1. Bonjour Dominique ,
      Un incident technique est survenu. Je vous avais fait immédiatement une longue réponse, trop longue probablemen : il s’est produit un blocage. Mon informaticien a du la détruire sans, pouvoir la sauvegarder, : Je suis navré : pour vous.Pour l’ heure il est indispensable que vous cherchiez dans ce site la technique Hartmann- Bratzlavzki et que vous l’appliquiez A LA LETTRE dès que vous aurez pris connaissance de ces lignes. Après 3 semaines d’application stricte de ma technique, réclamez moi, alors, l’adresse à la suite de mon message dans le blog. Vous devrez déjà constater une amélioration.
      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.